En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 853.70 PTS
-0.88 %
4 822.0
-1.37 %
SBF 120 PTS
3 857.72
-0.89 %
DAX PTS
10 865.77
-0.54 %
Dowjones PTS
24 100.51
-2.02 %
6 594.96
-2.56 %
1.130
+0.00 %

Budget 2019: "cap pas suffisamment clair", déplore le Medef

| AFP | 262 | 5 par 1 internautes
Le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux à sa sortie d'un entretien avec le Premier ministre Edouard Philippe, le 30 août 2018 à Paris
Le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux à sa sortie d'un entretien avec le Premier ministre Edouard Philippe, le 30 août 2018 à Paris ( BERTRAND GUAY / AFP/Archives )

Le projet de loi de finances 2019 présenté lundi par le gouvernement "ne donne pas de cap suffisamment clair", a regretté mardi dans le journal Le Monde le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux.

"Mon jugement est très mitigé", a expliqué ainsi le nouveau président de l'organisation patronale. "Il y a du positif (...) mais des signaux extrêmement dommageables pour les entreprises sont envoyés. Le premier budget du gouvernement avait une direction claire: mettre la France au niveau, en termes de fiscalité du capital. Le deuxième budget ne donne pas de cap suffisamment clair".

Le successeur de Pierre Gattaz cible ainsi la modification de la fiscalité des brevets, une fiscalité écologique "sans véritable stratégie d'ensemble" et une baisse de la dépense publique qui pourrait "aller plus loin".

Les économies demandées par l'exécutif sur l'assurance chômage (de 3 à 4 milliards d'euros sur trois ans, NDLR) "nous paraissent ambitieuses mais indispensables", précise-t-il.

"Les seize mois écoulés ont été marqués par des réformes plutôt positives", juge-t-il encore avant de venir au secours du président Emmanuel Macron, qui chute dans les sondages.

"Engager des réformes dans un pays qui s'est abstenu de le faire pendant 30 ans, c'est s'exposer à l'impopularité. Il ne faut pas que l'action du pouvoir en place soit jugée à la seule aune des enquêtes d'opinion et de quelques affaires récentes".

Du côté de la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME), l'impression d'ensemble est également contrastée.

"Même si ce projet de budget comprend indubitablement certains éléments positifs pour les entreprises, il est à souligner que les chefs d'entreprise ne perçoivent pas, à ce jour, un desserrement de l'étau fiscal qui les étouffe", pointe ainsi la CPME dans un communiqué.

"Nul doute que l'envolée de la fiscalité locale qui met en danger une entreprise sur cinq (enquête CPME sur la fiscalité locale), ne contribue pas à la lisibilité d'une politique nationale qui se veut favorable à l'entrepreneuriat. Enfin, on peut regretter que ce budget ne traduise pas un véritable mouvement de baisse des dépenses publiques sans lequel il sera difficile de baisser les prélèvements obligatoires", regrette-t-elle encore.

Ceux-ci ont atteint en 2017 un nouveau record à 45,3% du PIB, en hausse de 0,7 point par rapport à 2016, rappelle la CPME.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

Carbios annonce la nomination de Ian Hudson au poste de Président du Conseil d’administration. Il succède à Jean Falgoux et prendra ses nouvelles fonctions le 1er Janvier 2019, après avoir été…

Publié le 14/12/2018

Deuxième séance consécutive de correction pour l'indice parisien...

Publié le 14/12/2018

Le Conseil d'Administration de SoLocal Group, tenu ce jour, a pris acte de la démission d'Arnaud Marion, qui suite à la prise de ses nouvelles fonctions exécutives au sein de Smovengo, a souhaité…

Publié le 14/12/2018

Dans la continuité de la politique de distribution de dividendes des derniers exercices, le Conseil d’administration de Kering a décidé, lors de sa réunion du 14 décembre 2018, le versement…

Publié le 14/12/2018

Compte tenu des bons résultats de 2CRSi en 2018, une prime a été décidée pour tous les salariés du groupe en France...