En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 580.38 PTS
+0.31 %
5 528.00
-
SBF 120 PTS
4 415.60
+0.30 %
DAX PTS
12 222.39
+0.57 %
Dowjones PTS
26 559.54
+0.42 %
7 689.72
+0.00 %
1.124
+0.00 %

Corse: les dirigeants nationalistes "invitent" à l'Assemblée de Corse Macron, qui "n'ira pas"

| AFP | 231 | 1 par 2 internautes
Gilles Simeoni et Jean-Guy Talamoni le 3 avril 2019 à Ajaccio
Gilles Simeoni et Jean-Guy Talamoni le 3 avril 2019 à Ajaccio ( PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP )

Les dirigeants nationalistes de Corse, qui avaient annoncé boycotter la dernière étape du grand débat avec Emmanuel Macron en Corse, l'ont "invité" à venir "échanger" jeudi matin à l'Assemblée de Corse, une invitation rapidement refusée par le chef de l'Etat.

Emmanuel Macron "n'ira pas" jeudi à l'Assemblée de Corse, a annoncé l'Elysée, tout en ajoutant: "Le président de la République est tout à fait disponible pour un échange avec MM. Simeoni et Talamoni à Cozzano ou à Paris dès qu'ils le souhaiteront". Cozzano est le village de Corse-du-Sud où aura lieu le débat.

Plus tôt dans la matinée, le président du Conseil exécutif de Corse Gilles Simeoni, lisant à la presse une déclaration solennelle en son nom et en celui du président de l'Assemblée de Corse Jean-Guy Talamoni et de l'ensemble du conseil exécutif de Corse, avait proposé qu'un échange entre le chef de l'Etat et les élus ait lieu dans l'hémicycle de l'Assemblée de Corse, jeudi matin, avant la rencontre prévue pour le grand débat national entre Emmanuel Macron et des maires à Cozzano.

Avant même d'avoir la réponse du président, Gilles Simeoni avait précisé que "si d'aventure le chef de l'Etat ne souhaitait pas donner suite à cette proposition, nous en prendrions acte mais ça ne nous détournerait pas de notre volonté de construire, par le chemin exclusif de la démocratie, la solution politique que les Corses nous ont mandaté de mettre en oeuvre".

Conférence de presse de Gilles Simeoni (au centre) et Jean-Guy Talamoni (3e à droite) à Ajaccio le 3 avril 2019
Conférence de presse de Gilles Simeoni (au centre) et Jean-Guy Talamoni (3e à droite) à Ajaccio le 3 avril 2019 ( PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP )

Dans une interview publiée mardi dans Corse-Matin, Emmanuel Macron "a appelé de ses voeux l'ouverture d'un +dialogue pour l'Histoire+ et s'est dit +disponible et volontaire+ pour engager celui-ci", a déclaré M. Simeoni. "En réponse à cette déclaration, nous tenons à réaffirmer, publiquement et solennellement, que nous avons nous aussi la volonté inébranlable d'engager ce +dialogue pour l'Histoire+",.

"Le dialogue entre la Corse et l'Etat doit s'inscrire dans un processus qui a vocation à se poursuivre indépendamment du grand débat", avait-il ajouté. "Nous ne sommes pas dans une logique ni de rupture ni d'escalade", avait-il poursuivi.

"Il faut qu'il y ait un nouveau départ dans les relations entre la Corse et Paris", avait également déclaré à la presse Jean-Guy Talamoni, ajoutant qu'"il s'agit d'engager un processus" à l'image du "processus de Matignon" lancé par l'ancien Premier ministre Lionel Jospin et qui avait donné en 2002 davantage d'autonomie à l'île avec notamment un accroissement des compétences de l'Assemblée de Corse.

"Je pense qu'aujourd'hui, si une telle démarche est engagée, elle peut apporter une solution définitive au problème corse ce qui sera évidemment profitable à la Corse, à Paris et je le crois au président de la République française", a-t-il ajouté.

En déplacement mercredi à Avignon, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a estimé que malgré un "climat tendu", '"il n'y a pas de menace" sur la visite d'Emmanuel Macron en Corse. "Il y a un niveau de sécurité habituel pour la visite du président de la République. Le climat peut être tendu mais la Corse n'est pas un territoire violent, la Corse est un territoire où le peuple corse revendique haut et fort, veut faire entendre sa voix, et c'est particulièrement légitime".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 1
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 04/04/2019

Emmanuel Macron débat avec 160 maires à Cozzano en Corse-du-Sud, le 4 avril 2019 ( Ludovic MARIN / AFP )Emmanuel Macron a bouclé sous les applaudissements son grand débat avec des maires…

Publié le 04/04/2019

Le président Macron visite une usine de saucisses le 4 avril 2019, à Cozzano en Corse ( Ludovic MARIN / POOL/AFP )Quelques écoles partiellement bloquées et des drapeaux corses tapissés dans…

Publié le 04/04/2019

Emmanuel Macron accueilli à Cozzano en Corse par des dizaines de drapeaux corses encadrés par les forces de l'ordre, le 4 avril 2019 ( PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP )Drapeaux corses à foison,…

Publié le 03/04/2019

Le président Emmanuel Macron s'exprime lors d'une conférence des maires de Bretagne à Saint-Brieuc, le 3 avril 2019 ( Damien MEYER / POOL/AFP )Entre boycott de la visite présidentielle par…

Publié le 03/04/2019

Le président Emmanuel Macron s'exprime lors d'une conférence des maires de Bretagne à Saint-Brieuc, le 3 avril 2019 ( Damien MEYER / POOL/AFP )Entre boycott de la visite présidentielle par…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/04/2019

Pour l'exercice 2018, Wedia affiche un chiffre d'affaires consolidé de 10,8 ME, en hausse de 16% par rapport à l'exercice 2017, soit 9,3 ME...

Publié le 18/04/2019

Les revenus locatifs de Carmila pour les 3 premiers mois de l'année 2019 s'élèvent à 89,2 millions d'euros, contre 82,1 millions d'euros en 2018 sur...

Publié le 18/04/2019

Implanet affiche pour l'exercice 2018 une perte nette de 5,55 ME, contre 6,61 ME un an auparavant...

Publié le 18/04/2019

L'assemblée générale des actionnaires de CNP Assurances qui s'est réunie le 18 avril 2019 à Paris a approuvé les comptes sociaux et consolidés de...

Publié le 18/04/2019

Accor a fait le point sur son activité du premier trimestre 2019. Ainsi, le groupe hôtelier a réalisé un chiffre d'affaires de 987 millions d’euros sur la période, en progression de 34,2% en…