En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 919.02 PTS
+0.59 %
5 934.5
+0.86 %
SBF 120 PTS
4 655.99
+0.57 %
DAX PTS
13 282.72
+0.46 %
Dow Jones PTS
28 135.38
+0.01 %
8 487.71
+0.25 %
1.112
0. %

Crimée: Kiev éreinte Apple qui "se fout de sa douleur"

| AFP | 812 | 2.50 par 2 internautes
L'Ukraine reproche à Apple de présenter la Crimée comme russe dans certaines de ses applications
L'Ukraine reproche à Apple de présenter la Crimée comme russe dans certaines de ses applications ( Alastair Pike / AFP/Archives )

L'Ukraine a accusé le géant américain Apple de "se foutre de sa douleur" pour avoir présenté dans ses applications comme russe la péninsule ukrainienne de Crimée, annexée en 2014 par Moscou.

Apple a apporté ces modifications dans deux de ses applications phares, Météo et Plans, après des pressions des autorités russes, qui étaient en négociation avec la firme américaine depuis mai.

"Laissez-moi vous expliquer en des termes que vous pourrez comprendre, Apple: imaginez que vous criiez sur tous les toits que votre design, vos idées, vos années de travail et une partie de votre cœur vous ont été volés par votre pire ennemi mais qu'un ignorant se foute de votre douleur", a fustigé sur Twitter le chef de la diplomatie ukrainienne, Vadym Prystaïko.

"C'est ce que ça fait quand vous qualifiez la Crimée de territoire russe", a-t-il ajouté en interpellant Apple.

Une affiche électorale de Vladimir Poutine où est écrit
Une affiche électorale de Vladimir Poutine où est écrit "Simféropol pour une Russie forte!" peu avant l'élection présidentielle russe en mars 2018 ( STR / AFP/Archives )

Depuis mercredi, les villes de la péninsule telles que Simféropol ou Sébastopol apparaissent comme étant en "Crimée, Russie", lorsque le service de navigation et de météo du géant américain est utilisé depuis la Russie.

Les mêmes villes apparaissent sans Etat défini lorsque ces services sont utilisés depuis d'autres pays.

La majorité de la communauté internationale considère que la Russie a illégalement annexé la Crimée.

La décision du fabricant de l'iPhone a provoqué la consternation et des appels au boycott sur les réseaux sociaux en Ukraine.

"Prenons tous leurs gadgets, jetons-les en tas sur une place publique et brûlons-les", abonde Igor Kravtchouk de Kharkiv, dans l'est de l'Ukraine.

Des drapeaux russes dans les rues de Simféropol le 15 mars 2019, pour le cinquième anniversaire de l'annexion de la Crimée par la Russie
Des drapeaux russes dans les rues de Simféropol le 15 mars 2019, pour le cinquième anniversaire de l'annexion de la Crimée par la Russie ( STR / AFP/Archives )

"Boycottons Apple en faveur d'Android (le système du concurrent Google), un fabricant qui ne se plie pas à la volonté du Kremlin", écrit sur Facebook Yevgen Petrov de la ville de Jytomyr, dans l'ouest.

Le géant américain Google ne fait pas apparaître de pays spécifique pour les villes de Crimée dans son service de géolocalisation, ne mentionnant donc ni l'Ukraine ni la Russie.

Il les orthographie toutefois "à la russe" lorsque le service est utilisé en Russie, et une frontière apparaît également dans ce cas entre la Crimée et l'Ukraine.

Plusieurs médias en Russie titraient pour leur part jeudi que "Apple a reconnu que la Crimée est russe".

Proche soutien de l'Ukraine, la Lituanie a dénoncé le "point de vue ignorant" d'Apple. "Le statu quo n'a pas changé en Crimée: elle est toujours occupée par la Russie et est un territoire de l'Ukraine", a déclaré sur Twitter le chef de la diplomatie lituanienne, Lina Linkevicus.

"Les compagnies technologiques américaines devraient défendre les valeurs d'innovation qui ont rendu leur succès possible, pas s'incliner devant des dictateurs pour un peu d'argent dont ils n'ont pas besoin", a dénoncé sur Twitter l'ancienne star des échecs Gary Kasparov, qui vit aujourd'hui aux Etats-Unis et est un opposant de Vladimir Poutine.

Contacté par l'AFP, Apple en Russie n'a pas souhaité faire de commentaire.

- 'Se maintenir sur le marché' -

Le patron d'Apple Tim Cook au siège de Cupertino aux Etats-Unis le 10 septembre 2019
Le patron d'Apple Tim Cook au siège de Cupertino aux Etats-Unis le 10 septembre 2019 ( Josh Edelson / AFP/Archives )

Ces modifications ont été apportées par Apple après des négociations commencées en mai avec les autorités russes, qui exigeaient que la firme américaine se mette en conformité avec la loi russe, qui reconnaît la Crimée comme partie du territoire de la Russie.

"Nous allons rester vigilants pour qu'il n'y ait pas de retour en arrière", a indiqué mercredi le président du comité du Parlement russe pour la sécurité et la lutte anticorruption, Vassili Piskarev.

"Aujourd'hui, avec Apple, la situation est close. Nous constatons que tout s'est déroulé comme nous le voulions, ni plus, ni moins", s'est-il félicité.

"Nous ne pouvons que nous féliciter de la décision d'Apple, qui par sa décision a démontré sa volonté de maintenir et de développer sa position sur le marché russe", a abondé le président du comité sur la politique de l'information, Leonid Levine, cité par l'agence Interfax, tout en niant toute pression exercée sur Apple.

La décision d'Apple intervient également au moment où la Russie a adopté en novembre une loi interdisant la vente de téléphones, ordinateurs et télévisions connectées s'ils n'ont pas de logiciels russes pré-installés. Une mesure contestée par la firme à la pomme.

La portée de cette loi et sa mise en œuvre reste à définir avant son entrée en vigueur en juillet 2020.

L'annexion de la Crimée en 2014 à l'issue d'un référendum dénoncé comme illégal par Kiev et les Occidentaux a provoqué les plus fortes tensions internationales depuis la fin de la Guerre froide et a été suivie par une vague de sanctions contre Moscou.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 2.50
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2019

L'opération se conclut à 590 ME pour 50% de participation...

Publié le 13/12/2019

La société anglaise Clugston, associée au Groupe CNIM en tant que génie civiliste pour plusieurs contrats de réalisation d'usines de valorisation de...

Publié le 13/12/2019

Wendel et d'autres actionnaires existants d'Allied Universal ont finalisé la cession d'une part majoritaire de leur participation dans la société à...

Publié le 13/12/2019

Au premier semestre, clos fin septembre, EuropCorp a essuyé une perte nette, part du groupe, de 22,7 millions d’euros contre une perte de 88,9 millions d’euros, un an plus tôt. Le premier…

Publié le 13/12/2019

En novembre 2019, le trafic de Paris Aéroport ressort en hausse de 0,9 % par rapport au mois de novembre 2018 avec 7,9 millions de passagers accueillis, dont 5,7 millions à Paris-Charles de Gaulle…