5 438.55 PTS
+0.00 %
5 376.50
-0.10 %
SBF 120 PTS
4 343.57
-
DAX PTS
12 572.39
-
Dowjones PTS
24 448.69
-0.06 %
6 648.80
+0.00 %
Nikkei PTS
22 278.12
+0.86 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Coup d'envoi des débats sur la réforme de l'accès à l'université à l'Assemblée

| AFP | 211 | Aucun vote sur cette news
Une salle de classe vue depuis un hublot à l'université de Mont-Saint-Aignan, près de Rouen, le 11 octobre 2017
Une salle de classe vue depuis un hublot à l'université de Mont-Saint-Aignan, près de Rouen, le 11 octobre 2017 ( CHARLY TRIBALLEAU / AFP/Archives )

L'Assemblée a lancé mardi les débats sur les nouvelles règles d'accès à l'université, une "réforme de progrès", selon le gouvernement, mais qui "manque de souffle" pour la droite et revient à instaurer une "sélection" pour la gauche.

La ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, a défendu un "objectif très simple" avec ce projet qui vise notamment à supprimer le tirage au sort dans les filières en tension dès 2018 et réduire le taux d'échec en licence (61%): placer les étudiants "au centre" de l'orientation, avec pour "seule boussole" leur réussite.

La nouvelle plateforme Parcoursup, qui doit remplacer sous peu la controversée APB, permettra de passer d'un "traitement de masse" par algorithme à "un principe simple et juste", a-t-elle affirmé. Chaque université traitera la demande d'inscription de manière personnalisée et répondra au vu des "attendus", compétences requises pour être admis dans la filière souhaitée.

Ces "attendus", publiés mardi par le ministère au niveau national, sont appelés à être précisés par chaque université selon ses spécificités.

Leur "cadrage national" prévu par les députés en commission, vise notamment à éviter la compétition entre établissements et les inégalités sociales, en exigeant par exemple des prérequis coûteux comme le Bafa, a expliqué à l'AFP le rapporteur Gabriel Attal (LREM). L'ensemble des établissements devront être sur la plateforme d'ici à 2020.

Traduction législative du plan étudiant présenté en octobre, la réforme, qui passe aussi par une orientation renforcée au lycée, est assortie d'un financement de près d'un milliard d'euros sur la législature, un "investissement exceptionnel", selon Mme Vidal.

- 'Baisser les bras' -

Le texte, qui fera l'objet d'un vote solennel en première lecture le 19 décembre, n'a jusqu'à présent pas suscité de fortes mobilisations. Mardi, une quarantaine de personnes se sont réunies non loin de l'Assemblée, avec des drapeaux CGT, Unef, FO-Paris, Snesup (syndicat FSU de l'enseignement supérieur). Une représentante du Snesup a reconnu que décembre, "mois des conseils de classe", rendait "difficile de mobiliser les professeurs", mais évoqué "un travail de terrain" en cours pour convaincre.

A l'Assemblée, le projet a le soutien des députés LREM et MoDem pour qui il est "équilibré" et "nécessaire", les UDI-Agir jugeant aussi qu'il va "dans le bon sens".

Le groupe LR, pour qui "+sélection+ n'est pas un gros mot" et peut "rimer avec qualité", a déploré à l'inverse un "manque de vision et un manque de souffle". Cette réforme est "tout sauf sélective" puisqu'elle permet à l'étudiant "d'avoir le dernier mot", a observé Annie Genevard, professeur du secondaire de profession.

A gauche, le texte est aussi fortement critiqué comme instaurant une sélection qui va accentuer "les inégalités".

A l'instar de la communiste Elsa Faucillon, des élus ont estimé que le gouvernement "baisse les bras" face à l'afflux attendu d'étudiants lié à la reprise démographique. Il faudrait davantage de moyens, "entre 500 millions d'euros et un milliard chaque année", selon Régis Juanico (Nouvelle Gauche).

Jean-Luc Mélenchon (LFI), qui fut ministre délégué à l'Enseignement supérieur, a aussi dénoncé un ajustement du "nombre d'étudiants au nombre de places disponibles" alors qu'il faudrait "faire exactement l'inverse". Il avait fustigé en amont une "loi qui barricade l'université" et "prépare une déflagration d'inégalités".

"Certains observent aujourd'hui que le projet de loi masquerait une sélection qui ne dit pas son nom. D'autres regrettent au contraire que la majorité n'ait pas fait le choix de la sélection. Aux débats sémantiques, je préfère les faits: non, notre choix n'est pas de fermer les portes" de l'université, a plaidé de son côté le rapporteur.

Les députés ont engagé dans la soirée les discussions sur le volet phare du texte, l'article 1 qui définit les nouvelles modalités d'affectation dans le supérieur, Communistes et Insoumis tentant en vain de le supprimer.

Seul un amendement MoDem a été adopté pour prévoir "un principe de continuité entre l'enseignement secondaire et le supérieur" en matière d'orientation. 200 amendements restaient à examiner d'ici à jeudi.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 24/04/2018

Wall Street a fini en légère baisse avec le recul des valeurs technologiques (Netflix – 2,77 % à 318,69 et Apple – 0,48 % à 165,24) et la nouvelle hausse des rendements à long terme et la…

Publié le 24/04/2018

L'avant endommagéd'une camionnette qui a servi de voiture-bélier à un homme qui a foncé dans la foule, le 23 avril 2018 à Toronto ( Lars Hagberg / AFP )Un homme de 25 ans au volant d'une…

Publié le 24/04/2018

Les couples présidentiels Trump et Macron après leur dîner à Mount Vernon, le 23 avril 2018 ( Ludovic MARIN / AFP )Dans un fracas d'enfer, les couples Macron et Trump atterrissent devant Mount…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/04/2018

La Bourse de Paris a inscrit dans le calme une cinquième séance d’affilée de hausse, avant une avalanche de résultats et la réunion de la BCE jeudi.

Publié le 24/04/2018

Avec le rachat du portefeuille d'aéroports de la société Airports Worldwide, Vinci acquiert neuf nouvelles plateformes, (deux en pleine propriété, trois en concession, quatre en exploitation…

Publié le 24/04/2018

Rueil-Malmaison, le 24 avril 2018   VINCI Airports étend son réseau d'aéroports aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, au Costa Rica et en Suède Signature d'un accord…

Publié le 24/04/2018

Eurofins dévoile un chiffre d'affaires trimestriel en hausse de 23% à 839 millions d'euros...