5 281.58 PTS
+1.13 %
5 278.5
+1.14 %
SBF 120 PTS
4 231.68
+1.11 %
DAX PTS
12 451.96
+0.86 %
Dowjones PTS
25 219.38
+0.08 %
6 770.66
-0.36 %
Nikkei PTS
21 720.25
-
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Belloubet défend l'ouverture d'une salle d'audience controversée à Roissy

| AFP | 254 | Aucun vote sur cette news
La ministre de la Justice, Nicole Belloubet, au Palais de l'Elysée le 25 octobre 2017
La ministre de la Justice, Nicole Belloubet, au Palais de l'Elysée le 25 octobre 2017 ( Patrick KOVARIK / AFP )

La ministre de la Justice, Nicole Belloubet, a défendu jeudi l'ouverture d'une salle d'audience délocalisée à Roissy pour juger les étrangers non admis sur le territoire français, estimant qu'elle constitue "une amélioration considérable par rapport à la situation" antérieure.

Cette annexe judiciaire située au pied des pistes de l'aéroport a ouvert jeudi, malgré l'opposition d'avocats et d'associations. Les étrangers en attente d'une décision d'admission sur le territoire étaient jusqu'à présent jugés dans l'enceinte du tribunal de grande instance de Bobigny.

"Nous avons veillé à ce que toutes les conditions d'impartialité, de dignité, d'accès, de mode de transport soient réunies", a affirmé Nicole Belloubet lors d'une visite au TGI de Bobigny, en rappelant que le Conseil constitutionnel et la cour d'appel en avaient "validé le principe".

Pour autant, elle a expliqué n'avoir pas souhaité se rendre à l'inauguration afin de ne pas perturber la première audience. Mais "je vais y aller très prochainement", a-t-elle assuré.

Des associations de droits de l'Homme, le Syndicat de la magistrature ainsi que des avocats ont notamment dénoncé ce projet, qui instaure selon eux une "justice d'exception" et peut constituer une atteinte à "l'impartialité" de la juridiction.

Durant sa visite, la ministre a également pris note des doléances des personnels, greffiers comme magistrats, du deuxième tribunal de France, qui souffre d'un sous-effectif et de conditions matérielles dégradées.

"Ce qu'on voit dans les couloirs est inacceptable", a-t-elle dit à propos des boîtes d'archives qui encombrent bureaux et couloirs, ajoutant vouloir "accentuer l'effort de numérisation" pour résoudre ce problème.

Elle a annoncé un investissement de 6 millions d'euros en 2018 pour réaliser des travaux d'étanchéité et d'électricité du bâtiment, qui prend l'eau, ainsi que des renforts humains pour le greffe, soit une "cinquantaine de personnels nouveaux entre septembre et janvier".

C'est sans compter les départs, nombreux dans cette juridiction de banlieue qui compte un turn-over important et affiche un taux d'absentéisme de trois points supérieurs à la moyenne nationale (15,9%), ont souligné ses interlocuteurs au sein du TGI.

Alors qu'un mouvement de grève a affecté pendant une semaine le service du greffe, qui a cessé d'accueillir le public, la CGT a indiqué avoir boycotté la visite de la ministre, avec ce mot d'ordre: "Des juridictions fauchées dans un département fauché : nous ne voulons pas de ce bordel".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/02/2018

Le Premier ministre, qui visitait vendredi une usine L'Oréal, n'est pas inquiet après l'annonce par Nestlé de la non reconduction du pacte d'actionnaires qui le lie à la famille Bettencourt…

Publié le 16/02/2018

Le Gabon a annoncé vendredi la réquisition de la SEEG, filiale eau et électricité du groupe français, ainsi que son intention de résilier son contrat de concession.

Publié le 16/02/2018

Le désaccord concernant les conditions de diffusion des chaînes de TF1 sur le réseau d'Orange se poursuit. Orange a annulé des campagnes publicitaires prévues sur TF1...

Publié le 16/02/2018

SOFRAGI Société Française de Gestion et d'Investissement   SA au  Capital de 3.100.000 euros Siège Social : 37, avenue des Champs Elysées - 75008…

Publié le 16/02/2018

      CASINO, GUICHARD-PERRACHON Société anonyme au capital de 169 825 403,88 EUR Siège social : 1, Cours Antoine Guichard 42000…

CONTENUS SPONSORISÉS