En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 116.79 PTS
-
5 097.50
-0.37 %
SBF 120 PTS
4 103.77
-
DAX PTS
11 589.21
-
Dowjones PTS
25 379.45
-1.27 %
7 116.09
+0.00 %
1.146
+0.03 %

Corse: les nationalistes visent la majorité absolue de la nouvelle collectivité

| AFP | 313 | Aucun vote sur cette news
Gilles Simeoni, tête de liste de la coalition Pè a Corsica (Pour la Corse, G), au côté de Jean Guy Talamoni, à Bastia, le 3 décembre 2017
Gilles Simeoni, tête de liste de la coalition Pè a Corsica (Pour la Corse, G), au côté de Jean Guy Talamoni, à Bastia, le 3 décembre 2017 ( PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP/Archives )

La coalition nationaliste, grande gagnante du premier tour des élections en Corse, espère conforter ce résultat dimanche lors du second tour, rêvant d'une majorité absolue dans la nouvelle collectivité territoriale unique pour peser dans ses futures négociations avec Paris.

"Nous avons besoin de tout le monde parce que nous avons un pays à construire", a martelé mercredi soir lors d'un meeting réunissant un millier de personnes à Ajaccio l'autonomiste Gilles Simeoni, tête de liste de la coalition Pè a Corsica (Pour la Corse).

Si la question de l'indépendance n'est pas à l'ordre du jour, la coalition, construite avec les indépendantistes de Jean-Guy Talamoni, espère bien pouvoir avancer en cas de victoire sur les sujets qui tiennent à coeur aux "natios": amnistie pour les "prisonniers politiques", co-officialité de la langue corse, statut de résident.

"Il faut que nous ayons suffisamment de force pour imposer ces sujets", a insisté mercredi soir Jean-Guy Talamoni dans un Palais des Congrès empli de drapeaux corses et résonnant de chants traditionnels.

Dans un premier tour marqué par une forte abstention (47,83%), Pè a Corsica, avec 45,36% des suffrages exprimés, a largement devancé les trois listes encore en lice pour le second tour: celle de la droite régionaliste de Jean-Martin Mondoloni (14,97%), celle soutenue par Les Républicains emmenée par Valérie Bozzi (12,77%) et celle de la République en Marche de Jean-Charles Orsucci (11,26%).

Mercredi, un débat houleux organisé par France Bleu RCFM et Corse-Matin a opposé les quatre têtes de liste présentes au second tour. Jean-Martin Mondoloni a ainsi multiplié les attaques contre Gilles Simeoni sur le bilan des deux ans de mandature nationaliste à la tête de la collectivité, qu'il s'agisse de la gestion des déchets, du plan de développement de la Corse (Padduc), de la santé ou des mesures sociales.

- 'Majorité large, stable, absolue' -

Gilles Simeoni, qui s'est défendu point par point, a invité les 234.000 électeurs corses à "amplifier le score" du premier tour --un score qui "nous honore" mais "nous oblige"--, a ajouté le leader autonomiste le soir devant ses partisans.

"Pas une voix ne doit manquer à Pè a Corsica" pour lui donner une "majorité large, stable, absolue qui va travailler dans l'intérêt du peuple corse", a insisté Jean-Christophe Angelini, en 3e position sur la liste nationaliste, devant les militants ajacciens.

"C'est certainement l'élection la plus importante que la Corse ait jamais connue", a pour sa part estimé, lors d'un second débat sur France 3, Valérie Bozzi. De fait, le scrutin va donner naissance en janvier à une Collectivité territoriale unique, une première en France métropolitaine, à la place des deux conseils départementaux et de la Collectivité territoriale (région). Ses 63 élus n'auront qu'un mandat de trois ans et demi, jusqu'en 2021, date des prochaines élections régionales.

Le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, avait assuré dès lundi qu'à "l'issue du second tour de scrutin, le gouvernement travaillera avec l'exécutif qui aura été choisi par les électeurs corses".

Pour Thierry Dominici, spécialiste de la Corse à l'Université de Bordeaux, "l'Etat a tout à gagner à répondre à au moins une des trois demandes" sur la langue, les prisonniers et le statut de résident: "S'il ne fait rien, tous les insulaires seront dans la rue et les nationalistes n'auront même pas besoin de le demander".

"L'indépendantisme est dans l'imaginaire collectif mais la volonté actuelle des Corses est d'avoir davantage d'autonomie", selon M. Dominici. Des velléités au diapason, pour le moment au moins, avec l'accord de mandature négocié entre les autonomistes de Gilles Simeoni et les indépendantistes de Jean-Guy Talamoni: il écarte l'indépendance et vise à l'obtention d'un véritable statut d'autonomie dans les trois ans et sa mise en oeuvre effective dans les 10 ans.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/10/2018

La marge d'Ebitda est en ligne avec celle du 1er semestre...

Publié le 18/10/2018

Le règlement-livraison de la 6e fenêtre de cessibilité interviendra le 18 octobre...

Publié le 18/10/2018

Cette cession a été réalisée pour un montant total de 29,9 ME...

Publié le 18/10/2018

A l'occasion de l'acquisition, Infologic-Santé a changé de dénomination sociale et s'appelle désormais Dedalus C&G...

Publié le 18/10/2018

La livraison des premiers logements et espaces publics est prévue au 1er trimestre 2021...