En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 084.66 PTS
-0.63 %
5 084.50
-0.56 %
SBF 120 PTS
4 076.70
-0.66 %
DAX PTS
11 553.83
-0.31 %
Dowjones PTS
25 444.34
+0.26 %
7 107.23
-0.12 %
1.151
+0.00 %

Comprendre le transfert de pouvoirs attendu à Gaza

| AFP | 275 | Aucun vote sur cette news
Un supporteur du Fatah agite le drapeau du mouvement à Gaza, le 11 novembre 2017
Un supporteur du Fatah agite le drapeau du mouvement à Gaza, le 11 novembre 2017 ( MAHMUD HAMS / AFP/Archives )

Enjeux, acteurs, contexte...: des clés pour comprendre la passation de pouvoirs attendue d'ici vendredi dans la bande de Gaza, qui s'inscrit dans le cadre de la réconciliation en cours entre les principales factions palestiniennes.

- Quels sont les acteurs ? -

L'Autorité palestinienne, entité internationalement reconnue et censée préfigurer un Etat indépendant, est dominée par le Fatah laïc et modéré du président Mahmoud Abbas.

Elle ne gouverne, avec les restrictions imposées par l'occupation israélienne, que sur des portions de la Cisjordanie, séparée de la bande de Gaza par le territoire israélien.

L'Autorité est l'interlocutrice d'Israël et coopère avec lui dans le domaine de la sécurité en Cisjordanie.

Le mouvement islamiste Hamas est au pouvoir dans la bande de Gaza où, avec ses alliés, il a livré trois guerres à Israël depuis 2008.

Pour le Hamas, Israël est une "entité usurpatrice". Son but reste "de libérer la Palestine".

- Quelles sont les origines de la scission ? -

Mahmoud Abbas a remporté l'élection présidentielle en 2005, succédant au leader historique Yasser Arafat.

Azzam al-Ahmad (D), membre du Fatah, et Saleh al-Aruri (G), du Hamas, signent un accord de réconciliation au Caire, le 12 octobre 2017
Azzam al-Ahmad (D), membre du Fatah, et Saleh al-Aruri (G), du Hamas, signent un accord de réconciliation au Caire, le 12 octobre 2017 ( KHALED DESOUKI / AFP/Archives )

Un an plus tard, le Hamas a surpris tout le monde en gagnant les législatives palestiniennes.

Israël, les Etats-Unis et une grande partie de la communauté internationale ont signifié qu'ils ne traiteraient pas avec le Hamas, à moins qu'il ne renonce à la lutte armée et reconnaisse les accords passés, y compris ceux acceptant l'existence d'Israël.

Le Hamas est considéré comme "terroriste" par Israël, les Etats-Unis et l'Union européenne, et comme infréquentable par une partie de la communauté internationale.

Mahmoud Abbas à la tribune des Nations unies à New-York, le 20 septembre 2017
Mahmoud Abbas à la tribune des Nations unies à New-York, le 20 septembre 2017 ( Kevin Hagen / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives )

Les relations entre le Hamas et le Fatah se sont rapidement détériorées, des épisodes de violence successifs faisant des dizaines de morts. En juin 2007, le Hamas a évincé le Fatah de la bande de Gaza par les armes.

Israël impose depuis une décennie un strict blocus à l'enclave, invoquant la nécessité de contenir le Hamas.

- Quels sont les enjeux ? -

Les Gazaouis, affligés par les guerres, la pauvreté, le chômage, le marasme économique, les pénuries d'eau et d'électricité, espèrent un allègement du blocus.

Ils rêvent de voir la frontière avec l'Egypte, fermée quasiment en permanence depuis des années, s'ouvrir plus constamment.

L'entreprise de réconciliation est menée sous les auspices de l'Egypte, intermédiaire historique entre les Palestiniens et un des deux seuls pays arabes à avoir fait la paix avec Israël.

L'ONU veut croire prudemment que la réconciliation lèvera un obstacle majeur à une reprise de l'effort de paix avec Israël, paralysé depuis plus de trois ans.

- Que doit-il se passer maintenant ? -

Le Fatah et le Hamas se sont entendus le 12 octobre au Caire pour que le mouvement islamiste rétrocède à l'Autorité tous les pouvoirs dans la bande de Gaza d'ici au 1er décembre.

Le Hamas a accompli un geste marquant le 1er novembre en transférant le contrôle, côté palestinien, des frontières avec Israël et l'Egypte.

Mais un ministre de l'Autorité palestinienne a déclaré que moins de 5% de ce transfert avait eu lieu.

Comment la passation est supposée se manifester à la date convenue (un vendredi, jour de repos hebdomadaire) n'est toujours pas clair.

Aucun évènement n'est encore annoncé à Gaza, sinon une possible réunion de hauts responsables du Fatah et du Hamas.

La semaine dernière, les groupes palestiniens à nouveau réunis au Caire s'étaient séparés sur un vague appel à de lointaines élections, sans fournir de détails sur la suite au-delà du 1er décembre.

La présence ou non des forces de sécurité du Hamas dans les rues sera scrutée attentivement.

- Quels obstacles se profilent ? -

La question cruciale du sort de la branche armée du Hamas, réputée forte de 25.000 hommes avec plusieurs milliers de roquettes, reste en suspens.

Le président Abbas exclut que l'Autorité palestinienne assume les responsabilités civiles à Gaza sans tenir les leviers sécuritaires. Le Hamas répète à l'envi qu'il est hors de question qu'il rende ses armes.

Israël et les Etats-Unis ont énoncé leurs conditions pour traiter avec un éventuel gouvernement d'union Fatah-Hamas: reconnaissance d'Israël, renoncement à la violence, désarmement du Hamas.

Par ailleurs, l'intégration dans l'administration de l'Autorité palestinienne des dizaines de milliers de fonctionnaires recrutés depuis 2007 par le Hamas s'annonce comme un écueil considérable.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/10/2018

SOCIETE DE TAYNINH       Paris, le 19 octobre 2018     COMMUNIQUE DE PRESSE       INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE   3ème TRIMESTRE 2018       Chiffre…

Publié le 19/10/2018

Nanobiotix a annoncé la présentation des résultats positifs de son étude de phase II/III Act.in.sarc évaluant NBTXR3 sur des patients atteints de Sarcome des Tissus Mous (STM) localement avancé…

Publié le 19/10/2018

  CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL SUD RHONE ALPES SOCIETE COOPERATIVE A CAPITAL VARIABLE Au capital actuel de 69 949 310,00 euros Siège social : 12 Place de la résistance…

Publié le 19/10/2018

Getlink a été retenu pour la neuvième année consécutive, par Gaïa Rating, parmi 230 sociétés analysées pour intégrer le Gaïa Index composé des 70 meilleures valeurs françaises. La note…

Publié le 19/10/2018

    Paris, le 19 octobre 2018     CESSATION ET MISE EN OEUVRE D'UN CONTRAT DE LIQUIDITE   À compter du 22 octobre 2018 et pour une période d'un an renouvelable…