En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 373.46 PTS
+0.53 %
5 374.0
+0.60 %
SBF 120 PTS
4 314.45
+0.62 %
DAX PTS
12 329.60
+0.97 %
Dowjones PTS
25 669.32
+0.43 %
7 377.54
+0.00 %
1.140
-0.35 %

Corse: les nationalistes "poussent toujours le bouchon un peu plus loin"

| AFP | 524 | Aucun vote sur cette news
La ministre Jacqueline Gourault lors de la cérémonie commémorative pour le préfet Erignac, à Ajaccio, le 6 février 2018
La ministre Jacqueline Gourault lors de la cérémonie commémorative pour le préfet Erignac, à Ajaccio, le 6 février 2018 ( Ludovic MARIN / POOL/AFP/Archives )

La ministre Jacqueline Gourault a estimé jeudi que les nationalistes corses "poussent toujours le bouchon un peu loin", qualifiant de "faux pas" le refus des élus de participer au "déjeuner républicain", au lendemain de la visite d'Emmanuel Macron en Corse.

"On a l'impression qu'ils poussent toujours le bouchon un peu plus loin", a déclaré au micro de RTL la "madame Corse" du gouvernement, estimant que la nouvelle collectivité corse avait "beaucoup de moyens" et donc une responsabilité "énorme".

Le chef de l'État a affiché sa fermeté mercredi à Bastia face aux nationalistes aux commandes en Corse, une île plus que jamais "au cœur de la République" selon Emmanuel Macron, les élus corses Gilles Simeoni et Jean-Guy Talamoni qualifiant sa visite "d'occasion manquée".

"Le dialogue n'est pas rompu et nous attendons que (les élus corses) nous fassent des propositions", a ajouté la ministre, affirmant que l'État sera "là pour les accompagner".

Interrogée sur le fait de savoir si les Corses avaient été humiliés, comme le disent les nationalistes, Jacqueline Gourault a estimé ce mot "déplacé". "Je ne pense pas qu'on puisse utiliser ce mot quand un président de la République vient passer deux heures à la collectivité de Corse, dans le bureau du président de l'exécutif", a expliqué Mme Gourault.

"Je pense qu'il y a un sujet qui est que, quand on ne va pas exactement sur leurs positions (...), ils considèrent que ça n'est pas normal et qu'ils sont insatisfaits du résultat. Je pense qu'ils ont fait un faux pas en ne venant pas au déjeuner républicain", a-t-elle ajouté.

Pour motiver leur absence, les élus nationalistes avaient reproché au chef de l'État "la teneur assez violente" des propos tenus la veille à Ajaccio au cours de l'hommage rendu au préfet Claude Erignac, vingt ans jour pour jour après son assassinat.

"Nous sommes constants dans notre position, la Corse est au cœur de la République a dit le président de la République hier (mercredi), nous voulons bien qu'ils aillent vers une autonomie liée à leur spécificité", a affirmé Mme Gourault.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/08/2018

Les marchés européens ont repris le chemin de la hausse ce lundi, dans un contexte pourtant non dénué de tensions. Les investisseurs espèrent des avancées dans la résolution du différend…

Publié le 20/08/2018

Vinci (+0,49% à 82,32 euros) évolue dans le vert à la Bourse de Paris, alors sa filiale Eurovia, spécialisée dans la construction d’infrastructures, vient de réaliser une acquisition aux Etats…

Publié le 20/08/2018

Le gouvernement italien a décidé de lancer le processus de révocation de toutes les concessions d'Autostrade, concessionnaire du tronçon d'autoroute qui s'est effondré à Gênes la mardi dernier.…

Publié le 20/08/2018

D'après le Ministre iranien du pétrole, cité aujourd'hui par l'agence 'Reuters'...

Publié le 20/08/2018

Caisse Régionale de Crédit Agricole Mutuel Brie Picardie Société coopérative à…