En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 808.89 PTS
+0.47 %
4 803.50
+0.37 %
SBF 120 PTS
3 826.21
+0.44 %
DAX PTS
10 909.35
+0.16 %
Dowjones PTS
24 065.59
+0.00 %
6 669.64
+0.00 %
1.140
-0.02 %

Chez Renault, face à un ouvrier protestataire, Macron défend sa politique

| AFP | 414 | 5 par 1 internautes
Emmanuel Macron (g) et le PDG de Renault Carlos Ghosn, dans une usine Renault à Maubeuge le 8 novembre 2018
Emmanuel Macron (g) et le PDG de Renault Carlos Ghosn, dans une usine Renault à Maubeuge le 8 novembre 2018 ( ludovic MARIN / AFP )

Emmanuel Macron a défendu avec force sa politique économique jeudi dans une usine Renault près de Maubeuge, où un ouvrier protestataire, hué par les autres, lui a crié qu'il n'était "pas le bienvenu".

S'adressant au personnel de l'usine, aux côtés du PDG du groupe Carlos Ghosn, le chef de l'Etat a eu la surprise de se faire prendre à partie par un syndicaliste de SUD. S'en est suivi un échange vif, où le président l'a accusé de "caricaturer" sa politique et d'être "ridicule".

Cette usine est l'une des étapes de son périple de commémoration de la guerre de 14-18.

S'adressant à son opposant, il a défendu ses choix d'aider "ceux qui investissent" et s'est emporté contre ceux qui "caricaturent" sa politique.

"M. Macron, vous n'êtes pas le bienvenu ici. M. Ghosn se donne du mal. Mais avec l'augmentation de l'essence vous reprenez d'une main ce que vous donnez de l'autre", lui a crié l'homme, Samuel Beauvois, qui a précisé travailler chez Renault depuis près de 25 ans.

"Si vous êtes venu faire un meeting politique c'est autre chose", a répliqué le président, d'une voix amplifiée par son micro. "On est là tous ensemble pour réussir".

"On réussit sans vous", a rétorqué le syndicaliste, sifflé par nombre de ses collègues qui ont applaudi le président. "Je veux expliquer pourquoi je suis là, cet engagement..." "C'est pas grâce à vous", l'a coupé son interlocuteur. "Là vous êtes ridicule, pardon de vous le dire", s'est énervé le chef de l'Etat.

"Cher Monsieur, j'ai la conviction qu'on ne retrouve la dignité que par le travail. Les cotisations ont baissé, c'est le gouvernement. La taxe d'habitation qui baisse, c'est le gouvernement", a-t-il martelé, à nouveau applaudi par la grande majorité de l'assistance.

"Je vous le dis, cette politique est cohérente par rapport à ce que vous êtes en train de dire... mais je vois que vous n'êtes pas intéressé par ma réponse", a-t-il ajouté, devant les protestations de l'homme qui a lancé une critique sur les "premiers de cordée". Il l'a alors accusé de vouloir "faire son show".

"J'entends toutes les caricatures depuis un an et demi, +vous aidez les uns, pas les autres+. Mais si on ne baisse pas la fiscalité sur le capital, on ne peut pas recréer d'emploi. Il faut réconcilier le travail et le capital, simplifier les règles du travail. C'est le choix fait il y a un an et demi, pour sortir des rigidités françaises qui nous ont coûté", a-t-il poursuivi.

"Je crois dans le mérite, le travail, vive la République, vive la France", a lancé le président, comme dans un meeting.

Les autres salariés, venus écouter Carlos Ghosn annoncer de nouveaux investissements et des recrutements dans l'usine, très gros employeur de la région, ont été nombreux à critiquer l'intervention de leur collègue.

"Il faut pouvoir exprimer son mécontentement, mais pas à des moments malvenus, pas en apostrophant le président alors que M. Ghosn annonçait des investissements", a résumé un ouvrier syndiqué à la CFE-CGC.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/01/2019

Conformément au dispositif proposé par le gouvernement d'une prime exceptionnelle de pouvoir d'achat, et compte tenu de la belle année 2018 qu'a réalisée le groupe, L'Oréal annonce le versement…

Publié le 16/01/2019

Pierre et Vacances annonce l’acquisition de la start-up française RendezvousCheznous.com, une marketplace lancée en 2014, qui met en relation les vacanciers avec les hôtes locaux pour des…

Publié le 16/01/2019

Bank of America Merrill Lynch a réalisé au quatrième trimestre un bénéfice net de 7,3 milliards de dollars, en hausse de 204%. L'an dernier, la banque de Charlotte avait été pénalisée par la…

Publié le 16/01/2019

Reconnu pour la qualité de son offre et la richesse de son écosystème de partenaires Paris, le 16 janvier 2019 - Atos, leader international de la transformation digitale, a été…

Publié le 16/01/2019

Société Générale Corporate & Investment Banking (SG CIB) a annoncé la nomination de Peter McGahan au poste de Responsable Relations Clients et Banque d’Investissement pour le Royaume-Uni à…