En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 200.95 PTS
+0.10 %
5 197.50
+0.08 %
SBF 120 PTS
4 126.43
+0.14 %
DAX PTS
11 448.69
+0.41 %
Dowjones PTS
25 954.44
+0.24 %
7 062.34
+0.00 %
1.134
-0.03 %

"Autoritarisme" ou "confiance": le projet Blanquer pour l'école en débat à l'Assemblée

| AFP | 318 | 5 par 1 internautes
Le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer le 6 février 2019 à l'Assemblée nationale à Paris
Le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer le 6 février 2019 à l'Assemblée nationale à Paris ( Christophe ARCHAMBAULT / AFP/Archives )

"Autoritarisme" ou "confiance": l'Assemblée a donné lundi le coup d'envoi des débats sur le projet de loi Blanquer, vanté comme porteur de "justice sociale" par le gouvernement, mais accueilli fraîchement par les oppositions, comme les syndicats d'enseignants.

Instruction obligatoire abaissée de 6 à 3 ans, refonte de la formation, nouvelles écoles internationales, devoir d'"exemplarité", mais aussi nouveau Conseil d'évaluation: le ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer a défendu devant un hémicycle clairsemé un premier texte du quinquennat sur l'école ayant pour "clé de voûte" de "libérer, responsabiliser, unir".

Voyant dans l'école "la réponse fondamentale" aux défis contemporains,cet ex-directeur général de l'enseignement scolaire sous Nicolas Sarkozy, devenu un poids lourd de la macronie, a défendu les deux objectifs de son projet "pour une école de la confiance": "élévation du niveau général et justice sociale".

Mais de la gauche de l'hémicycle à sa droite, le texte, au menu des députés jusqu'à vendredi avant un vote solennel mardi 19 février, est critiqué. LFI comme LR ont tenté d'écourter les débats avec des motions.

Comme certains syndicats enseignants, la gauche dénonce un projet éducatif "rétrograde" (PS), au ton "autoritaire" et avec une communication "orwellienne" du ministre (PCF), ou encore un projet "désespérant" qui met en place "une start-up éducation" (LFI).

Les Républicains, qui ne voteront pas le projet de loi, ne sont "pas convaincus" par sa mesure phare sur l'instruction obligatoire, leur orateur Frédéric Reiss critiquant "une loi d'affichage", tandis que Patrick Hetzel estime que derrière un "fourre-tout" apparent se cache "une inquiétante volonté de reprise en main de l'ensemble du système éducatif".

"Drapeaux dans les classes"

Lundi soir, dès le premier article qui rappelle notamment le devoir "d'exemplarité" des enseignants, les oppositions ont été vives. Les trois groupes de gauche ont tenté de le supprimer, déplorant une loi qui commence dans la "défiance" avec une volonté de "museler" les profs.

A droite, plusieurs élus ont formulé des doutes sur l'utilité de cet article, considéré comme de la "communication" par Fabien Di Filippo (LR).

M. Blanquer a défendu cette mesure "de principe" avec "un petit peu de tristesse", en reprochant à ses détracteurs de droite comme de gauche d'"entretenir" la crise de défiance que connaît le pays.

Le sujet des violences scolaires sur lequel le gouvernement a annoncé en octobre un plan qui se fait attendre, a aussi animé la soirée, Eric Ciotti (LR) a défendu un amendement prévoyant des sanctions pouvant aller jusqu'à la suspension des allocations familiales, mesure dénoncée comme "révoltante" à gauche.

Tout en jugeant le problème "bien réel", M. Blanquer a renvoyé aux travaux en cours sur le sujet, promettant qu'ils déboucheraient sur une "double dimension": "soutien à la parentalité", mais aussi des "sanctions", dont la nature reste à préciser.

Les députés ont ajouté en séance, en réécrivant un amendement LR, la présence "obligatoire" dans les classes du drapeau tricolore, du drapeau européen, ainsi que des paroles du refrain de l'hymne national, la gauche s'insurgeant d'un vote hâtif sur cette mesure.

Les députés n'ont pas abordé l'examen de la mesure phare du projet prévue à l'article 2: l’instruction obligatoire dès trois ans. Vantée comme "emblématique" par le ministre, cette mesure dénoncée par le RN comme un "gadget électoraliste", fait crier LR "à l'injustice", les collectivités devant à l'avenir financer les maternelles privées sous contrat. La gauche y voit un "cadeau" au privé. Le gouvernement, qui promet de compenser le surcoût pour les communes, évoque 100 millions d'euros.

La possibilité de confier aux assistants d'éducation (ex-"pions") des "missions d'enseignement" promet aussi de faire débat. "Mesure sociale" qui permettra "d'accompagner financièrement de futurs professeurs", selon le ministre, elle est décriée par la gauche comme une façon d'"ubériser le métier d'enseignant".

Autre point litigieux encore à débattre: la création du Conseil d'évaluation de l'école (CEE). Si le ministre récuse toute "évaluation punitive", mais plutôt une "évaluation-levier", PCF, PS ou LR dénoncent la mise en place d'une structure "à sa botte".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/02/2019

CNP Assurances a enregistré en 2017 un résultat net part du groupe de 1,37 milliard d’euros en hausse de 6,4 % (+ 8,6 % à périmètre et change constants) principalement tiré par…

Publié le 21/02/2019

Axway a enregistré en 2018 un résultat net part du groupe de 11 millions d’euros contre 4,4 millions d’euros en 2017. Le résultat opérationnel d’activité a chuté de 21,2% à 31,9 millions…

Publié le 21/02/2019

La blessure à un genou de la future star NBA Zion Williamson a fait couler beaucoup d'encre...

Publié le 21/02/2019

Compte-tenu des moyens financiers de la société

Publié le 21/02/2019

Vallourec flambe de près de 22% à 2,11 euros, soutenu par des résultats annuels supérieurs aux attentes et des prévisions encourageantes. Les investisseurs sont rassurés par le bond du résultat…