5 349.30 PTS
-0.15 %
5 355.0
+0.10 %
SBF 120 PTS
4 267.01
-0.16 %
DAX PTS
13 103.56
+0.27 %
Dowjones PTS
24 651.74
+0.58 %
6 466.32
+1.20 %
Nikkei PTS
22 553.22
-0.62 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Code du travail: les communistes dénoncent l'escamotage du texte par la majorité

| AFP | 145 | Aucun vote sur cette news
L'examen du projet de loi permettant au gouvernement de réformer le code du travail a démarré le 10 juillet à l'Assemblée nationale
L'examen du projet de loi permettant au gouvernement de réformer le code du travail a démarré le 10 juillet à l'Assemblée nationale ( FRED TANNEAU / AFP/Archives )

La majorité "cherche à escamoter et faire passer en catimini" le projet de loi habilitant le gouvernement à réformer le code du travail par ordonnances, un texte "grave", notamment en refusant un vote solennel, a jugé mardi l'un des porte-parole des députés PCF, Pierre Dharréville.

Le débat dans l'hémicycle, entamé lundi, montre "comme nous le craignions que le gouvernement cherche à esquiver le fond, la philosophie de son projet", a déclaré le député des Bouches-du-Rhône lors d'une conférence de presse. "Nous allons continuer à lever le voile sur le contenu de ce texte, obliger le gouvernement à préciser au maximum sa pensée et à traduire par écrit un certain nombre d'engagements."

Ainsi, a-t-il ajouté, le premier des neuf articles "institue une inversion massive de la hiérarchie des normes, mais le gouvernement a passé son temps à dire qu'il n'en était rien". A ses yeux, "l'accord d'entreprise va primer et la loi et la branche seront, l'une et l'autre, supplétives", un "changement de philosophie radical" au détriment des salariés.

M. Dharréville a aussi critiqué la majorité qui "cherche à escamoter ce texte, le faire passer en catimini et ne pas lui donner la solennité nécessaire" lors de son vote global, alors qu'il est "suffisamment grave pour permettre au Parlement de se prononcer dans les conditions de clarté les plus favorables".

Lors de la conférence des présidents mardi matin, autour du président de l'Assemblée François de Rugy, le président du groupe des communistes (alliés à des ultramarins) a demandé un vote solennel sur l'ensemble du projet de loi d'habilitation. "C'était la moindre des choses concernant un texte d'une telle importance et qui faisait partie des annonces phares d'Emmanuel Macron pendant sa campagne, mais ce vote a été refusé par la majorité", a déploré l'élu des Bouches-du-Rhône.

Il n'y aura pas de vote solennel mais un scrutin public, plus rapide, dans la foulée de la fin des débats, probablement jeudi soir, voire lundi prochain, a décidé la conférence des présidents.

Après plusieurs rappels au règlement sur cette question, le président de l'Assemblée a souligné à la reprise des débats que "ce sera "un vote à scrutin public dans les conditions d'un vote solennel", avec possibilité de délégation de vote.

Et de préciser que "le gouvernement a donné un certain nombre d'arguments, dont la question des navettes" avec le Sénat, sachant que l'exécutif veut un vote définitif avant la fin de cette session extraordinaire d'été.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/12/2017

Le conseil d'administration de SoLocal Group a pris acte de la démission de Monica Menghini et a décidé, sur proposition du comité des nominations, de coopter Marie-Christine Levet en qualité…

Publié le 15/12/2017

En prévision de son départ de Wendel le 31 décembre prochain, Frédéric Lemoine a présenté sa démission du conseil d'administration de Bureau Veritas à compter du 31 décembre 2017. En…

Publié le 15/12/2017

André François-Poncet remplace Frédéric Lemoine au Conseil d'administration de Bureau Veritas à compter du 1er janvier 2018   Neuilly-sur-Seine, le 15 décembre…

Publié le 15/12/2017

L'objectif d'Immobilière Dassault est de lancer un projet de restructuration de ce bâtiment

Publié le 15/12/2017

Immobilière Dassault a finalisé l'achat d'un immeuble situé au 16 rue de la Paix, Paris 2ème, dont elle avait annoncé avoir signé une promesse le 23 octobre dernier. Il est rappelé que cet…

CONTENUS SPONSORISÉS