En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 422.54 PTS
+0.24 %
5 441.50
+0.60 %
SBF 120 PTS
4 340.58
+0.16 %
DAX PTS
12 661.54
+0.80 %
Dowjones PTS
25 143.77
+0.32 %
7 410.97
+0.72 %
Nikkei PTS
22 697.36
-

Catalogne, et après?

| AFP | 461 | Aucun vote sur cette news
La crise politique en Catalogne
La crise politique en Catalogne ( Sonia GONZALEZ / AFP )

La victoire du camp indépendantiste en Catalogne, qui coïncide avec le succès d'un parti anti-sécession, prolonge l'incertitude économique et politique dans une région plus divisée que jamais, soulignent des analystes.

- Dissension -

Les électeurs catalans ont accordé jeudi aux trois listes indépendantistes une majorité absolue en sièges au parlement régional, comme ils l'avaient fait en 2015.

Les électeurs indépendantistes n'ont pas été découragés par la fuite de plus de 3.100 entreprises qui ont déménagé leur siège social hors de Catalogne ni le refus de l'Union européenne d'intervenir dans le conflit.

En parallèle, le parti anti-sécession Ciudadanos est devenu, pour la première fois, la formation la plus votée dans la région, (37 sièges sur 135), confirmant qu'une large part des Catalans veut rester en Espagne.

"Nous sommes maintenant dans une société plus polarisée, plus marquée par l'antagonisme, où la possibilité d'une solution consensuelle est plus réduite qu'il y a un an", a déclaré à l'AFP le politologue catalan Oriol Bartomeus.

- Puigdemont, le retour? -

Ciudadanos a remporté le plus grand nombre de voix et de sièges mais manque d'alliés pour former une coalition de gouvernement.

Il incombe donc de nouveau aux trois forces indépendantistes de tenter de former un gouvernement en surmontant leurs différends, et les obstacles de l'exil et la prison.

La liste emmenée par le président catalan destitué par Madrid, Carles Puigdemont, a devancé celle de son vice-président Oriol Junqueras avec 34 sièges contre 32. La CUP, d'extrême gauche, a remporté quatre sièges.

Mais M. Puigdemont, qui s'était exilé en Belgique pour échapper aux poursuites judiciaires, serait arrêté s'il revenait en Espagne.

M. Junqueras lui, est en détention provisoire. Cinq autres indépendantistes élus jeudi sont également en prison ou en exil.

Les élus détenus pourraient être autorisés à participer à l'investiture au parlement mais ils ne pourraient de toutes façons pas assister au quotidien aux sessions parlementaires, souligne le professeur de droit à l'Université autonome de Barcelone Rafael Arenas.

Cela aggraverait le ressentiment de leurs militants, déjà indignés par le sort des "prisonniers politiques". En d'autres termes, une stratégie de "confrontation" et de "scandale", dit Arenas.

M. Puigdemont pourrait choisir de rester en Belgique, en renonçant à son poste et en endossant le costume de "président en exil".

Les élus détenus aussi pourraient céder leur siège et se faire remplacer par le suivant sur la liste, et un gouvernement serait formé tant bien que mal, permettant de mettre fin à la tutelle de la région.

- Autre tentative de sécession ? -

Reste à savoir si les indépendantistes relanceront leur processus vers la sécession. Aucun parti ne l'a clairement écarté durant la campagne.

Mais pour Inès Arrimadas, candidate de Ciudadanos en Catalogne, la division de la société catalane ne les autorise pas à le faire: "si le processus indépendantiste n'avait pas de sens hier, il en a encore moins aujourd'hui", a-t-elle dit.

Il y aura aussi de nouvelles pressions pour pousser Madrid et Barcelone à négocier.

Le gouvernement allemand s'est déjà dit confiant "que tous les acteurs en Espagne (…) vont user des nombreuses opportunités de dialogue et de désescalade".

- Conséquences économiques -

La tentative de sécession a affecté l'économie catalane. Le tourisme a ralenti, de même que la création d'emplois et la consommation.

"On s'attend à ce que l'économie régionale se détériore encore, avec des répercussions sur l'économie nationale, sauf si la croissance d'autres régions compense", écrit l'agence de notation Moody's.

"Personne ne va investir en Catalogne jusqu'à ce que la situation s'éclaircisse", avertit l'économiste Jose Carlos Diez.

- Rajoy affaibli -

Le grand perdant de ces élections régionales est le Parti populaire (PP) de M. Rajoy, tombé de 11 à trois sièges.

Premier parti du pays, impopulaire de longue date dans la région, le PP chute au moment où le nouveau parti libéral Ciudadanos triomphe en Catalogne. Et cela pourrait entraîner une redistribution de l'électorat de droite au niveau national.

"La victoire de Ciudadanos en Catalogne donnera probablement au parti un élan supplémentaire dans les sondages au niveau national", estime Antonio Barroso, directeur de recherches adjoint de Teneo Intelligence.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/07/2018

Le plan national égyptien vise à développer plus de 13 GW de capacité renouvelable...

Publié le 17/07/2018

Les OCA ne portent pas de bons de souscription d'actions (BSA), et portent sur 8 ME maximum de nominal...

Publié le 17/07/2018

Le Président du Conseil d'Administration, Pierre de Muelenaere (représentant Pygargue sprl), a été chargé de lui succéder temporairement...

Publié le 17/07/2018

Les ampoules seront commercialisées sous la marque AwoX avec le co-branding Deutsche Telekom Magenta SmartHome...

Publié le 17/07/2018

Pierre Barrard assure le leadership en marketing pour l'ensemble du Groupe afin d'anticiper davantage les besoins émergents des clients et marchés...