En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 840.38 PTS
-0.15 %
4 820.00
-0.52 %
SBF 120 PTS
3 859.34
-0.23 %
DAX PTS
11 071.54
-0.17 %
Dowjones PTS
24 353.02
-0.21 %
6 595.15
-0.78 %
1.139
+0.26 %

Benalla: Gantzer demande "la vérité" à l'Elysée

| AFP | 581 | 2.33 par 3 internautes
Gaspard Gantzer s'exprime lors d'un meeting à l'occasion du lancement de son mouvement
Gaspard Gantzer s'exprime lors d'un meeting à l'occasion du lancement de son mouvement "Parisiennes, Parisiens", le 11 octobre 2018 à Paris ( Alain JOCARD / AFP/Archives )

L'ancien conseiller de François Hollande et proche d'Emmanuel Macron Gaspard Gantzer a demandé lundi que l'Elysée dise "la vérité" à propos d'Alexandre Benalla, qui a affirmé avoir continué à échanger régulièrement avec le président, depuis son licenciement de l'Elysée.

"L'affaire Benalla, c'est la triste chronique d'un mauvais +OSS 117+ (...) On aimerait bien que l'Elysée dise la vérité, une fois pour toute", a déclaré M. Gantzer sur France Inter, en estimant que l'Elysée a voulu "cacher des choses sous le tapis". Mais "la vérité finit toujours pas arriver", a-t-il jugé.

Membre de la commission d'enquête du Sénat sur l'affaire Benalla, Marie-Pierre de la Gontrie souhaite qu'Alexandre Benalla soit "ré-entendu au minimum sur l'affaire des passeports diplomatiques" par la commission, devant laquelle il aurait, en septembre, "au minimum arrangé la vérité, ou menti par omission", selon la sénatrice PS interrogée sur BFMTV.

Les Républicains ont aussi de nouveau demandé lundi la vérité sur cette affaire. "Depuis le départ c'est une succession de mensonges, de dissimulation, au sommet de l’État", a accusé la porte-parole de LR Laurence Sailliet sur RTL, se demandant "pourquoi M. Benalla bénéficie d'une forme d'immunité".

Brice Hortefeux, député européen LR, a estimé sur Europe 1 que "les déclarations surprenantes de M. Benalla ce matin (dans Mediapart, NDLR) sont accablantes" quand, "parallèlement, les réactions de l'Elysée sont à la fois successives, contradictoires, ambiguës et gênées". Pour lui, "au minimum il s'agit d'une affaire dans l’État".

"Elle est belle la république exemplaire d'Emmanuel Macron!", s'est moqué quant à lui le porte-parole du Rassemblement national (RN) Sébastien Chenu sur Twitter.

Interrogé sur l'hypothèse qu'un membre de l'Elysée ait remis les passeports diplomatiques à M. Benalla en octobre alors qu'il avait été licencié, le député LREM apparenté MoDem Bruno Fuchs a répondu sur Cnews: "Ce serait une affaire assez grave, mais on est dans les services administratifs, pas politiques. Ce n'est pas une affaire d’État, mais c'est assez préjudiciable".

La controverse sur l'utilisation de ces passeports diplomatiques par Alexandre Benalla a pris samedi un tour judiciaire, avec l'ouverture par le parquet de Paris d'une enquête préliminaire, notamment pour "abus de confiance".

Dimanche, Alexandre Benalla a par ailleurs affirmé à Mediapart avoir continué à échanger régulièrement avec Emmanuel Macron, via la messagerie Telegram, depuis son licenciement de l'Elysée, précisant avoir conservé la preuve de ces échanges sur son téléphone portable.

M. Benalla a déjà été à l'origine d'une tempête politique cet été, après avoir été identifié sur des vidéos en train d'interpeller violemment des manifestants à Paris le 1er mai. Pour ces faits, il a été mis en examen à deux reprises.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
3 avis
Note moyenne : 2.33
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/01/2019

SNCF Transilien et MND Group, spécialiste du transport par câble à travers sa filiale LST, s’associent pour concevoir et promouvoir des solutions de transport par câble sur certains pôles…

Publié le 23/01/2019

Voltalia a réalisé au quatrième trimestre 2018 un chiffre d'affaires de 51,4 millions d'euros, en baisse de 4 %. A taux constant, les ventes ont ont grimpé de 7 %. Sur l'année, le chiffre…

Publié le 23/01/2019

FONCIÈRE EURIS Société Anonyme au capital de 149 158 950 euros 83, rue du Faubourg Saint-Honoré - 75008 Paris 702 023 508 RCS PARIS     Paris, le 23 janvier…

Publié le 23/01/2019

Pour l'année 2018, le chiffre d'affaires de Seb s'établit à 6...

Publié le 23/01/2019

JCDecaux annonce qu’Hannelore Majoor a été nommée directrice générale de sa filiale néerlandaise, JCDecaux Pays-Bas. Hannelore Majoor a débuté sa carrière chez JCDecaux en octobre 2016 en…