En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 905.98 PTS
-0.07 %
4 905.0
+0.07 %
SBF 120 PTS
3 904.37
+0.07 %
DAX PTS
10 957.21
+0.25 %
Dowjones PTS
24 527.27
+0.00 %
6 763.96
+0.00 %
1.134
-0.25 %

Champs-Élysées: Philippe "choqué" par la violence, plus de 107 interpellations

| AFP | 297 | Aucun vote sur cette news
Des manifestants à proximité des Champs-Elysées, le 1er décembre 2018
Des manifestants à proximité des Champs-Elysées, le 1er décembre 2018 ( Lucas BARIOULET / AFP )

Les violents heurts sur les Champs-Élysées en marge de la mobilisation des "gilets jaunes", a conduit à "plus de 107 interpellations" samedi à la mi-journée, a indiqué le Premier ministre Édouard Philippe qui s'est dit "choqué" par des scènes d'une "violence rarement atteinte".

"Très tôt ce matin, des individus équipés et déterminés (...) ont fait preuve d'une grande violence. Les forces de l'ordre ont fait l'objet d'attaques qu'elles ont qualifiées elles-mêmes d'une violence rarement atteinte. Nous avons procédé, à l'heure à laquelle je parle, à plus de 107 interpellations, ce qui est un nombre considérable", a déclaré le chef de gouvernement depuis la préfecture de police de Paris.

Ce bilan provisoire dépasse d'ores et déjà le nombre d'interpellations de la précédente mobilisation sur les Champs-Élysées samedi dernier où 103 personnes avaient été arrêtées.

La journée de mobilisation des "gilets jaunes" réunit samedi à midi moins de 36.000 manifestants dans toute la France et 5.500 à Paris, a-t-il ajouté. La première journée nationale d'action le 17 novembre avait rassemblé 282.000 personnes, et la deuxième 106.000, dont 8.000 à Paris, selon les chiffres du ministère de l'Intérieur.

Édouard Philippe, qui avait annulé son déplacement au Conseil national de LREM pour se rendre à la préfecture de police, s'est dit choqué "par la mise en cause de symboles qui sont les symboles de la France, le fait que l'Arc de Triomphe ait été tagué, le fait qu'autour du tombeau du soldat inconnu, une manifestation violente puisse avoir lieu".

La place de l'Étoile en haut des Champs-Élysées et l'Arc de Triomphe ont été noyés sous des nuages de lacrymogène, alors que des centaines de manifestants affrontaient les forces de l'ordre.

Autour de la flamme du soldat inconnu, qui repose sous l'Arc de Triomphe, des manifestants casqués et encagoulés ont notamment entonné la Marseillaise, dans un climat extrêmement tendu.

"Nous sommes, a ajouté M. Philippe, déterminés à faire en sorte que rien ne soit excusé à ceux qui ne viennent sur place que dans la seule volonté de casser, de provoquer les forces de l'ordre, de porter soit un discours révolutionnaire soit des préoccupations qui n'ont rien à voir avec les questions qui ont été évoqués par le président de la République et que le gouvernement entend régler."

"Je veux dire que dans notre pays, nous sommes attachés à la liberté d'expression", a réagi Édouard Philippe. Elle est garantie, elle sera défendue. Nous sommes attachés au dialogue et tous ceux qui souhaitent, avec le gouvernement, avec l'ensemble des organisations syndicales, politiques, travailler à la définition des solutions auxquelles vous inviter le président de la République, seront les bienvenus", a-t-il encore souligné.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2018

SAINT GOBAIN constituera ce jour le sous-jacent de notre conseil sur le produit dérivé à destination des investisseurs les plus actifs. L’outil sélectionné est le warrant Put B629S émis par…

Publié le 13/12/2018

   Article 223-16 du Règlement Général de l'Autorité des marchés financiers     Date Nombre total d'actions composant le capital social Nombre…

Publié le 13/12/2018

Apple a annoncé une expansion majeure de ses opérations à Austin (Texas), y compris un investissement de 1 milliard de dollars pour construire un nouveau campus. La société a également annoncé…

Publié le 13/12/2018

La Direction générale de l’armement a passé auprès d’Airbus Defence and Space (groupe Airbus) une commande ferme pour trois avions de ravitaillement et de transport multi-rôle Airbus A330…

Publié le 13/12/2018

En 2019, Gameloft (Vivendi) et LEGO lanceront un jeu mobile retraçant les 40 ans des Minifigures emblématiques du groupe LEGO...