En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 801.55 PTS
+0. %
5 806.5
-
SBF 120 PTS
4 572.80
+0. %
DAX PTS
13 054.80
-
Dow Jones PTS
27 677.79
+0.1 %
8 308.40
+0. %
1.110
-0. %

Chez LREM, la lente mais inquiétante érosion des troupes

| AFP | 587 | 4.20 par 5 internautes
La députée Pascale Fontenel-Personne le 19 juin 2017, qui a quitté La République en marche en novembre 2019
La députée Pascale Fontenel-Personne le 19 juin 2017, qui a quitté La République en marche en novembre 2019 ( Thomas Samson / AFP )

Deux claquements de porte en moins de 24 heures: les députées Marion Lenne et Pascale Fontenel-Personne ont quitté La République en marche en reprochant notamment au parti présidentiel "son fonctionnement", voire "une opacité", et allongeant une liste de défections déjà fournie depuis 2017.

Si les deux parlementaires continuent à siéger - pour l'instant - dans les rangs de la majorité à l'Assemblée, leur décision quasi-simultanée illustre une crise prise au sérieux au sein du jeune mouvement macroniste qui essuie des critiques autant sur la forme que sur le fond.

Depuis 2017, le groupe parlementaire LREM à l'Assemblée est passé de 313 à 303 membres et apparentés (314 et 304 en comptant le président de l'Assemblée Richard Ferrand), à seulement une quinzaine de sièges de la majorité absolue. "Ce qui arrivera forcément avant la fin de la législature", pronostique un fidèle du président Emmanuel Macron.

Après le départ de l'ex-PS Jean-Michel Clément en avril 2018 en raison de son opposition à la loi asile et immigration, des défections ont régulièrement ébranlé le groupe majoritaire: Frédérique Dumas, Joachim Son-Forget et surtout Matthieu Orphelin, un très proche de Nicolas Hulot qui entendait incarner la branche écolo du mouvement présidentiel mais qui a finalement jugé les avancées "insuffisantes" en la matière.

Depuis 2017, le groupe parlementaire LREM à l'Assemblée est passé de 313 à 303 membres et apparentés
Depuis 2017, le groupe parlementaire LREM à l'Assemblée est passé de 313 à 303 membres et apparentés ( KENZO TRIBOUILLARD / AFP/Archives )

"Dans cette cuvée de parlementaires, il y a davantage d'auto-entrepreneurs politiques que de gens qui ont l'esprit collectif", regrette un historique de la macronie selon qui "les présidents de groupe ne contrôlent plus leurs groupes, ils les gèrent", une pique visant directement le patron du groupe LREM, Gilles Le Gendre.

Celui-ci a d'ailleurs, selon Le Monde, récemment adressé une note à Emmanuel Macron pour "l'avertir" sur l'état d'esprit du groupe majoritaire.

"On a fait la campagne d'Emmanuel Macron puis découvert la distance entre un président de la République et le groupe majoritaire, il y a forcément un caractère +déceptif+", a reconnu une marcheuse auprès de l'AFP.

Il y a quinze jours, c'est la députée Jennifer de Temmerman qui disait avoir perdu "espoir" après le vote de mesures sur l'immigration.

A propos des divergences politiques et des déçus de la promesse du "et en même temps", un fidèle d'Emmanuel Macron y voit une erreur d'appréciation stratégique originelle: "On a décidé d'avoir une majorité absolue, ce qui a été le début des emmerdes. Parce que, peut-être, ça empêche le débat des sensibilités".

"Goutte à goutte"

Le député Matthieu Orphelin à l'Assemblée nationale, qui a quitté LREM en 2019
Le député Matthieu Orphelin à l'Assemblée nationale, qui a quitté LREM en 2019 ( JACQUES DEMARTHON / AFP/Archives )

Outre la doctrine et sa mise en œuvre, c'est également la forme du mouvement, au-delà des seuls bancs de l'Assemblée, qui est visée.

Machine de guerre au service du candidat Emmanuel Macron pour la présidentielle de 2017, la modeste start-up En Marche ! avait dû se transformer en urgence en vaisseau industriel au lendemain des législatives, après être devenu le premier parti de France.

Mais l'épreuve du pouvoir et, surtout, la préparation des municipales, ont provoqué nombre des tensions. Car le mouvement, qui a toujours revendiqué une certaine verticalité censée empêcher la création de baronnies et l'émergence de futurs frondeurs, s'en est notamment remis à une commission nationale d'investiture pour désigner ses candidats pour l'échéance de mars 2020, en favorisant moult alliances avec des candidats sortants, LR ou PS.

"Alors que, bien souvent, en 2017, les militants En marche ! s'étaient structurés dans les communes en opposition au pouvoir municipal en place", souligne un cacique.

Ce sont notamment ces stratégies, parfois jugées illisibles, qui contribuent aujourd'hui à l'érosion.

En dénonçant "une résurgence de la vieille politique opaque et calculatrice au niveau local", Mme Fontenel-Personne a pointé "la gestion départementale de la République en marche", jugée "calamiteuse et dénuée d'ambition", alors qu'elle figure au Mans sur une liste aux municipales sans étiquette, mais concurrente de celle menée par Gilles Guerchet, estampillée LREM.

Pour Marion Lenne, c'est "un désaccord sur le fonctionnement" qui a motivé son départ, déplorant "qu'on n'écoute pas assez les territoires".

Les turbulences pourraient d'ailleurs encore s'intensifier: avec la multiplication des dissidences pour les municipales, plusieurs exclusions sont à prévoir. Volontaires ou subies.

"On n'est pas au bout de ce petit goutte à goutte", prédit un député d'un autre groupe.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
5 avis
Note moyenne : 4.20
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 05/12/2019

Crédit Agricole SA inaugure le marché Panda pour les banques européennes avec une émission obligataire benchmark de 1 milliard de CNY à 3 ans...

Publié le 05/12/2019

Ces obligations sont remboursables en numéraire et/ou en actions DMS ou Hybrigenics...

Publié le 05/12/2019

Rendez-vous du 12 au 16 janvier à San Francisco...

Publié le 05/12/2019

Cette ligne de financement de 25 ME, qui avait pour objectif principal de financer le développement de DMS Group

Publié le 05/12/2019

Engie acquiert Renvico auprès de Macquarie Infrastructure and Real Assets (MIRA) et de KKR avec ses co-investisseurs. Le groupe renforce ainsi sa croissance dans l'éolien en Italie et en France...