En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 326.99 PTS
+0.86 %
5 280.5
+0.98 %
SBF 120 PTS
4 205.80
+0.89 %
DAX PTS
12 048.89
+0.81 %
Dowjones PTS
25 490.47
+0.00 %
7 307.93
+0.00 %
1.119
+0.11 %

Chine: HRW dénonce la surveillance quotidienne au Xinjiang grâce à une application

| AFP | 210 | 5 par 1 internautes
Patrouille de police dans un marché alimentaire nocturne près d'une mosquée à Kashgar au Xinjiang (nord-ouest de la Chine) à la veille de la fin du ramadan, le 25 juin 2017
Patrouille de police dans un marché alimentaire nocturne près d'une mosquée à Kashgar au Xinjiang (nord-ouest de la Chine) à la veille de la fin du ramadan, le 25 juin 2017 ( Johannes EISELE / AFP/Archives )

Les autorités chinoises utilisent une application de téléphonie mobile pour surveiller les musulmans du Xinjiang et taxent de suspectes des conduites quotidiennes "totalement légales", assure un rapport de l'ONG Human Rights Watch rendu public jeudi.

Pékin s'est attiré de vives critiques dans le monde avec sa politique de fermeté au Xinjiang (nord-ouest) où les Ouïghours, ethnie musulmane apparentée aux Turcs, sont majoritaires. Une politique mise en place au nom de la lutte contre le terrorisme islamique et le séparatisme dans cette région de plus de 20 millions d'habitants endeuillée ces dernières années par des attentats et des violences ethniques.

Pékin est accusé d'avoir interné jusqu'à un million de Ouïghours dans des camps de rééducation politique. Le régime communiste dément ce chiffre et parle de "centres de formation professionnelle" destinés à lutter contre la radicalisation islamiste.

Human Rights Watch a déjà fait état par le passé de l'utilisation par les autorités au Xinjiang d'un système de surveillance intitulé Integrated Joint Operations Platform (IJOP) pour rassembler des informations provenant de diverses sources allant de caméras de reconnaissance faciale aux analyseurs de wifi en passant par les barrages policiers, les données bancaires et les perquisitions à domicile.

Mais dans son nouveau rapport, intitulé "Les algorithmes de répression de la Chine", HRW étudie l'utilisation d'une application connectée à l'IJOP pour surveiller des conduites spécifiques.

Selon le rapport, les autorités du Xinjiang surveillent ainsi étroitement 36 catégories de conduites, par exemple le fait de ne pas sympathiser avec ses voisins, d'éviter d'utiliser la porte principale ou un smartphone, de faire des dons à des mosquées "avec enthousiasme" ou d'utiliser des quantités "anormales" d'électricité.

Surveillance élargie

L'application conseille aussi de surveiller quiconque est lié à une personne ayant un nouveau numéro de téléphone ou ayant quitté le pays depuis plus de trente jours.

"Nos recherches montrent, pour la première fois, que les policiers du Xinjiang utilisent des informations collectées de manière illégale à propos de conduites parfaitement légales et les utilisent" contre les personnes concernées, a déclaré Maya Wang, spécialiste de la Chine pour HRW.

La police patrouille les rues près d'une mosquée à Kashgar au Xinjiang (nord-ouest de la Chine) à la veille de la fin du ramadan, le 25 juin 2017
La police patrouille les rues près d'une mosquée à Kashgar au Xinjiang (nord-ouest de la Chine) à la veille de la fin du ramadan, le 25 juin 2017 ( Johannes EISELE / AFP/Archives )

L'ONG a obtenu une copie de l'application et a demandé à la société berlinoise de cybersécurité Cure53 de l'étudier. Outre la collecte de données personnelles, l'application incite les autorités à faire des rapports sur les personnes, véhicules ou événements qu'elles jugent suspects et envoie des "missions d'enquête" à la police pour un suivi.

Les policiers se voient également demander de vérifier l'utilisation de l'un des 51 outils internet estimés suspects, parmi lesquels des plateformes étrangères comme WhatsApp, LINE ou Telegram.

Plusieurs personnes ont indiqué qu'elles-mêmes ou des membres de leur famille avaient été arrêtés pour avoir WhatsApp ou un Virtual Private Network (VPN) installé sur leur téléphone, selon le rapport.

Le rapport estime que le système IJOP semble suivre les données de chacun au Xinjiang par le biais de la localisation des téléphones et des véhicules ainsi que l'utilisation d'électricité et de gaz.

Selon HRW, l'application a été développée par Hebei Far East Communication System Engineering Company (HBFEC) alors contrôlée par le groupe public China Electronics Technology Group Corporation (CETC). CETC n'a pu être contacté et HBFEC n'a pas répondu aux demandes de commentaires.

Washington avait imposé l'an dernier des contrôles sur les exportations de compagnies chinoises dont HBFEC et d'autres entités contrôlées par CETC en invoquant des risques pour la sécurité nationale.

Selon Greg Walton, un expert indépendant sur la cybersécurité qui a conseillé les auteurs du rapport, le système constitue "un outil brutal qui peut directement contribuer au nombre massif de gens dans des camps d'internement".

Mais en outre, les données recueillies, si elles sont stockées, pourraient servir à de nouveaux algorithmes: "les données collectées aujourd'hui par l'application pourraient être analysées dans quelques années avec une logique bien plus sophistiquée".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 30 juin 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/05/2019

L''affaire Huawei' n'a pas été sans conséquence pour le secteur technologique cette semaine...

Publié le 24/05/2019

Forte croissance à prévoir...

Publié le 24/05/2019

Foot Locker a affiché, au premier trimestre, un bénéfice par action ajusté de 1,53 dollar contre 1,45 dollar un an plus tôt, et des attentes de 1,60 dollar par action. Pour sa part, le chiffre…

Publié le 24/05/2019

LDC signe l'une des belles performances de la semaine à Paris avec un titre qui progresse d'environ 5,5%, à 114 euros ce vendredi...

Publié le 24/05/2019

Spéculations autour de la vente d'une partie de la participation de Total dans Kashagan, l'un des plus importants champs pétroliers au monde...