En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 413.75 PTS
-0.28 %
5 417.00
-0.22 %
SBF 120 PTS
4 339.58
-0.16 %
DAX PTS
12 551.39
+0.09 %
Dowjones PTS
25 019.41
+0.38 %
7 375.82
+0.00 %
Nikkei PTS
22 597.35
+1.85 %

Castaner, Le Pen et Mélenchon à l'Elysée pour parler d'Europe

| AFP | 268 | Aucun vote sur cette news
Emmanuel Macron, le 6 novembre 2017  à l'Elysée, reçoit lundi et mardi les principaux responsables politiques
Emmanuel Macron, le 6 novembre 2017 à l'Elysée, reçoit lundi et mardi les principaux responsables politiques ( ludovic MARIN / AFP/Archives )

Emmanuel Macron reçoit lundi et mardi les principaux responsables politiques pour les sonder sur ses projets européens et l'organisation des élections européennes de 2019, un scrutin central à ses yeux.

Comme il l'a fait à deux reprises avec les représentants syndicaux et patronaux depuis son élection, le chef de l'Etat les accueillera un à un à l'Elysée, à commencer par le président du Sénat Gérard Larcher, attendu lundi à 08H00.

Suivront jusqu'à mardi soir 12 responsables de parti, dont Bernard Accoyer (LR), Christophe Castaner (LREM), François Bayrou (Modem), Jean-Luc Mélenchon (LFI) et Marine Le Pen (FN), ces deux derniers se succédant mardi après-midi.

Jean-Luc Mélenchon, le 16 novembre 2017 à Marseille, sera reçu par Emmanuel Macron
Jean-Luc Mélenchon, le 16 novembre 2017 à Marseille, sera reçu par Emmanuel Macron ( ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP/Archives )

Cette vaste consultation est organisée alors que M. Macron veut passer à la phase concrète de la "refondation de l'Europe" qu'il a appelée de ses voeux dans les discours d'Athènes et de la Sorbonne.

Si elle fait l'unanimité au sein de La République en marche (LREM), cette ambition proeuropéenne fracture aussi bien à gauche qu'à droite. Comme l'ont récemment montré les remous provoqués au sein de LR par le soutien d'Alain Juppé à "la capacité d'initiative" du président sur l'Europe.

M. Macron va notamment consulter les chefs de partis sur le lancement, prévu début 2018, "de conventions démocratiques dans toute l’Europe afin d'associer les citoyens européens à la refondation" de l’UE, selon l'Elysée.

Ce projet d'un débat public à l'échelle du continent, dont les contours restent encore flous, a été accueilli positivement par plusieurs pays européens comme l'Allemagne, l'Italie ou la Grèce, selon l'Elysée.

Christophe Castaner, responsable de La République en marche, le 18 novembre 2017 à Lyon
Christophe Castaner, responsable de La République en marche, le 18 novembre 2017 à Lyon ( JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP )

"Nous ne voulons pas d’un grand débat +théologique+ (...) Nous voulons d’abord faire remonter les aspirations des citoyens", a expliqué la semaine dernière Nathalie Loiseau, ministre des Affaires européennes, dans La Croix.

"Il s’agit, a-t-elle ajouté, d’inverser la logique des années passées où les dirigeants prenaient des décisions, avant de les soumettre de manière très binaire à des populations qui n’avaient pas été associées à la réflexion en amont".

Pour la ministre, ce débat pourra être organisé "dans les collectivités locales, les universités, les syndicats, les entreprises...". Avec comme objectif de nourrir la réflexion des dirigeants au second semestre 2018.

- Quel mode de scrutin? -

En recevant les chefs de partis, M. Macron souhaite aussi "les consulter sur l’organisation du scrutin des élections européennes", qui marquera en 2019 le retour aux urnes des Français.

L'une de ses idées est d'introduire des listes transnationales grâce à l'utilisation du quota des députés britanniques partants après le Brexit.

Le débat porte également sur un retour à une circonscription nationale alors que, depuis les élections européennes de 2004, la France est divisée en huit circonscriptions (Est, Ouest, Ile-de-France...).

"De notre point de vue il faut une liste nationale", a déclaré vendredi le président de l'UDI Jean-Christophe Lagarde, estimant qu'un scrutin par régions "escamote" le débat européen, "central" selon lui.

Marine Le Pen s'est également prononcée dimanche au Grand Jury RTL Le Figaro LCI pour une liste nationale car "les députés français au Parlement européen (...) sont là pour défendre les intérêts de la France".

Ayant récemment quitté le FN, l'eurodéputé Florian Philippot, président des Patriotes, a demandé vendredi à M. Macron que son parti soit "associé" aux consultations sur les élections européennes.

Absent également à l'Elysée dans l'attente de l'élection à la présidence de LR, Laurent Wauquiez a récemment jugé que M. Macron faisait "une profonde erreur" en opposant "la souveraineté française à la construction européenne".

Dans un entretien au Figaro paru la semaine dernière, il promeut une ligne souverainiste avec "l’union des États nations" en Europe, et souhaite que la France " prenne l’initiative d’un traité de refondation" de l’UE qui serait soumis à référendum.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

LES SUMMER DAYS

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 16 juillet 2018

CODE OFFRE : SUMMER18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : SUMMER18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/07/2018

Lundi 16 juillet 2018AERONAUTIQUELe salon britannique de Farnborough ouvre ses portes jusqu'au 22 juillet.Mardi 17 juillet 2018ALSTOMLe groupe ferroviaire tiendra son assemblée générale qui portera…

Publié le 16/07/2018

Greenyard abandonne 34,5% désormais à environ 7,5 euros dans un volume très étoffé, représentant 3% du tour de table...

Publié le 16/07/2018

Wataniya Airways confirme une commande de 25 appareils de la famille A320neo...

Publié le 16/07/2018

Pour le salon aéronautique de Farnborough