5 444.16 PTS
+0.10 %
5 351.50
-0.57 %
SBF 120 PTS
4 345.33
+0.04 %
DAX PTS
12 550.82
-0.17 %
Dowjones PTS
23 941.93
-2.07 %
6 499.88
-2.24 %
Nikkei PTS
22 278.12
-
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Budget: l'Assemblée nationale va expérimenter un "printemps de l'évaluation"

| AFP | 155 | Aucun vote sur cette news
L'Assemblée nationale va expérimenter un changement dans le processus budgétaire pour davantage d'évaluation de l'usage des fonds publics et des politiques publiques
L'Assemblée nationale va expérimenter un changement dans le processus budgétaire pour davantage d'évaluation de l'usage des fonds publics et des politiques publiques ( Philippe LOPEZ / AFP/Archives )

L'Assemblée nationale va, dès ce printemps, expérimenter un changement dans le processus budgétaire pour davantage d'évaluation de l'usage des fonds publics et des politiques publiques, ont annoncé mardi le président François de Rugy et plusieurs poids lourds de la commission des Finances.

Par ce "travail transpartisan", lors duquel "tous les membres du gouvernement seront auditionnés" en commission des Finances, "il s'agira de contrôler le bon emploi des fonds publics et l'efficacité des politiques publiques", a notamment tweeté le président de l'Assemblée (LREM) après le feu vert à cette réforme en conférence des présidents.

Pour "commencer à rééquilibrer, dès 2018, le calendrier parlementaire" d'où "l'évaluation des politiques publiques est le chaînon manquant", il est prévu un "semestre budgétaire" en deux temps, selon les propositions exposées par le président de la commission des Finances, Eric Woerth (LR), et le rapporteur général, Joël Giraud (LREM), dans un communiqué.

Ils affichent comme "priorité" commune "d'intensifier le rapport coût/efficacité de la dépense publique".

Au printemps, un "nouveau temps fort" sera consacré à l'évaluation des politiques publiques et à l'orientation des finances publiques, pour en finir avec l'exercice jugé trop expéditif jusqu'alors de la loi de règlement des comptes de l'année précédente.

Pour toutes les missions budgétaires, 17 commissions d'évaluation des politiques publiques (contre 25 jusqu'alors à l'automne) se réuniront les deux premières semaines de juin, avec l'intervention des rapporteurs spéciaux, ministres et députés sur l'exécution des crédits, mais aussi sur les résultats de contrôle et d'évaluation.

L'objectif est de permettre "une réelle mise en valeur de l'ensemble des travaux d'évaluation de l'Assemblée (rapports spéciaux, missions d'évaluation et contrôle, Comité d'évaluation et de contrôle des politiques publiques, missions d'information...), mais aussi des travaux des organismes externes, comme la Cour des comptes".

Charles de Courson (UAI), pour qui cette réforme est "une bonne chose" vu le peu d'apport de l'évaluation et du contrôle dans les "25 derniers budgets", a cependant pointé deux conditions de "succès": que les rapporteurs spéciaux mais aussi le gouvernement "jouent le jeu".

Pour Laurent Saint-Martin (LREM), les rapporteurs spéciaux des diverses missions budgétaires (emploi, défense, etc.) doivent désormais "faire un travail de contrôle toute l'année" et mettre l'accent sur "plus de communication aux Français".

Pour "valoriser" l'examen dans l'hémicycle de la loi de règlement, sont prévus entre autres des débats sur quelques thématiques ainsi que des votes de résolutions, par exemple pour "prendre parti sur l'évaluation d'une politique publique et suggérer des rectifications", selon M. Woerth.

Et, à l’automne, viendra l’examen, raccourci, des crédits budgétaires de l'année suivante. Mais les députés veulent un "délai plus long entre le dépôt du projet de loi de finances et son examen", et plus "à l'arrache" comme c'était le cas jusqu'alors, a souligné le rapporteur général.

M. Giraud a aussi plaidé pour que "les lois de finances rectificatives soient limitées à de véritables rectifications et ne soient plus des lois de finances bis, servant à sortir des sujets des placards" de Bercy, n'excluant pas "une fusion du projet de loi de finances et du projet de loi rectificative de fin d'année".

Cheffe de file des députés LREM de la commission des Finances, Amélie de Montchalin a aussi insisté sur la volonté d'une "vraie capacité d'expertise" pour les députés, notamment en lien avec des laboratoires de recherche en économie, avec des chiffrages et modélisations des mesures.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/04/2018

Sur le trimestre, Implanet a vendu 2.018 unités Jazz, niveau stable par rapport au 1er trimestre 2017...

Publié le 24/04/2018

Le constructeur français de drones civils et professionnels confirme ses ambitions en territoire latino-américain...

Publié le 24/04/2018

CGG annonce l'émission de 300 millions de dollars et 280 millions d'euros d'Obligations Senior de Premier Rang Garanties     Paris, France - 24 avril 2018   CGG…

Publié le 24/04/2018

L'émission d'actions représente environ 2% du capital...

Publié le 24/04/2018

Madvertise travaille avec ses éditeurs pour étudier le comportement de navigation de leurs mobinautes...