5 420.58 PTS
+1.33 %
5 414.5
+1.36 %
SBF 120 PTS
4 324.40
+1.35 %
DAX PTS
13 312.30
+1.59 %
Dowjones PTS
24 806.07
+0.63 %
6 519.29
+0.82 %
Nikkei PTS
22 901.77
-
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Bas (LR) sur la Conférence des territoires: "on va passer, j'espère, de Jupiter à la démocratie"

| AFP | 164 | Aucun vote sur cette news
Le président de la commission des Lois du Sénat Philippe Bas (LR), à Paris le 16 mars 2016
Le président de la commission des Lois du Sénat Philippe Bas (LR), à Paris le 16 mars 2016 ( FRANCOIS GUILLOT / AFP/Archives )

Alors que s'ouvre au Sénat la Conférence de territoires en présence du Président Emmanuel Macron, le président de la commission des Lois du Sénat Philippe Bas (LR) a espéré lundi passer de "Jupiter à la démocratie" concernant les relations entre les collectivités locales et l’État.

"La démocratie c'est faire en sorte que l’État ne fasse pas ses fins de mois au détriment des collectivités", a-t-il déclaré après avoir déploré que "ces dernières années, les collectivités territoriales (aient) servi de variable d'ajustement au budget de l’État". "C'était l’État dans toute sa splendeur centralisatrice", a-t-il encore dénoncé sur Sud Radio et Public Sénat.

Un autre point qui le fait rester "prudent" quant à cette conférence : la suppression de la taxe d'habitation pour 80 % des foyers à laquelle il est opposé. "Les compensations de l’État, on n'y croit plus", a expliqué le sénateur de la Manche qui a jugé que "le président de la République se heurtera a de très grosses difficultés constitutionnelles s'il poursuit son chemin dans cette direction".

"La Constitution exige que à peu près 60 % des recettes d'une commune viennent de l'impôt local" , a-t-il rappelé. "Si on descend en dessous alors il n'y a plus d'autonomie financière, et s'il n'y a plus d'autonomie financière la Constitution est violée", a-t-il encore averti.

Philippe Bas s'est également exprimé au sujet du projet de loi d'habilitation à gouverner par ordonnances pour réformer le code du Travail. Une loi qu'il compte bien voter. "Nous sommes contre les ordonnances en général quand il s'agit d'une simple commodité pour le gouvernement" mais "nous sommes prêts à voter une loi d'habilitation" quand le texte présente "suffisamment de précisions". Il permettra, selon lui, aux "entreprises de créer de l'emploi en levant cette inquiétude qu'elles ont par rapport à l'embauche".

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/12/2017

Un voyage immersif unique à chaque trajet grâce à l'intégration des données de navigation en temps réel...

Publié le 18/12/2017

La décision même de privatiser ADP n'est pas prise, a indiqué une source gouvernementale à l'agence 'Reuters'.

Publié le 18/12/2017

En 2017, Cibox a renforcé ses positions sur ses marchés stratégiques

Publié le 18/12/2017

  Paris, le 18 décembre 2017, 20h   Transfert du contrat de liquidité de la société KEPLER CHEUVREUX à PORTZAMPARC Société de Bourse     AdUX (Code ISIN : FR0012821890…

Publié le 18/12/2017

OneOS6 gère des services physiques ou virtuels, voix et données, en fournissant à la fois des PNF...

CONTENUS SPONSORISÉS