En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 887.07 PTS
+1.68 %
4 870.5
+1.51 %
SBF 120 PTS
3 874.14
+1.41 %
DAX PTS
10 891.25
+1.03 %
Dowjones PTS
24 370.24
-0.22 %
6 704.24
+0.00 %
1.133
+0.14 %

Castaner n'a "pas de tabou" concernant l'état d'urgence

| AFP | 244 | Aucun vote sur cette news
Christophe Castaner lors d'une visite à des gendarmes à  Virsac, proche de Bordeaux, le 29 novembre 2018
Christophe Castaner lors d'une visite à des gendarmes à Virsac, proche de Bordeaux, le 29 novembre 2018 ( NICOLAS TUCAT / AFP/Archives )

"Je n'ai pas de tabou", a indiqué samedi soir le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, interrogé sur l'opportunité d'instaurer l'état d'urgence, une mesure préconisée par deux syndicats policiers.

"Nous étudierons toutes les procédures qui nous permettront de sécuriser plus encore", a souligné le ministre sur BFM-TV. Questionné sur la possibilité d'instaurer l'état d'urgence, M. Castaner a répondu: "Tout ce qui permettra de sécuriser plus, moi je n'ai pas de tabou. Je suis prêt à tout regarder".

Ce régime d'exception avait notamment été mis en place après les attentats terroristes de Paris de 2015, mais aussi après les émeutes de novembre 2005 dans les banlieues.

Le ministre a comparé les auteurs des violences survenues samedi dans la capitale à des "factieux, des séditieux".

"On a identifié à peu près 3.000 personnes qui ont tourné dans Paris" et ont commis des dégradations, "ce qui a rendu effectivement beaucoup plus difficile l'intervention des forces de l'ordre", a expliqué le ministre.

"Tous les moyens de la police, de la gendarmerie, de la sécurité civile étaient mobilisés aujourd'hui", à Paris et en régions, a mis en avant Christophe Castaner, précisant que 4.600 policiers et gendarmes ont été mobilisés dans la capitale.

L'instauration de l'état d'urgence a été notamment demandé samedi soir par le syndicat de police Alliance et suggéré par le syndicat des commissaires de la police nationale (SCPN).

"On est dans un climat insurrectionnel", a dénoncé auprès de l'AFP le numéro 2 du premier syndicat de gardiens de la paix, Frédéric Lagache.

"Il faut taper du poing sur la table", a-t-il ajouté.

Alliance réclame le "renfort de l'armée pour garder les lieux institutionnels et dégager ainsi les forces mobiles d’intervention", a détaillé le syndicat dans son communiqué.

"Face à des mouvements insurrectionnels, pour protéger les citoyens et assurer l’ordre public, il y a des mesures exceptionnelles à envisager. L’état d’urgence en fait partie", a tweeté le SCPN.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 12/12/2018

      Information mensuelle relative au nombre total d'actions et de droits de vote de Neopost SA   Etabli en application de l'article 223.11 du Règlement…

Publié le 12/12/2018

Newfund, fonds d’investissement early stage, et Nexity, plateforme de services à l’immobilier, annoncent la cession de leur participation dans Luckey Homes, startup de conciergerie premium pour…

Publié le 12/12/2018

Reezocar, start-up française spécialisée dans la vente de voitures d'occasion...

Publié le 12/12/2018

Anne Rigail, jusqu'alors chargée de l’expérience client chez Air France, pourrait prendre la tête de la compagnie française. C’est ce qu’affirme Europe 1. L’annonce en a été faite mardi…

Publié le 12/12/2018

Le titre a stoppé sa correction à l'approche de la zone de support des 102.6 euros avant de rebondir. Il se maintient au-dessus de la ligne de tendance baissière qui a contenu les cours de…