En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 772.84 PTS
-0.4 %
4 802.50
+0.43 %
SBF 120 PTS
3 780.35
-0.33 %
DAX PTS
12 594.39
+0.41 %
Dow Jones PTS
27 288.18
+0.52 %
11 186.37
+1.88 %
1.171
-0.5 %

Cannabis médical: expérimenter "vite" et autoriser une production française

| AFP | 292 | 5 par 2 internautes
Dans une serre du producteur canadien Tilray, le 24 avril 2018 lors de l'inauguration d'un nouveau site à Cantanhede au Portugal
Dans une serre du producteur canadien Tilray, le 24 avril 2018 lors de l'inauguration d'un nouveau site à Cantanhede au Portugal ( PATRICIA DE MELO MOREIRA / AFP/Archives )

Des députés ont pressé mercredi le gouvernement d'agir "vite" pour rattraper le "retard préoccupant" pris par l'expérimentation très attendue du cannabis médical en France, et plaidé pour la mise en place d'une filière nationale de production de cette plante toujours illégale.

Dans son rapport d'étape, la mission parlementaire en charge de la question a dénoncé le "retard fort regrettable" pris par ce projet, alors que "la France est à la traîne sur la question du cannabis thérapeutique", déjà autorisé dans de nombreux pays européens.

Le gouvernement "n'a pas agi de manière suffisamment volontariste", a déploré le président de la mission, le député Robin Réda (LR) en présentant le rapport à la presse.

"Pour les patients aujourd'hui, ce n'est plus supportable d'attendre un peu plus", a ajouté son rapporteur général Jean-Baptiste Moreau (LREM). "Il faut que la France sorte de la préhistoire en matière de cannabis", une plante "qui est une drogue mais qui peut aussi être un médicament".

Les députés ont aussi critiqué le discours du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, pour qui légaliser le cannabis serait une "lâcheté intellectuelle".

"La lâcheté, c'est précisément de faire exprès de confondre les débats, de faire exprès de mélanger les différents usages du cannabis", a déclaré M. Reda. "Le thérapeutique n'est pas le cheval de Troie du cannabis récréatif", a insisté le rapport de la mission.

L'Assemblée nationale a autorisé en 2019 l'expérimentation du cannabis thérapeutique pour au moins 3.000 patients souffrant de maladies graves comme certaines formes d'épilepsie, des douleurs neuropathiques ou d'effets secondaires de chimiothérapie.

Elle devait initialement débuter en septembre, avant d'être repoussée à janvier par les autorités sanitaires, qui expliquent avoir été retardées par les imprévus liés à la gestion de l'épidémie de nouveau coronavirus.

La semaine dernière, une cinquantaine de médecins et d'associations de patients, inquiets, ont réclamé "la publication du décret (autorisant l'expérimentation) dans les plus brefs délais", afin de proposer les traitements "dès le premier trimestre 2021".

"Plus aucun retard ne doit être pris", a insisté mercredi la mission, en rappelant que l'autorisation délivrée par l'Assemblée nationale n'était valable que jusqu'au 31 décembre 2021.

"Généralisation"

Jean-Baptiste Moreau à l'Assemblée nationale, le 22 mai 2018
Jean-Baptiste Moreau à l'Assemblée nationale, le 22 mai 2018 ( GERARD JULIEN / AFP/Archives )

M. Moreau s'est dit prêt à présenter une proposition de loi si le gouvernement n'agit pas rapidement.

En attendant, la mission parlementaire a émis plusieurs recommandations pratiques concernant l'expérimentation.

La production de cannabis étant interdite en France, l'Agence du médicament (ANSM) va devoir dans un premier temps sélectionner des fournisseurs étrangers pour importer les médicaments nécessaires, qui se présenteront sous forme d'huiles, de gélules et de fleurs séchées à vaporiser - le cannabis à fumer sera exclu.

Pour assurer le "déroulement impartial" du projet, les députés réclament de "renoncer à la gratuité" et d'acheter ces médicaments en dotant l'expérimentation d'un budget propre. De quoi éviter que les laboratoires limitent la variété de produits fournis et les soupçons de conflit d'intérêt.

Le rapport anticipe une "généralisation" du cannabis médical en France et préconise d'élargir les pathologies pour lesquelles les médecins seraient autorisés à prescrire, lorsque les autres traitements ont échoué.

A terme, "700.000 patients" pourraient recourir à des traitements médicaux à base de cannabis, selon le rapport.

Face à ces besoins, les députés veulent développer une "filière entièrement française du cannabis thérapeutique". Laisser ce marché à des entreprises étrangères serait une "aberration économique et sanitaire", estiment-ils, alors que de nombreux agriculteurs souhaitent produire du cannabis.

La mission souhaite donc modifier la loi qui interdit actuellement de cultiver des plants de cannabis contenant plus de 0,2% de THC - la molécule psychotrope du cannabis - et d'en récolter les fleurs.

La régulation de cette production médicale pourrait ensuite être confiée à "un organe public", chargé de contrôler "la qualité" des produits et de sécuriser leur "stockage", comme en Allemagne.

Enfin, le rapport réclame de former l'ensemble des médecins et des infirmiers à l'utilisation du cannabis médical, d'engager une réflexion sur le statut du cannabis pour permettre le remboursement des médicaments, et d'intensifier la recherche pour fixer un seuil au-dessous duquel les patients consommant du cannabis médical seraient autorisés à conduire.

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Suivez la tendance avec
Nicolas PAGNIEZ,

du lundi au vendredi à 9h55, 12h30, 14h55 et 18h30 sur

CONTENUS SPONSORISÉS
#}
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/09/2020

Pour la première fois, Veolia s'est dit prêt mardi, à revoir à la hausse son offre de rachat de la participation d'Engie dans Suez.

Publié le 22/09/2020

La société a finalisé et signé la documentation contractuelle mettant en oeuvre le réaménagement de 46,5% des lignes de crédit dues...

Publié le 22/09/2020

Dès le début de la crise, Groupe Gorgé a mis en oeuvre des initiatives de réduction des coûts et d'ajustement de son outil industriel...

Publié le 22/09/2020

EngieLab CRIGEN est le centre corporate de R&D du Groupe Engie...

Publié le 22/09/2020

Les comptes sociaux et consolidés de l'exercice clos le 31 décembre 2019...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne