Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 571.29 PTS
-
5 565.5
-
SBF 120 PTS
4 405.03
-
DAX PTS
13 289.80
-
Dow Jones PTS
29 872.47
-0.58 %
12 152.22
+0.6 %
1.192
+0.08 %

Covid-19: le pic de la 2e vague sans doute franchi, vers une réouverture des commerces

| AFP | 824 | 5 par 2 internautes
Une boutique fermée à Saint-Malo (ouest de la France) pour cause de confinement, le 16 novembre 2020
Une boutique fermée à Saint-Malo (ouest de la France) pour cause de confinement, le 16 novembre 2020 ( Damien MEYER / AFP/Archives )

Le pic épidémique de la 2e vague de Covid-19 a sans doute été franchi en France, mais si les commerces ont bon espoir d'ouvrir au 1er décembre, la page du confinement n'est pas encore tournée.

"Même si les indicateurs restent à des niveaux élevés, leur observation suggère que le pic épidémique de la seconde vague a été franchi", a souligné Santé publique France (SpF) dans un communiqué accompagnant son point épidémiologique hebdomadaire.

Durant la semaine du 9 au 15 novembre, tous les indicateurs sont à la baisse: les cas de contamination confirmés (182.783 contre 305.135 la semaine précédente), le taux de résultats positifs (16,2% contre 19,7%), les hospitalisations (17.390 contre 19.940), les admissions en réanimation (2.761 contre 3.037), et, dans une moindre mesure, les décès (3.756 contre 3.817 la précédente).

"sortie du tunnel"

Photo d'illustration sur le vaccin du Covid-19, prise à Paris le 19 novembre 2020
Photo d'illustration sur le vaccin du Covid-19, prise à Paris le 19 novembre 2020 ( JOEL SAGET / AFP )

Mais "on a encore une circulation du virus importante", observe dans un entretien au Monde Jean-François Delfraissy, le président du Conseil scientifique, qui guide les choix du gouvernement. Selon lui, le niveau des 5.000 contaminations comptabilisées par jour, fixé par Emmanuel Macron quand il a décrété le reconfinement, sera atteint "plutôt après Noël, voire début janvier".

Néanmoins, avec l'arrivée des vaccins, "je vois la sortie du tunnel", confie l'immunologue, dans une rare touche d'optimisme, alors que le bilan des décès de patients atteints de Covid-19 grossit encore de 400 par jour à l'hôpital, et que celui des Ehpad a brusquement grimpé depuis début novembre, de 11.651 à 14.530. Au total, 47.127 malades du Covid-19 sont morts en France depuis le début de l'épidémie.

Graphique montrant l'évolution des hospitalisations et des réanimations en France, au 19 novembre
Graphique montrant l'évolution des hospitalisations et des réanimations en France, au 19 novembre ( / AFP )

Si "le confinement n'est pas terminé", comme l'a réaffirmé Olivier Véran jeudi, le gouvernement continue de travailler à sa version allégée, qui sera dévoilée par Emmanuel Macron lors d'une allocution mardi à 20h.

Les restrictions sanitaires de la 2e vague ont mis à mal la reprise économique et, la santé mentale de la population française se dégrade selon les indicateurs de Santé publique France, qui a fait état d'une hausse de 10% à 21% des états dépressifs entre septembre et novembre.

"Black Friday" reporté

Le Premier ministre Jean Castex dans une boulangerie à Crozon (ouest de la France) le 20 novembre 2020
Le Premier ministre Jean Castex dans une boulangerie à Crozon (ouest de la France) le 20 novembre 2020 ( Sebastien SALOM-GOMIS / AFP )

Parmi les principaux enjeux, avant Noël, la réouverture des commerces dits "non essentiels", envisageable "autour du 1er décembre", a annoncé le Premier ministre Jean Castex, en visite à Crozon (Finistère).

Dans cette optique, la grande distribution, le commerce et le commerce en ligne ont annoncé avoir accepté de décaler d'une semaine le "Black Friday", la gigantesque opération de promotion venue des Etats-Unis, du 27 novembre au 4 décembre, "sous réserve d'une réouverture des commerces d'ici là".

Reste à savoir si toutes les plateformes internet joueront le jeu et dans quelles conditions les boutiques pourront accueillir leurs clients.

Dans une plantation de sapins, coupés à l'approche de Noël, à Moulin-Mage, dans le Tarn (sud-ouest de la France), le 19 novembre 2020
Dans une plantation de sapins, coupés à l'approche de Noël, à Moulin-Mage, dans le Tarn (sud-ouest de la France), le 19 novembre 2020 ( Lionel BONAVENTURE / AFP )

D'autres questions doivent encore être tranchées. Après les commerces, les exploitants de salles de cinéma et de théâtres ont à leur tour demandé à rallumer les projecteurs en décembre, "un mois d'activité majeur".

"Mais si on ne peut pas faire de séance le soir, au moins autour de 20H00, on ne pourra pas rouvrir", a souligné auprès de l'AFP le délégué général de la Fédération nationale des cinémas français (FNCF), Marc-Olivier Sebbag.

Signe de la prudence du gouvernement, le ministre délégué aux Transports Jean-Baptiste Djebbari, a prévenu qu'il était trop tôt pour dire si l'on pourra circuler en train à Noël, tout en promettant que les billets pris dès aujourd'hui seront "échangeables et annulables sans frais jusqu'au dernier jour".

Le gouvernement doit également s'atteler à concevoir une campagne de vaccination, alors que les essais en cours font espérer son arrivée à partir de mi-décembre.

Autre défi pour l'exécutif, améliorer la stratégie de dépistage et d'isolement des personnes contaminées, après l'échec du triptyque "tester, tracer, isoler" à la sortie du premier confinement et lors du redémarrage de l'épidémie à la fin de l'été.

Selon le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, un isolement obligatoire des malades du Covid-19 est "une piste" qui doit faire l'objet d'un "débat démocratique". Mais "vous avez des gens, si vous leur dites: +vous avez une obligation de vous isoler+, ils ne se feront pas tester", a prévenu d'emblée le Premier ministre Jean Castex, qui réunit vendredi soir les chefs de partis et de groupes parlementaires.

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Suivez la tendance avec
Nicolas PAGNIEZ,

du lundi au vendredi à 9h55, 12h30, 14h55 et 18h30 sur

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 25/11/2020

Orange a d'autres vues pour ses 2,2 MdsE...

Publié le 25/11/2020

Cybergun s'est engagé à ne plus utiliser sa ligne de financement en OCEANE, à compter du 1er décembre 2020...

Publié le 25/11/2020

Le cours de Palantir a désormais été multiplié par 4 par rapport au prix de référence de son entrée sur le Nyse, il y a moins de 2 mois.

Publié le 25/11/2020

Abionyx Pharma fait part de l'excellente tolérance de CER-001. Abionyx observe un effet potentiellement modificateur de la progression d'une maladie rénale sans traitement existant...

Publié le 25/11/2020

Ce franchissement de seuil résulte d'une acquisition d'actions Touax SCA sur le marché.

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne