En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 483.92 PTS
+0.09 %
5 481.50
+0.12 %
SBF 120 PTS
4 390.84
+0.10 %
DAX PTS
12 355.99
-0.15 %
Dowjones PTS
26 492.21
-0.26 %
7 563.19
+0.00 %
1.177
+0.03 %

Conférence des territoires: Philippe loue le "lien partenarial" avec les collectivités

| AFP | 226 | Aucun vote sur cette news
Edouard Philippe le 12 juillet 2018 à la Conférence nationale des territoires
Edouard Philippe le 12 juillet 2018 à la Conférence nationale des territoires ( Bertrand GUAY / AFP )

Édouard Philippe a mis en avant jeudi le "lien partenarial" entre l'État et les collectivités, en ouverture d'une Conférence nationale des territoires marquée par la recherche d'une position commune sur l'Europe, malgré le boycott de trois associations d'élus.

Revenant sur les contrats financiers qui encadrent la hausse de la dépense des grandes collectivités - une des pommes de discorde - M. Philippe a vanté ce "lien partenarial".

"Je suis intimement convaincu que" ces contrats sont "infiniment plus féconds et plus respectueux qu'une diminution brutale et non discutée des dotations", a assuré le Premier ministre. Il a cependant reconnu que leur "principe même" avait pu susciter "un peu d'agacement et de désaccord".

"Au fur et à mesure, nous nous améliorerons collectivement pour, peut-être dans les années qui viennent, prendre mieux en compte telle ou telle spécificité de telle ou telle collectivité", a insisté M. Philippe.

Trois associations d'élus - Régions de France, l'Assemblée des départements (ADF) et l'Association des maires (AMF) - avaient annoncé il y a dix jours qu'elles ne participeraient pas à ce rendez-vous semestriel, instauré par Emmanuel Macron. Elles déplorent notamment une recentralisation latente et contestent le jeu de dominos provoqué par la refonte de la fiscalité locale.

Les deux députés représentant Les Républicains à la Conférence - Guillaume Peltier et Annie Genevard - ont également boudé la rencontre.

"Nous disons à celles et ceux qui n'ont pas voulu venir, à ceux qui ont pris cette décision pour des positions que l'on doit respecter, mais qui sont parfois de nature très politique, que la porte est ouverte", a répondu de son côté le secrétaire d'État Olivier Dussopt, à l'issue de la réunion de l'instance de dialogue, c'est à dire le comité restreint, dans la matinée.

Était aussi présent durant ce préambule le président LR du Sénat Gérard Larcher, qui a lancé "un appel pour que le dialogue soit restauré entre l'État et les collectivités territoriales", selon la ministre Jacqueline Gourault.

La CNT de jeudi, dont le thème est "Europe, cohésion et territoires", évite pourtant les sujets qui fâchent. Elle doit permettre de dégager une position commune française sur la politique de cohésion européenne pour la période 2021-2027.

Il s'agit de "peser dans la négociation européenne sur le montant", qui devrait avoisiner 18 milliards d'euros, "peser sur la doctrine européenne" et "définir ensemble les bons tuyaux pour distribuer ces fonds", a résumé M. Philippe.

Mais l'absence des régions, qui sont les principales délégataires de la gestion de ces fonds, est préjudiciable.

"Il n'est jamais bon que des messages divergents émanent de notre pays" même si "ça n'exclut pas de discuter", a fait valoir le ministre de la Cohésion des territoires Jacques Mézard.

"Je n'ai pas de doute sur le fait que les Régions viendront discuter, ce n'est pas possible autrement. Les uns et les autres sont liés", a pour sa part assuré Mme Gourault.

L'Agence nationale de cohésion des territoires voulue par Emmanuel Macron et qui doit venir au chevet des territoires en difficulté sera créée par un article inséré dans le projet de loi logement (Elan), qui va être débattu au Sénat la semaine prochaine, et voté par ordonnances, a-t-on appris jeudi de sources concordantes.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

NOUVEAUTÉ - Bourse Direct lance ses Webinaires

Trader sur Indices, Matières Premières, Devises...
Lundi 2 octobre de 12h00 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Jeudi 11 octobre de 12h30 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 26/09/2018

Date : 9/26/2018Sous-jacent : Ferrari Produit : Turbo call 4529T (ISIN : DE000HV16SA4).Echéance : OuverteBarrière désactivante : 92,2000Stratégie : Achat à 2,9 euros.Le titre a dépassé une…

Publié le 26/09/2018

Par courrier reçu le 25 septembre 2018 par l'AMF, la société Morgan Stanley plc (Wilmington, Delaware, Etats-Unis) a déclaré à l'Autorité des marchés...

Publié le 26/09/2018

EOS imaging, pionnier de l'imagerie médicale orthopédique 2D/3D, présentera la solution d'imagerie EOS et plus particulièrement spineEOS, logiciel de planification 3D en ligne, pendant le 33ème…

Publié le 26/09/2018

Et maintenant ?

Publié le 26/09/2018

D'un point de vue graphique, le titre poursuit son rebond et a dépassé le niveau de résistance des 96 euros. Du côté des indicateurs techniques, le RSI journalier a cassé une oblique baissière…