En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 232.86 PTS
-3.71 %
4 240.50
-3.52 %
SBF 120 PTS
3 331.04
-3.29 %
DAX PTS
9 648.68
-2.89 %
Dow Jones PTS
21 917.16
-1.84 %
7 813.50
+0. %

Communautarisme: Retailleau demande la "mise sous tutelle" des communes complices

| AFP | 264 | 5 par 2 internautes
Le chef de file LR au Sénat Bruno Retailleau, le 5 février 2019 à l'Elysée, à Paris
Le chef de file LR au Sénat Bruno Retailleau, le 5 février 2019 à l'Elysée, à Paris ( LUDOVIC MARIN / AFP/Archives )

Le chef de file LR au Sénat Bruno Retailleau défend, dans un entretien au JDD, la "mise sous tutelle républicaine" des collectivités qui seraient reconnues complices de communautarisme.

"On est en train de perdre le combat contre l’islamisme", affirme Bruno Retailleau pour qui, "bientôt, il sera trop tard".

Co-auteur, avec le chef des sénateurs centristes Hervé Marseille, d'une proposition de loi constitutionnelle visant notamment au respect de la souveraineté nationale, de la démocratie et de la laïcité, M. Retailleau estime que "ce qui manque surtout, c'est la lucidité et le courage, qu’il s'agisse de l’islam politique, de la laïcité mais aussi de l'immigration".

Interrogé pour savoir s'il y a "des élus complices des islamistes", il répond: "Bien sûr. À droite comme à gauche".

"Je propose donc un contrôle de légalité renforcé pouvant aller jusqu’à une mise sous tutelle républicaine d’une collectivité par le préfet lorsqu’on constate des manquements graves", insiste-t-il.

Face aux djihadistes qui souhaitent rentrer en France, M. Retailleau considère qu'il "ne doit pas y avoir de retour en France pour ceux qui ont trahi leur pays. Ils doivent être jugés sur place, par les États ou un tribunal international. Les binationaux doivent être déchus de leur nationalité française. Pour les Français, je propose une peine d’indignité nationale avec interdiction d’accès au territoire français".

Quant aux djihadistes condamnés avant la loi de 2016 renforçant la lutte contre le crime organisé et le terrorisme, qui vont prochainement sortir de prison, il va proposer, "avec Philippe Bas et Marc-Philippe Daubresse (...), dans les tout prochains jours, un dispositif qui permette d’étendre à ces individus les mesures de surveillance et de rétention de sûreté prévus par la loi de 2016".

Pour que cela soit constitutionnel, précise-t-il, "ces dispositions devront être limitées aux individus condamnés pour des crimes de terrorisme et représentant un degré élevé de dangerosité. Mais je le dis solennellement : si l’action publique est entravée, alors il faudra faire un référendum.(...) C’est une question de vie ou de mort".

Un débat sur la montée des communautarismes agite la sphère politique depuis plusieurs mois, alimentée par de vives polémiques sur la laïcité et le port du voile.

L'exécutif doit lancer d'ici aux élections municipales de mars "une stratégie de lutte contre le séparatisme dans la République", a indiqué début février sa porte-parole Sibeth Ndiaye.

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 01/04/2020

Dans le contexte d’épidémie de Coronavirus, des restrictions de circulation et des mesures de confinement imposées par le gouvernement, le Conseil d’administration de Gecina, réuni le 31 mars…

Publié le 01/04/2020

Précédemment, le Conseil d'administration de Savencia Fromage & Dairy avait proposer la distribution d'un dividende de 1,30 euro par action au titre de 2019...

Publié le 01/04/2020

Compte tenu de l’impact de la crise du Covid-19, Continental a retiré ses guidances 2020. Jusque-là, l’équipementier automobile allemand tablait sur des ventes consolidées comprises entre 42,5…

Publié le 01/04/2020

Réuni le 31 mars 2020 en audioconférence, le Conseil d’administration de Société Générale S.A. a décidé que l’Assemblée générale mixte du 19 mai 2020 se tiendra à 16 heures hors la…

Publié le 01/04/2020

Le groupe TF1 confirme que l'assemblée générale mixte se tiendra le vendredi 17 avril 2020, à 14h30, 1 quai du Point du Jour – 92100 Boulogne Billancourt, et précise que, compte-tenu des…