En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 839.31 PTS
-0.58 %
4 839.50
-0.51 %
SBF 120 PTS
3 865.44
-0.45 %
DAX PTS
11 085.61
-0.45 %
Dowjones PTS
24 706.35
+1.38 %
6 784.61
+0.00 %
1.136
-0.11 %

Collomb souhaite un service national universel "obligatoire"

| AFP | 333 | Aucun vote sur cette news
Le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, plaide pour un service national universel lors d'une émission dimanche sur France Inter/France Info/Le Monde
Le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, plaide pour un service national universel lors d'une émission dimanche sur France Inter/France Info/Le Monde ( JACQUES DEMARTHON / AFP/Archives )

Le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, a réaffirmé dimanche sa volonté que le service national universel, promesse de campagne d'Emmanuel Macron dont la forme n'est pas encore définie, soit "obligatoire".

"Le Président de la République (...) a une qualité, c'est la persévérance dans les idées. Aujourd'hui, on est en train de réfléchir sur la forme que cela pourrait prendre mais il a encore réaffirmé récemment qu'il voulait faire ce genre de service obligatoire", a déclaré Gérard Collomb lors d'une émission sur FranceInter/FranceInfo/Le Monde.

Interrogé si lui-même souhaitait que ce service soit obligatoire, le ministre a affirmé: "Oui, bien sûr".

"Ce n'est plus le service d'un an qu'on connaissait par le passé, c'est quelques semaines, un mois mais au moins on se retrouve ensemble, il y a un brassage social", a-t-il dit.

Vendredi, la ministre des Armées, Florence Parly, avait déclaré que "ce sera un service qui probablement n'aura pas un caractère obligatoire, au sens où les gendarmes viendraient rechercher le réfractaire, mais ce sera un service qu'on cherchera à rendre attractif pour les jeunes afin qu'ils soient incités à le réaliser, à la fois pour eux-mêmes, pour ce qu'ils y apprendront et aussi pour ce qu'ils pourront donner aux autres".

A l'origine, la promesse lancée en mars 2017 par le candidat Macron était de rétablir un "service national obligatoire et universel", d'une durée d'un mois et pour l'ensemble d'une même classe d'âge, "soit environ 600.000 jeunes par an".

"En indiquant +pas obligatoire+, la ministre a voulu dire +pas punitif+: elle n'a pas remis en cause sa vocation universelle, c'est-à-dire ayant vocation à concerner tous les jeunes", a précisé vendredi l'entourage de Florence Parly.

La faisabilité de ce projet suscite des doutes, en raison de son coût (estimé entre deux et trois milliards d'euros par an par Emmanuel Macron pendant sa campagne) et des capacités d'accueil des armées, réduites depuis la suppression en 1997 du service militaire.

Le chef de l'État a chargé fin janvier un groupe de travail d'entamer "des travaux de préfiguration et rendre ses conclusions en avril" sur l'instauration de ce service. Un rapport parlementaire sur le sujet est également attendu le 21 février.

Dans un rapport récemment remis au ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer, le Conseil d'orientation des politiques de jeunesse (COJ), qui réunit les acteurs majeurs des politiques jeunesse, préconise que ce service ne soit pas obligatoire, afin notamment d'éviter "une rupture" dans le parcours scolaire, professionnel ou dans la vie personnelle des jeunes.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/01/2019

Les marchés actions européens évoluent en baisse à l’approche de la mi-séance. Le contexte est toujours empli de craintes concernant le ralentissement de la croissance chinoise et l’état de…

Publié le 22/01/2019

Soitec bondit de 11,33% à 66,80 euros sur la place de Paris, dans le sillage d’une solide publication trimestrielle. Cela a conduit le spécialiste des matériaux semi-conducteurs a relevé ses…

Publié le 22/01/2019

Par courrier reçu le 21 janvier 2019 par l'AMF, la société new-yorkaise BlackRock Inc...

Publié le 22/01/2019

Safran a acquis une participation dans Oxis Energy au travers de sa filiale Safran Corporate Ventures dédiée aux investissements dans de jeunes sociétés technologiques. Oxis Energy est…

Publié le 22/01/2019

Le titre casse la résistance des 10.4 euros, qui contenait les cours depuis février 2018. Du côté des indicateurs techniques, les moyennes mobiles à 20 et 50 séances sont proches d'effectuer un…