5 370.03 PTS
+0.16 %
5 367.50
+0.12 %
SBF 120 PTS
4 287.58
+0.11 %
DAX PTS
13 011.82
+0.13 %
Dowjones PTS
22 997.44
+0.18 %
6 122.61
+0.00 %
Nikkei PTS
21 363.05
+0.13 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Budget: Woerth juge l'armée "maltraitée" par le gouvernement

| AFP | 157 | Aucun vote sur cette news
Eric Woerth, président (Les Républicains) de la commission des finances de l'Assemblée, à l'Assemblée nationale le 27 juin 2017
Eric Woerth, président (Les Républicains) de la commission des finances de l'Assemblée, à l'Assemblée nationale le 27 juin 2017 ( GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP/Archives )

Eric Woerth, président (Les Républicains) de la commission des finances de l'Assemblée, a dit jeudi comprendre les protestations des militaires contre les économies annoncées dans le budget de la Défense en 2017, jugeant l'armée "maltraitée" et que "trop d'efforts" mettent en cause "la souveraineté du pays".

"Oui, je le comprends", a déclaré M. Woerth sur RTL, commentant une information de presse selon laquelle le chef d'Etat major des armées Pierre de Villiers mettrait sa démission dans la balance contre les économies de 850 millions d'euros annoncées par le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin.

"L'armée est devant un mur budgétaire, vraiment", a estimé M. Woerth. "Trop d'efforts, ça met en cause la souveraineté du pays. On est devant des dépenses nucléaires extrêmement importantes. Il faut renouveler du matériel, il faut aider les industriels de l'armement, très importants en France, à innover sur pleins de sujets. Où sont les drones français aujourd'hui ? Où est l'autonomie française sur pleins de sujets? On dépend beaucoup des Américains. Il faut avoir plus d'autonomie."

"Que les Européens participent plus est une piste extrêmement puissante qu'il faut creuser, mais aujourd'hui l'armée française est maltraitée dans (...) cette annulation de crédits. Et je peux comprendre que les chefs militaires considèrent qu'on ne peut pas risquer la vie d'un certain nombre de soldats, faire de la géopolitique au travers de nos propres armes et de ne pas avoir les moyens d'en faire."

Les économies demandées à la défense provoquent une levée de boucliers à l'heure où les armées, surengagées, manquent de moyens et où la menace terroriste reste maximale.

"Il y a ces fameuses opérations à l'extérieur." "En général elles étaient sous-budgétisées, c'est vrai, de l'ordre probablement de 500 millions (d'euros) aujourd'hui, 550. Ca vaut maintenant à peu près 1 milliard, donc le gouvernement est obligé de ressortir de l'argent. Auparavant c'était toujours les autres ministères qui payaient, une sorte de solidarité des ministères et des dépenses. Aujourd'hui le gouvernement décide que non, que c'est la Défense qui va payer elle-même ces opérations extérieures. Ca réduit d'autant (ses) capacités", a expliqué M. Woerth.

L'ancien ministre de la Défense Hervé Morin (Nouveau Centre) a lui aussi critiqué ce choix de faire porter le poids des "opex" sur la Défense. "Cela va nuire aux conditions d'exercice de l'engagement des forces françaises", a-t-il dit au site Boursorama.

Interrogé sur les 850 millions d'euros d'économies annoncés, le président de la région Normandie a répondu que "pour le président jupitérien" ce n'était "pas terrible".

"C'est la même chose pour la sécurité intérieure. J'ai cru comprendre que le ministère de l'Intérieur allait aussi être mis à l'épreuve et là en vérité ce sont les conditions de sécurité de nos compatriotes qui sont immédiatement dégradées", a-t-il déploré.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/10/2017

Pour le 3ième trimestre 2017 notre chiffre d'affaires s'est élevé à  la somme de 890 748 EUR contre 898 125 EUR en 2016, soit une baisse de 0.82 % par rapport…

Publié le 18/10/2017

La société a été condamnée en première instance pour des faits remontant à 2009...

Publié le 18/10/2017

La belle publication semestrielle d'Antevenio permet au titre de progresser de 2,6% à 7,9 euros en début de séance...

Publié le 18/10/2017

Les ventes du troisième trimestre déçoivent

Publié le 18/10/2017

Le léger trou d'air rencontré par GL Events au troisième trimestre provoque de lourds dégagement sur le titre à l'ouverture...

CONTENUS SPONSORISÉS