En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 580.38 PTS
+0.31 %
5 528.00
+0.48 %
SBF 120 PTS
4 415.60
+0.30 %
DAX PTS
12 222.39
+0.57 %
Dowjones PTS
26 559.54
+0.42 %
7 689.72
+0.00 %
1.124
+0.00 %

"Bullshit": Philippe répond à la polémique sur une phrase controversée de Ndiaye

| AFP | 212 | 3 par 2 internautes
( Alain JOCARD / AFP )

Edouard Philippe a pris mardi la défense de la nouvelle porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye, qualifiant de "bullshit" (foutaise), les critiques visant des propos controversés de l'ex-conseillère d'Emmanuel Macron qui, en 2017, avait affirmé être prête à "mentir" pour protéger le président de la République.

"Dans ce gouvernement, personne ne veut dire autre chose que les faits et ce que nous voulons faire. Tout le reste, si vous me permettez, c'est du +bullshit+", a lancé le Premier ministre lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, auxquelles assistait pour la première fois Mme Ndiaye.

Dans un propos rapporté par l'hebdomadaire L'Express en juillet 2017, celle-ci avait dit: "J'assume parfaitement de mentir pour protéger le président". Une phrase "tronquée" et "sortie de son contexte", s'est défendue lundi la nouvelle porte-parole, confrontée à cette déclaration embarrassante.

"Je vous connais trop bien pour savoir que vous n'acceptez pas les simplifications et les polémiques misérables", a affirmé Edouard Philippe. Le Premier ministre répondait à la députée Les Républicains Virginie Duby-Muller, une proche du patron LR Laurent Wauquiez qui avait popularisé le terme de "bullshit" lors d'un cours en 2018 devant des étudiants.

Virginie Duby-Muller venait de s'en prendre aux "mensonges revendiqués" de l'exécutif mais aussi aux "trucages d'image", en référence à un épisode de l'affaire Benalla impliquant l'un des principaux conseillers d'Emmanuel Macron, Ismaël Emelien, qui a quitté l'Elysée récemment afin d'assurer la promotion d'un livre sur le progressisme.

M. Emelien est mis en cause depuis qu'Alexandre Benalla, l'ex-chargé de mission du président, a affirmé aux enquêteurs lui avoir transmis des vidéos, obtenues illégalement auprès de la police, afin de le disculper dans le déroulé des violences du 1er-Mai 2018.

Citant des auditions de M. Emelien, le journal Le Monde a révélé fin mars que l'ancien conseiller avait diffusé des images du 1er mai mélangées avec certaines n'ayant aucun rapport avec la scène originelle de l'affaire Benalla.

Sur BFM TV lundi, M. Emelien a assuré qu'il "ne savait pas" que la vidéo comprenait des images hors contexte. Interrogé vendredi sur France 5 sur la diffusion de ces vidéos via des comptes twitter anonymes, il a répondu : "Sur twitter c'est un peu la règle".

Edouard Philippe n'a pas évoqué cette affaire dans sa réponse mardi.

Dans la foulée de la séance des questions au gouvernement, plusieurs élus LR ont épinglé sur Twitter la nouvelle porte-parole pour avoir "mâchouillé négligemment son chewing-gum" dans l'hémicycle.

"Le manque de respect pour les institutions de la République est devenu physique pour les militants de la macronie", a notamment raillé Raphaël Schellenberger. Son collègue Pierre-Henri Dumont a estimé qu'elle n'avait "pas plus de respect pour les députés et les institutions que pour Simone Veil", qu'elle avait qualifié de "meuf" dans un texto à un journaliste, quelques heures après sa mort.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/04/2019

Pour l'exercice 2018, Wedia affiche un chiffre d'affaires consolidé de 10,8 ME, en hausse de 16% par rapport à l'exercice 2017, soit 9,3 ME...

Publié le 18/04/2019

Les revenus locatifs de Carmila pour les 3 premiers mois de l'année 2019 s'élèvent à 89,2 millions d'euros, contre 82,1 millions d'euros en 2018 sur...

Publié le 18/04/2019

Implanet affiche pour l'exercice 2018 une perte nette de 5,55 ME, contre 6,61 ME un an auparavant...

Publié le 18/04/2019

L'assemblée générale des actionnaires de CNP Assurances qui s'est réunie le 18 avril 2019 à Paris a approuvé les comptes sociaux et consolidés de...

Publié le 18/04/2019

Accor a fait le point sur son activité du premier trimestre 2019. Ainsi, le groupe hôtelier a réalisé un chiffre d'affaires de 987 millions d’euros sur la période, en progression de 34,2% en…