En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 494.88 PTS
+0.34 %
5 485.50
+0.38 %
SBF 120 PTS
4 397.10
+0.29 %
DAX PTS
12 382.05
+0.25 %
Dowjones PTS
26 562.05
-0.68 %
7 548.75
+0.00 %
1.176
+0.09 %

Chine: Xi Jinping tend la main aux médias... mais pas tous

| AFP | 498 | Aucun vote sur cette news
Le président chinois Xi Jinping, le 25 octobre 2017 au Palais du Peuple, à Pékin
Le président chinois Xi Jinping, le 25 octobre 2017 au Palais du Peuple, à Pékin ( WANG ZHAO / AFP )

Plus impérial que jamais à la tête du cénacle au pouvoir à Pékin, Xi Jinping appelle les médias à "découvrir la Chine"... mais plusieurs d'entre eux et non des moindres ont été tenus mercredi à l'écart de la cérémonie d'intronisation rituelle des dirigeants chinois.

Comme tous les cinq ans, l'équipe dirigeante de sept hommes qui détient le pouvoir en Chine a été présentée devant la presse après avoir été élue à huis clos par le comité central du Parti communiste chinois (PCC), au terme d'une semaine marquée par une avalanche de propagande de la part des médias d'Etat.

Prenant la parole devant ses collègues alignés sagement à côté de son pupitre, Xi Jinping a émis l'espoir que "nos amis journalistes continueront à suivre les progrès et le développement de la Chine afin de s'informer et de couvrir le pays dans ses nombreuses dimensions".

Mais plusieurs grands médias de langue anglaise ont été tenus à l'écart de la conférence de presse, dont le New York Times, l'Economist, le Financial Times, le Guardian et la BBC.

- Pas d'éloges -

"Il est difficile de ne pas en conclure que ces médias ont été visés afin d'envoyer un message", a réagi le Club des correspondants étrangers en Chine.

"Fermer l'accès aux médias afin de punir les journalistes dont la couverture déplaît aux autorités chinoises constitue une violation grossière de la liberté de la presse", a ajouté l'association.

Xi Jinping, omniprésent dans les médias de son pays, a vu son nom et sa "Pensée" faire officiellement leur entrée mardi dans la charte du PCC, lui donnant un statut équivalent à celui du fondateur du régime communiste, Mao Tsé-toung, dont le règne (1949-76) avait donné lieu à un culte de la personnalité hallucinant.

"Nous n'attendons pas d'éloges flatteurs et nous nous félicitons au contraire d'une information objective et de suggestions constructives", a assuré l'homme fort de Pékin, dont les contacts directs avec la presse, particulièrement étrangère, sont quasi-inexistants.

- 'Mon intégrité' -

Avant de quitter la salle sans répondre à aucune question, il a cité un poème classique remontant à la dynastie mongole des Yuan (1271-1368): "Je ne vais pas à la pêche aux compliments, je me satisfais que mon intégrité remplisse l'univers".

La Chine a l'un des pires bilans en termes de liberté de la presse, Reporters sans frontières la classant presque au dernier rang de son classement, notamment après Cuba et l'Iran. Les journalistes chinois risquent la prison pour des articles critiques, tandis que leurs confrères étrangers travaillent sous la menace d'un non-renouvellement de leur permis de travail.

Le congrès du Parti, auquel étaient conviés de nombreux journalistes étrangers, dont beaucoup de pays en développement, visait à combattre cette réputation, via l'organisation de conférences de presse et de rencontres avec des délégués du PCC.

Mais les délégués en question étaient triés sur le volet, et les conférences de presse sans surprise, avec des questions parfois visiblement préparées à l'avance et des orateurs pratiquant la langue de bois.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

NOUVEAUTÉ - Bourse Direct lance ses Webinaires

Trader sur Indices, Matières Premières, Devises...
Lundi 2 octobre de 12h00 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Jeudi 11 octobre de 12h30 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 25/09/2018

CinemaNext, leader européen des services aux exploitants cinéma et branche du Groupe Ymagis, annonce ce jour avoir finalisé l'équipement des trois...

Publié le 25/09/2018

Casino reprend 1,6% à 36,6 euros à la mi-journée alors que l'actualité sectorielle est toujours dominée par la bataille opposant depuis ce week-end le...

Publié le 25/09/2018

Suez a annoncé la construction d'une nouvelle unité de valorisation énergétique à Stockton-on-Tees - comté de Durham - au Royaume-Uni, pour assurer le...

Publié le 25/09/2018

SES grimpe encore de 3,8% à 17,8 euros en fin de matinée, alors que les enchères pour les fréquences 5G en Italie sont en train de s'envoler...

Publié le 25/09/2018

Enfin une bonne nouvelle pour Recylex ! Débouté la semaine dernière par la justice dans le conflit l'opposant aux liquidateurs de Metaleurop (22 millions d'euros à la clef), Le spécialiste du…