Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 611.69 PTS
-1.22 %
5 595.00
-1.42 %
SBF 120 PTS
4 456.08
-1.11 %
DAX PTS
13 787.73
-1.44 %
Dow Jones PTS
30 814.26
-0.57 %
12 803.93
-0.73 %
1.207
+0. %

Concilier transitions numérique et écologique: le Sénat entame l'examen d'un texte transpartisan

| AFP | 381 | 4 par 2 internautes
Le Sénat dominé par l'opposition de droite s'apprête à adopter mardi en première lecture une proposition de loi transpartisane visant à
Le Sénat dominé par l'opposition de droite s'apprête à adopter mardi en première lecture une proposition de loi transpartisane visant à "réduire l'empreinte environnementale du numérique en France". Photo prise le 17 décembre 2020. ( Thomas SAMSON / AFP )

Comment concilier le développement numérique et la transition écologique ? Le Sénat dominé par l'opposition de droite s'apprête à adopter largement mardi soir en première lecture une proposition de loi transpartisane, visant à "réduire l'empreinte environnementale du numérique en France".

Porté par Patrick Chaize et Guillaume Chevrollier (LR) ainsi que Jean-Michel Houllegatte (PS) et Hervé Maurey (centriste), le texte a été cosigné par quelque 130 sénateurs de tous bords.

Les usages du numérique "explosent", une tendance qui devrait encore s'accentuer avec l'arrivée contestée de la 5G.

Le développement du numérique est "indispensable à la transition écologique, notamment par les innovations qu'il permet dans les secteurs industriels les plus polluants, mais à ces gains sont associés des impacts" environnementaux, a souligné M. Chaize à l'ouverture des débats dans l'hémicycle, citant les émissions carbone, mais aussi les consommations d'énergie et d'eau.

A l'instar de plusieurs de ses collègues, le centriste Hervé Maurey a rappelé que le président du Sénat Gérard Larcher (LR) avait saisi le Haut conseil pour le climat sur l'impact de la 5G. "Son rapport est plutôt alarmant puisqu’il estime que cette génération de réseau entrainera une +augmentation significative+ de l’empreinte carbone du numérique", a-t-il déclaré.

Pour le secrétaire d’État chargé de la Transition numérique, Cédric O, "la volonté qui irrigue la proposition de loi rejoint celle du gouvernement dans le cadre de sa feuille de route interministérielle pour faire converger numérique et écologie" qui doit être présentée "début février". Il a néanmoins exprimé des "réserves" sur certains points.

Les auteurs de la proposition de loi entendent actionner quatre "leviers prioritaires".

"Un texte novateur"

Il s'agit en premier lieu de faire prendre conscience aux utilisateurs de l’impact environnemental du numérique. Le texte prévoit ainsi, dès le plus jeune âge, la mise en place d’une "éducation à la sobriété numérique".

Point essentiel, il vise à limiter le renouvellement des terminaux numériques, "dont la fabrication est le principal responsable de l’empreinte carbone du numérique en France ": les sénateurs proposent notamment de "sanctionner l'obsolescence logicielle". Les équipements numériques, téléphones, ordinateurs et autres équipements électroniques, représentent environ 80% de l'impact environnemental du numérique.

La proposition de loi entend encore promouvoir des usages numériques "écologiquement vertueux", en rendant notamment obligatoire "l’écoconception" des sites web, et "faire émerger une régulation environnementale" pour prévenir l'augmentation des consommations et émissions des réseaux et des centres de données.

Les sénateurs veulent en particulier demander aux opérateurs de souscrire d'ici 2023 à des engagements environnementaux pluriannuels contraignants auprès de l’Arcep, le gendarme des télécoms.

Sur certains points, le gouvernement privilégie une approche "incitative" plutôt que "contraignante", a relevé M. O, précisant que des concertations sont prévues avec les opérateurs télécoms pour accélérer le reconditionnement des téléphones, ainsi qu'avec les plateformes numériques sur la consommation des vidéos.

Selon les travaux d'une mission d'information sénatoriale, si rien n'est fait, le numérique serait à l'horizon 2040 à l'origine de 24 millions de tonnes équivalent carbone, soit environ 7% des émissions de la France, contre 2% aujourd'hui.

Une soixantaine d'amendements ont été déposés pour l'examen du texte dans l'hémicycle qui doit se poursuivre en soirée.

Le groupe écologiste, qui par la voix de Jacques Fernique a salué "un texte novateur" avec de "nombreux points forts", a proposé plusieurs dispositions pour le "renforcer".

Plus critique, Marie-Claude Varaillas (CRCE à majorité communiste) a déclaré douter que la portée du texte "soit à la mesure des enjeux".

"Avec ce texte le Sénat fait oeuvre utile", a jugé Frédéric Marchand (RDPI à majorité radicale). L'empreinte environnementale du numérique est "aujourd'hui un sujet de société sur lequel il est temps d'arrêter une stratégie partagée, mais cette proposition de loi n'est en rien le procès du numérique ni le fruit d'une réflexion de sénateurs hors sol. Au contraire", a -t-il ajouté.

 ■

Copyright © 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/01/2021

Sogeclair, concepteur et producteur de solutions innovantes à forte valeur ajoutée pour la mobilité, annonce avoir conclu l'opération d'entrée de...

Publié le 15/01/2021

L'Administrateur Provisoire, assisté de l'Administrateur Judiciaire ont arrêté les états financiers sociaux et consolidés du groupe EEM le 15 janvier...

Publié le 15/01/2021

Valneva, société spécialisée dans les vaccins contre des maladies infectieuses générant d'importants besoins médicaux, a annoncé aujourd'hui une...

Publié le 15/01/2021

A la suite de l'ordonnance de référé du 9 octobre 2020 et de l'arrêt de la Cour d'appel du 19 novembre 2020, ayant ordonné la suspension des effets de...

Publié le 15/01/2021

Valneva a annoncé une modification des termes de son accord de financement avec les fonds américains spécialisés dans le secteur de la santé Deerfield Management Company et OrbiMed. Compte tenu…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne