En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 580.38 PTS
+0.31 %
5 528.00
-
SBF 120 PTS
4 415.60
+0.30 %
DAX PTS
12 222.39
+0.57 %
Dowjones PTS
26 559.54
+0.42 %
7 689.72
+0.00 %
1.124
+0.00 %

Bertrand veut "une forme de new deal entre l'État et les collectivités locales"

| AFP | 249 | Aucun vote sur cette news
Xavier Bertrand, le 20 février 2019 à Lille
Xavier Bertrand, le 20 février 2019 à Lille ( PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives )

Le président des Hauts-de-France Xavier Bertrand (ex-LR) plaide pour "une forme de new deal entre l’État et les collectivités locales", notamment en fusionnant conseillers départementaux et régionaux et en attribuant aux régions "l'intégralité des compétences" dans les domaines où elles interviennent (emploi, transports, lycées).

"Il faut une nouvelle ambition décentralisatrice, une forme de new deal entre l'État et les collectivités locales. (...) Depuis 30 ans, on a empilé les étages. Il nous faut une gouvernance qui tienne compte des demandes et des besoins des élus de terrain et de la population, avec des décisions qui ne sont pas toutes prises à Paris", a expliqué au Figaro M. Bertrand, reçu vendredi, comme d'autres élus des Hauts-de-France, par Emmanuel Macron.

"Je propose donc une nouvelle étape de la décentralisation pour simplifier -je refuse d'ailleurs que les Régions tirent à elles seules la couverture. Il faut d'abord consacrer la place des communes (on est allé trop loin dans les intercommunalités), ainsi que le rôle et les moyens des Départements, et éviter les doublons entre Région et Département", a développé M. Bertrand.

"Mettons en place le conseiller territorial mais en l'adaptant aux évolutions nées de la loi NOTRe. Ça veut dire fusionner les élus des conseils départementaux et régionaux. Ainsi, les conseillers départementaux, élus dans les cantons, siégeront en même temps au Conseil régional", a prôné l'ancien ministre de Nicolas Sarkozy, qui avait instauré cette réforme, abrogée avant son entrée en vigueur par la gauche en 2012.

"Dans ma région, il y aurait environ un tiers d'élus en moins. Nous pourrions enclencher la mutualisation d'un certain nombre de services (personnel, informatique, administratif). Cela permettrait surtout plus d'efficacité (par exemple pour gérer une cité scolaire avec collège et lycée) et des économies à terme", dit M. Bertrand qui juge la réforme applicable "dès les prochaines élections de 2021".

Par ailleurs, "je ne demande pas d'argent sous forme de dotation, je sais qu’il n'y en aura plus. Je demande l'intégralité des compétences dans les domaines où intervient la Région : économie-emploi, transports et lycées", explique M. Bertrand, qui veut également "obtenir qu'une partie de la fiscalité de l’État, notamment la cotisation sur la valeur ajoutée (CVAE), soit fixée et gérée par la Région en prenant l'engagement de ne pas l'augmenter".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/04/2019

Pour l'exercice 2018, Wedia affiche un chiffre d'affaires consolidé de 10,8 ME, en hausse de 16% par rapport à l'exercice 2017, soit 9,3 ME...

Publié le 18/04/2019

Les revenus locatifs de Carmila pour les 3 premiers mois de l'année 2019 s'élèvent à 89,2 millions d'euros, contre 82,1 millions d'euros en 2018 sur...

Publié le 18/04/2019

Implanet affiche pour l'exercice 2018 une perte nette de 5,55 ME, contre 6,61 ME un an auparavant...

Publié le 18/04/2019

L'assemblée générale des actionnaires de CNP Assurances qui s'est réunie le 18 avril 2019 à Paris a approuvé les comptes sociaux et consolidés de...

Publié le 18/04/2019

Accor a fait le point sur son activité du premier trimestre 2019. Ainsi, le groupe hôtelier a réalisé un chiffre d'affaires de 987 millions d’euros sur la période, en progression de 34,2% en…