Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 553.86 PTS
+0.14 %
6 605.0
+0.92 %
SBF 120 PTS
5 070.82
+0.09 %
DAX PTS
13 795.85
+0.74 %
Dow Jones PTS
33 761.05
+1.27 %
13 565.87
+2.06 %
1.026
+0. %

Cannabis et T-shirt fluo: Wajackoyah, intrigant candidat à la présidentielle kényane

| AFP | 2 | Aucun vote sur cette news
Le candidat du parti Roots, George Wajackoyah, lors d'un meeting de campagne à Ruai, Nairobi, le 27 juillet 2022, avant la présidentielle d'août au Kenya
Le candidat du parti Roots, George Wajackoyah, lors d'un meeting de campagne à Ruai, Nairobi, le 27 juillet 2022, avant la présidentielle d'août au Kenya ( Simon MAINA / AFP )

T-shirt fluo, jogging noir et déhanché nonchalant, George Wajackoyah pimente la campagne présidentielle kényane en proposant de légaliser la marijuana et d'exporter serpents et testicules de hyènes pour éponger la dette nationale. Pur excentrique ou pion politique, sa candidature intrigue.

A coups de déclarations fantasques et de meetings express, le novice en politique de 63 ans qui a troqué les costumes trois pièces pour militer parfois pieds-nus, s'est non seulement fait un nom mais pourrait aussi bousculer le 9 août le duel annoncé entre Raila Odinga et William Ruto.

Avec son parti "Roots" aux influences rasta fondé en 2013, il pourrait contraindre les deux poids-lourds à un second tour, ce qui serait une première pour ce pays d'Afrique de l'Est.

Quand son camion de campagne à la tôle rouillée s'arrête sur les bords de route poussiéreux en banlieue de Nairobi, des dizaines de jeunes s'agglutinent.

Le candidat du parti Roots, George Wajackoyah, lors d'un meeting de campagne à Ruai, Nairobi, le 27 juillet 2022, avant la présidentielle d'août au Kenya
Le candidat du parti Roots, George Wajackoyah, lors d'un meeting de campagne à Ruai, Nairobi, le 27 juillet 2022, avant la présidentielle d'août au Kenya ( Simon MAINA / AFP )

Les sonos crachent du reggae, la clameur monte devant le candidat Wajackoyah qui distribue sourires, salutations du poing et pour seul slogan: "Bhang", en référence au cannabis qu'il entend légaliser pour alléger le fardeau exponentiel de la dette kényane (estimée à 70 milliards de dollars).

"Je serai le président de tout le monde", lance, jovial, l'excentrique avocat à la barbe grisonnante, "j'aimerais que les gens fassent une chose: voter pour une personne et non pour un parti".

Quelques pas de danse, et le voilà déjà reparti sur la route, sans autre interaction avec la poignée de curieux ni de débat autour de son programme.

Dans son manifeste, George Wajackoyah promet une semaine de travail à quatre jours.

Il présente l'exportation de testicules de hyènes - réputées prisées dans la médecine chinoise -, ainsi que celle de venin, de viande et de peau de serpent comme des remèdes pour l'économie kényane fragilisée par la sécheresse et la guerre en Ukraine.

Ce programme lui a permis d'attirer l'attention du public, contrairement au quatrième candidat David Mwaure, ancien avocat dont la campagne est passée sous les radars. Il pourrait aussi séduire quelques électeurs, en particulier dans les rangs d'une jeunesse en grande majorité sans emploi et plus préoccupée par l'inflation galopante que par le scrutin.

Stephen Kariuki, rencontré au meeting, est l'un d'eux. Selon ce trentenaire sans travail, Wajackoyah a le mérite de "ne pas être milliardaire" contrairement à Odinga et Ruto, et apporte "l'espoir" dans un Kenya où "même si on a des diplômes, on n'a pas de travail".

Siphonner des voix

La trajectoire de Wajackoyah est tout aussi surprenante que son programme.

Parachuté sur la scène politique en février, au moment de l'annonce de sa candidature, il assure lors d'interviews être resté dix mois et demi dans le ventre de sa mère, ou avoir été sauvé de la rue par le paléoanthropologue kényan Richard Leakey et des fidèles de la communauté Hare Krishna.

Un panneau de campagne du candidat à la présidence du Kenya, George Wajackoyah (R), et de sa colistière Justina Wamae, du parti Roots, au bord d'une route à Nairobi, au Kenya, le 21 juillet 2022
Un panneau de campagne du candidat à la présidence du Kenya, George Wajackoyah (R), et de sa colistière Justina Wamae, du parti Roots, au bord d'une route à Nairobi, au Kenya, le 21 juillet 2022 ( Yasuyoshi CHIBA / AFP )

A sa sortie du lycée en 1980, il intègre la police puis s'impose comme un des meilleurs agents de renseignement sous l'ère du président autocrate Daniel Moi.

Son enquête sur l'assassinat en 1990 du ministre des Affaires étrangères, Robert Ouko, lui vaut d'être arrêté, torturé, et de s'exiler en Grande-Bretagne. Là, il occupe de petits boulots, dont celui de fossoyeur, pour financer ses études avant de retourner au Kenya en 2010.

Durant la campagne, la cote de popularité de ce père de trois enfants n'a jamais décollé, les sondages le créditant tout au plus de quelques centaines de milliers de voix. De quoi peser toutefois en cas d'écart serré entre les deux favoris.

Le candidat du parti Roots, George Wajackoyah, lors d'un meeting de campagne à Ruai, Nairobi, le 27 juillet 2022, avant la présidentielle d'août au Kenya
Le candidat du parti Roots, George Wajackoyah, lors d'un meeting de campagne à Ruai, Nairobi, le 27 juillet 2022, avant la présidentielle d'août au Kenya ( Simon MAINA / AFP )

L'ambiguïté récurrente du candidat rasta par rapport à Raila Odinga a alimenté les suspicions sur la sincérité de sa candidature.

La presse nationale questionne l'existence d'un "pacte secret" entre lui et Raila Odinga, la candidature du premier servant à siphonner, au profit du second, quelques voix à William Ruto, vice-président sortant.

Le quotidien Daily Nation titrait ainsi en juin: "Wajackoyah: marionnette de Raila ou troisième force?"

"L'idée que le professeur soutient Odinga est (...) un vœu pieux qui n'existe que dans l'esprit de médias biaisés", s'est défendue jeudi l'équipe de Wajackoyah.

 ■

Copyright © 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 septembre 2022

CODE OFFRE : SUMMER22

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : SUMMER22 lors de votre ouverture de compte.

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 13/08/2022

Le Capitole américain, le 1er août 2022 à Washington ( Stefani Reynolds / AFP/Archives )Le Congrès américain a définitivement adopté vendredi le vaste plan d'investissement de Joe Biden sur…

Publié le 13/08/2022

Salman Rushdie à Paris, le 10 septembre 2018 ( JOEL SAGET / AFP/Archives )Salman Rushdie, l'auteur du best-seller mondial "Les versets sataniques" grièvement blessé à coups de couteau vendredi…

Publié le 12/08/2022

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin s'exprime devant la presse le 10 août 2022 à Mostuéjouls, dans l'Aveyron ( Lionel BONAVENTURE / AFP )A peine sorti de la polémique sur le Stade de…

Publié le 12/08/2022

Le dessinateur français Jean-Jacques Sempé, le 6 novembre 2019 à Rueil-Malmaison, près de Paris ( Martin BUREAU / AFP/Archives )Après René Goscinny, le "Petit Nicolas" perd son deuxième…

Publié le 11/08/2022

Des employés de l'United Democratic Alliance (UDA) recomptent et vérifient les votes à partir du site de la commission électorale indépendante (IEBC), le 11 août 2022à Nairobi, au Kenya (…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 12/08/2022

Epizyme opère désormais comme " une société du Groupe Ipsen " suite à la clôture de l'acquisition.

Publié le 12/08/2022

14h30Indice manufacturier 'Empire State' de la Fed de New York.16H00Indice du marché immobilier américain de la NAHB.source : AOF

Publié le 12/08/2022

L'action Johnson & Johnson est en repli de 0,81 % à 165,78 dollars à la bourse new-yorkaise. Le groupe a annoncé qu'il allait cesser de commercialiser de la poudre pour bébé à base de talc dès…

Publié le 12/08/2022

L'action TF1 perd 3,17 % à 6,88 euros. Le groupe de médias est pénalisé par Barclays, qui a dégradé sa recommandation de Sur-pondérer à Sous-pondérer en raison de la récession qui se profile…

Publié le 12/08/2022

Vente du Turbo Illimité Best CALL VIVENDI C021T à 0,19 EUR (+0 %) Analyse :Nous visions 10,2 euros sur Vivendi après le déclenchement d'un double bottom en juillet. La…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne