En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 408.18 PTS
-0.02 %
5 406.50
-0.05 %
SBF 120 PTS
4 330.44
-0.08 %
DAX PTS
12 572.70
+0.09 %
Dowjones PTS
25 064.36
+0.18 %
7 357.90
+0.00 %
Nikkei PTS
22 697.36
+0.44 %

Les collectivités locales vont devoir se serrer la ceinture

| AFP | 699 | Aucun vote sur cette news
Le Premier ministre Edouard Philippe (D) et le président du Sénat Gérard Larcher (G) attendent le président Emmanuel Macron lors de la Conférence des territoires au Sénat, le 17 juillet 2017 à Paris
Le Premier ministre Edouard Philippe (D) et le président du Sénat Gérard Larcher (G) attendent le président Emmanuel Macron lors de la Conférence des territoires au Sénat, le 17 juillet 2017 à Paris ( IAN LANGSDON / POOL/AFP )

Le gouvernement français a annoncé lundi que les collectivités locales (régions, départements, communes...) allaient être mises à contribution pour réduire la dépense publique, avec 13 milliards d'euros d'économies d'ici à 2022.

Evoquant le cap fixé de la baisse des dépenses, le Premier ministre Edouard Philippe a lancé aux représentants de ces collectivités: "Je n'ai aucun doute sur le fait que ce sera dur et aucun doute sur le fait que ce sera long".

L'objectif du gouvernement est une réduction des dépenses des collectivités de 13 milliards d'euros d'ici à 2022, soit 3 milliards de plus que prévu dans le programme présidentiel d'Emmanuel Macron.

Or, le gouvernement entend parallèlement supprimer la taxe d'habitation pour 80% de ménages sur trois ans, entre 2018 et 2020,qui est l'une des principales mannes financières pour les communes.

M. Macron a ainsi annoncé dans l'après-midi l'ouverture d'une "réflexion profonde" sur la "refonte de la fiscalité locale" qui devrait aboutir d'ici au "printemps prochain", évoquant des pistes pour compenser la suppression de la taxe d'habitation.

Le chef de l'État avait promis dans le passé de compenser le manque à gagner "à l'euro près". Les maires redoutent cependant de ne pas voir la promesse respectée.

Emmanuel Macron devant la Conférence nationale des territoires, le 17 juillet 2017 au Sénat à Paris
Emmanuel Macron devant la Conférence nationale des territoires, le 17 juillet 2017 au Sénat à Paris ( IAN LANGSDON / POOL/AFP )

Le président Macron a aussi manifesté sa volonté de réduire le nombre d'élus locaux, comme il s'est déjà engagé à réduire d'un tiers celui de parlementaires. "Nos concitoyens ne comprendraient pas (un) traitement différencié", a-t-il argué.

Lundi, les associations d'élus se sont déclarées satisfaites de la méthode, l'élaboration d'un pacte, mais se sont montrées inquiètes à propos des propositions financières d'Emmanuel Macron.

13 milliards, "c'est plus que quelque chose dont nous ne voulons déjà pas", a notamment réagi François Baroin (droite), président de l'Association des maires de France.

Le Premier ministre a récemment dévoilé un programme de réformes économiques et sociales, avec notamment des mesures pro-business et des promesses de réduction des dépenses.

Le projet de réforme de la taxe d'habitation
Le projet de réforme de la taxe d'habitation ( Simon MALFATTO / AFP )

Dès cette année, l'État français va réaliser 4,5 milliards d'euros d'économies, afin de contenir son déficit à 3% du PIB, conformément aux traités européens, selon le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin.

Ces économies annoncées ont été jugées "réalistes" par le FMI qui a estimé lundi qu'elles pourraient "fortement contribuer à résoudre les défis économiques auxquels la France se heurte de longue date".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/07/2018

Le Conseil national de recherches du Canada (CNRC) et Airbus ont renouvelé leur accord-cadre de coopération en matière de recherche et technologie (R&T). Ce nouvel accord, d'une durée de cinq ans,…

Publié le 17/07/2018

D'après les chiffres de Médiamétrie...

Publié le 17/07/2018

      Information mensuelle relative au nombre total d'actions et de droits de vote de Neopost SA   Etabli en application de l'article 223.11 du Règlement…

Publié le 17/07/2018

Neolife a annoncé le principe d'une émission de BSA

Publié le 17/07/2018

Spineway, spécialiste des implants et ancillaires chirurgicaux pour le traitement des pathologies de la colonne vertébrale, a reçu le prix Forbes...