En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 398.32 PTS
-0.35 %
5 387.50
-0.51 %
SBF 120 PTS
4 320.54
-0.34 %
DAX PTS
12 561.42
-0.98 %
Dowjones PTS
25 058.12
-0.03 %
7 350.23
-0.03 %
1.172
+0.00 %

Catalogne: "l'idée d'une sécession est une impasse", selon Valls

| AFP | 247 | Aucun vote sur cette news
L'ex-Premier ministre français Manuel Valls à Paris, le 10 octobre 2017
L'ex-Premier ministre français Manuel Valls à Paris, le 10 octobre 2017 ( Bertrand GUAY / AFP )

L'ancien Premier ministre Manuel Valls assure aux Catalans que "l'idée d'une sécession est une impasse" pour leur territoire et avertit que ce serait "défaire l'Espagne, défaire l'Europe", dans une tribune parue dans le JDD.

Après avoir évoqué le souvenir de la tentative de coup d'Etat de février 1981 à Madrid -suivie depuis Paris- et l'"attachement" à l'Espagne alors affirmé par le président de la Generalitat Jordi Pujol, M. Valls met en avant sa naissance à Barcelone, sa "famille de la bourgeoisie catalane et républicaine", dont son père artiste et son grand-père "rédacteur en chef d’un grand journal catalaniste".

Ce député, transfuge du PS apparenté LREM, dit aussi pratiquer encore le catalan, ne pas ignorer "la puissance de l’identité catalane, sa langue, sa culture, ses artistes", sa "richesse économique", sans parler de son club de football.

"Cela me permet de dire aux Catalans que l’idée d’une sécession est une impasse. Choisir cette voie, c'est défaire l’Espagne, défaire l’Europe. Ce serait contraire à l’histoire et à l’identité même de la Catalogne" avec "son ouverture sur l'extérieur", plaide l'ex-chef du gouvernement.

Et, insiste-t-il, "sortir de l’Espagne, ce serait sortir de l’Union européenne et de la zone euro. Cela se traduirait par un désastre économique qui a déjà commencé avec le départ d’un certain nombre de sièges d’entreprises".

Autre argument développé par M. Valls: "la Constitution n’est pas qu’un bout de papier".

"Chacun a pu être choqué par les images de l’intervention de la police le jour du référendum. Mais tout de même, cela n’en fait pas une police fasciste ! L’État espagnol n’est pas non plus totalitaire ! Et les Catalans ne sont pas un peuple opprimé !", clame cet ancien ministre de l'Intérieur.

Pour M. Valls, "il faut donc respecter l’Espagne, aider son gouvernement, être solidaires des choix que le président du Conseil, Mariano Rajoy devra être amené à faire. L’UE ne doit pas s’impliquer dans une quelconque médiation" au risque de se mettre "au même niveau le gouvernement espagnol et ceux qui ne respectent pas la Constitution".

"Si l’un des grands États-nations de l’Europe se démembre alors la boîte de Pandore sera ouverte. Le Pays basque se déchirera à nouveau, avec des conséquences réelles pour la France, l’Italie du Nord empruntera le même chemin, etc. (...) La guerre est toujours possible. On ne joue pas avec nos frontières", plaide-t-il.

Il affirme aux Catalans que "leur futur réside dans cet ensemble européen et dans l’Espagne. Après, c'est aux forces politiques espagnoles et catalanes, par le dialogue, de trouver la voie pour sortir de la situation actuelle".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/07/2018

APRRLa filiale autoroutière d'Eiffage communiquera son chiffre d'affaires du deuxième trimestre après la clôture de la Bourse.ICADELa foncière publiera ses résultats du premier…

Publié le 20/07/2018

A 16h00 aux Etats-UnisReventes de logements en juin.source : AOF

Publié le 20/07/2018

Luxembourg, 20 juillet 2018 - Aperam annonce avoir mené à terme son programme de rachat d'actions annoncé le 30 janvier 2018 (ci-après le "Programme"). Au total,…

Publié le 20/07/2018

A l’issue de la période d'acceptation initiale et des périodes de réouverture volontaire et obligatoire de l’offre, près de 96 % des actions de Realdolmen ont été apportées. En…

Publié le 20/07/2018

Eurazeo annonce être entrée en négociations exclusives avec PAI Partners en vue de la cession de sa participation dans Asmodee, un leader international de l’édition et de la distribution de jeux…