En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 260.64 PTS
-0.18 %
5 235.00
-0.47 %
SBF 120 PTS
4 158.74
-0.32 %
DAX PTS
11 346.65
-0.15 %
Dowjones PTS
25 407.55
-0.37 %
7 275.32
-0.69 %
1.132
+0.14 %

Bloody Sunday: une demi-heure de tuerie dans les rues de Londonderry

| AFP | 476 | Aucun vote sur cette news
Des proches des victimes du
Des proches des victimes du "Bloody Sunday" en 1972 manifestent, le 14 mars 2019 à Derry, en Irlande du Nord ( Paul FAITH / AFP )

Le "Bloody Sunday", pour lequel un ex-soldat est poursuivi depuis jeudi, marque l'un des jours les plus sombres du conflit nord-irlandais, lorsque l'armée britannique a tué 13 manifestants pacifistes, le 30 janvier 1972 à Derry.

Ce jour-là, l'Association pour les droits civils en Irlande du Nord (NICRA) appelle à une nouvelle manifestation contre les internements de militants de la communauté catholique qui se multiplient hors de tout contrôle judiciaire depuis août 1971.

La manifestation est illégale: le gouvernement protestant d'Ulster vient d'interdire toute marche ou parade jusqu'à la fin de l'année dans la province britannique secouée par des émeutes, des meurtres et des attentats d'une violence croissante depuis le début des "Troubles" en 1968.

Cela ne décourage pas plusieurs milliers de personnes de se réunir, entre 5.000 et 20.000 selon les sources. Le gros de la manifestation suit l'itinéraire prévu dans le quartier catholique de Bogside, mais une minorité de jeunes descend la William Street pour se diriger vers un poste renforcé de l'armée britannique.

Des affrontements s'ensuivent - une scène devenue quotidienne - et les parachutistes britanniques du régiment du premier bataillon, un corps d'élite, demandent et obtiennent l'ordre de procéder à des arrestations. En fait d'arrestations, les balles fusent pendant une demi-heure, de 16H10 à 16h40. Treize manifestants sont tués sur le coup, un quatorzième décédera plus tard, quinze autres personnes sont blessées. Parmi les morts, six mineurs de 17 ans.

Les soldats affirmeront avoir répondu à des tirs et des jets de bombes incendiaires et n'avoir visé que des manifestants armés. Cette version, largement reprise dans les conclusions très contestées d'une première commission d'enquête britannique en 1972, n'a cependant été confortée par aucun témoignage indépendant. Aucun soldat n'a été blessé ce jour-là et aucune arme n'a été retrouvée du côté des manifestants.

La tuerie suscite une vague d'adhésions de jeunes catholiques à l'Armée républicaine irlandaise (IRA). Le 2 février 1972, une foule folle de rage réduit en cendres l'ambassade britannique à Dublin. Le 24 mars, le gouvernement britannique suspend les institutions d'Ulster et impose son administration directe.

Des proches des victimes du
Des proches des victimes du "Bloody Sunday" en 1972 manifestent, le 14 mars 2019 à Derry, en Irlande du Nord ( Paul FAITH / AFP )

En juin 2010, un rapport d'enquête publié après douze ans d'investigations imputera cette fois la responsabilité de la tuerie aux soldats qui ont "perdu leur discipline" et tiré sur des victimes ne constituant "aucune menace".

Jeudi, 47 ans plus tard, la justice a décidé de poursuivre un ancien soldat britannique pour deux meurtres et quatre tentatives de meurtre lors de ce "dimanche sanglant", estimant les preuves disponibles "insuffisantes" pour poursuivre d'autres soldats.

Le "Bloody Sunday" a été immortalisé en 1983 par une chanson du groupe irlandais U2. Les violences entre républicains nationalistes et loyalistes unionistes ont fait quelque 3.500 morts en trois décennies, jusqu'à la signature de l'accord du Vendredi saint le 10 avril 1998.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 avril 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 25/03/2019

La Française de l'Energie, leader de l'écologie industrielle, annonce l'installation du premier moteur de cogénération sur le site d'Anderlues afin de...

Publié le 25/03/2019

Convocation à l'Assemblée Générale Mixte du 4 avril 2019Modalités de mise à disposition des documents préparatoires L'Assemblée Générale des...

Publié le 25/03/2019

Parcours annonce la prise en fonction de Jean-Michel BEISBARDT au poste de Directeur des Ventes...

Publié le 25/03/2019

Suite à leur entrée en négociation exclusive annoncée le 20 septembre 2018, EuropaCorp et Gaumont ont signé un accord pour l'acquisition par Gaumont...

Publié le 25/03/2019

Eurazeo annonce avoir été choisi par CIC et BNP Paribas, pour gérer un fonds d'1 à 1,5 milliard d'euros dédié aux sociétés françaises et européennes...