En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 580.38 PTS
+0.31 %
5 528.00
-
SBF 120 PTS
4 415.60
+0.30 %
DAX PTS
12 222.39
+0.57 %
Dowjones PTS
26 559.54
+0.42 %
7 689.72
+0.00 %
1.124
+0.00 %

Contre les "contenus dangereux", Londres menace les patrons de réseaux sociaux

| AFP | 220 | 5 par 1 internautes
Photo prise et diffusée par le parlement britannique de la Première ministre Theresa May le 3 avril 2019
Photo prise et diffusée par le parlement britannique de la Première ministre Theresa May le 3 avril 2019 ( MARK DUFFY / UK PARLIAMENT/AFP )

Le gouvernement britannique a annoncé lundi son intention de légiférer pour protéger les usagers du web en imposant aux plateformes de lutter contre les "contenus dangereux", sous peine de mettre en cause la responsabilité personnelle des dirigeants des réseaux sociaux.

Dans un Livre blanc publié conjointement, le ministère de l'Intérieur et celui du numérique dévoilent leur projet d'établir un "régulateur indépendant" chargé de s'assurer que les compagnies du net "assument leurs responsabilités".

"Depuis trop longtemps, ces entreprises ne font pas assez pour protéger leurs usagers, particulièrement les enfants et les jeunes, des contenus dangereux", a déclaré la Première ministre Theresa May dans un communiqué. "Il est temps de procéder différemment".

Le ministre britannique en charge du numérique, Jeremy Wright, arrive au 10 Downing street, à Londres, le 2 avril 2019
Le ministre britannique en charge du numérique, Jeremy Wright, arrive au 10 Downing street, à Londres, le 2 avril 2019 ( Adrian DENNIS / AFP )

"L'époque de l'autorégulation est terminée", a souligné le ministre en charge du numérique, Jeremy Wright, estimant que les acteurs du secteur ne sont "pas allés assez loin".

Londres pourrait ainsi suivre l'exemple de l'Australie, qui a adopté la semaine dernière une législation instaurant des peines de prison pour les dirigeants de réseaux sociaux qui ne retireraient pas promptement les contenus extrémistes.

"Nous consultons actuellement sur la possibilité d'imposer de lourdes amendes, de bloquer l'accès aux sites et, potentiellement, de mettre en cause la responsabilité individuelle des hauts dirigeants", a annoncé l'exécutif.

Le gouvernement veut introduire un "devoir de diligence" en matière de protection des usagers, qui impliquerait que les plateformes en ligne s'attaquent "aux contenus violents ou incitant à la violence ou au suicide, à la désinformation, au cyber-harcèlement et aux documents inappropriés accessibles aux enfants".

Le gouvernement promet une règlementation "stricte" en matière de contenus "terroristes ou pédophiles". Ces textes s'appliqueront "aux réseaux sociaux", mais aussi aux "hébergeurs de fichiers, aux forums de discussion, aux services de messagerie, et aux moteurs de recherche".

Contre les fausses informations, un "code de déontologie" pourrait être instauré, et le recrutement d'équipes dédiées à la vérification de l'information imposé, "particulièrement pendant les périodes d'élection".

Pour s'assurer du respect de la règlementation, un régulateur indépendant sera mis en place. Le gouvernement "consulte" actuellement pour établir si un nouvel organisme doit être créé ou si cette mission peut être attribuée à un établissement public existant.

Ce régulateur sera financé par l'industrie numérique, a assuré l'exécutif, qui dit réfléchir à l'instauration d'une taxe sur les entreprises du web pour assurer "durablement" ses ressources.

Le logo de Facebook sur une tablette numérique à Paris le 17 février 2019
Le logo de Facebook sur une tablette numérique à Paris le 17 février 2019 ( Lionel BONAVENTURE / AFP/Archives )

Cette annonce intervient après des appels croissants à réguler ce secteur. En février, une commission parlementaire britannique avait appelé le gouvernement à agir pour empêcher les réseaux sociaux d'agir comme des "gangsters numériques". Le sujet avait gagné en acuité après l’échec de Facebook à empêcher la diffusion en direct sur sa plateforme des images du massacre de Christchurch (Nouvelle-Zélande) qui avait fait 50 morts en mars.

Ces annonces ont été saluées par les associations militant pour plus de régulation des plateformes internet.

"Cela fait trop longtemps que les réseaux sociaux ont échoué à faire de la sécurité des enfants une priorité", a déclaré Peter Wanless, directeur de la Société nationale pour la prévention de la cruauté envers les enfants.

"Il est grand temps de les forcer à agir pour protéger les enfants en vertu de règles contraignantes, assorties de lourdes punitions s'il ne le font pas".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/04/2019

Pour l'exercice 2018, Wedia affiche un chiffre d'affaires consolidé de 10,8 ME, en hausse de 16% par rapport à l'exercice 2017, soit 9,3 ME...

Publié le 18/04/2019

Les revenus locatifs de Carmila pour les 3 premiers mois de l'année 2019 s'élèvent à 89,2 millions d'euros, contre 82,1 millions d'euros en 2018 sur...

Publié le 18/04/2019

Implanet affiche pour l'exercice 2018 une perte nette de 5,55 ME, contre 6,61 ME un an auparavant...

Publié le 18/04/2019

L'assemblée générale des actionnaires de CNP Assurances qui s'est réunie le 18 avril 2019 à Paris a approuvé les comptes sociaux et consolidés de...

Publié le 18/04/2019

Accor a fait le point sur son activité du premier trimestre 2019. Ainsi, le groupe hôtelier a réalisé un chiffre d'affaires de 987 millions d’euros sur la période, en progression de 34,2% en…