En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 103.92 PTS
+0.38 %
5 095.00
+0.27 %
SBF 120 PTS
4 086.92
+0.25 %
DAX PTS
11 609.38
+0.48 %
Dowjones PTS
25 444.34
+0.26 %
7 107.23
+0.00 %
1.150
-0.07 %

Au Royaume-Uni, le cyberespionnage s'ouvre au monde extérieur

| AFP | 301 | Aucun vote sur cette news
Le cyberespionnage britannique s'ouvre un peu au monde extérieur, en particulier aux geeks et aux start-ups, afin de mieux défendre le pays contre les pirates informatiques, ce qui n'est pas sans risque, notent des experts.
Le cyberespionnage britannique s'ouvre un peu au monde extérieur, en particulier aux geeks et aux start-ups, afin de mieux défendre le pays contre les pirates informatiques, ce qui n'est pas sans risque, notent des experts. ( LEON NEAL / AFP/Archives )

Le cyberespionnage britannique s'ouvre un peu au monde extérieur, en particulier aux geeks et aux start-ups, afin de mieux défendre le pays contre les pirates informatiques, ce qui n'est pas sans risque, notent des experts.

En décembre, le Centre national de cybersécurité (NCSC), créé en début d'année au sein de l'agence de surveillance GCHQ, a présenté le projet "Cyber accelerator", sorte d'incubateur de projets. L'événement a rassemblé des investisseurs, des journalistes et des entrepreneurs, qui ont pu jeter un coup d'oeil aux coulisses et découvrir quelques-unes des dernières armes déployées par des entreprises privées dans leur guerre contre le cybercrime.

Le directeur adjoint pour la croissance et les cybercompétences, Chris Ensor, a expliqué que ce projet de "Cyber accelerator" était destiné à faire le lien entre le NCSC, qui fournit des conseils contre les menaces informatiques, et la jeune et dynamique industrie high-tech.

Neuf entreprises ont été sélectionnées parmi 160 candidatures et travailleront avec le GCHQ pendant neuf mois.

Elles mènent des projets visant à lutter contre différents types de cybermenaces, par exemple la protection de crypto-monnaies ou du matériel informatique permettant d'effacer le contenu d'un ordinateur portable en cas de vol.

Les entreprises présentes à Londres collaborent déjà avec le GCHQ pour préparer leurs produits au marché.

Mais impossible de donner trop de détails sur l'incubateur. "Vous ne pouvez dire à personne où il se trouve", prévient Chris Ensor.

- Offres d'emploi sur le pavé -

Cette initiative est la dernière d'une série destinée à attirer de jeunes génies de la technologie.

Le GCHQ a déjà eu recours à des méthodes originales pour trouver des candidats, par exemple avec une campagne de recrutement à base de graffitis tagués sur le pavé pour attirer les jeunes d'un quartier branché de Londres ou via un concours consistant à trouver la clef d'un code pour recruter de jeunes talents parmi les pirates informatiques.

Au cours de sa première année d'existence, le NCSC a traité 600 cyberincidents importants, 35 d'entre eux étant classés "sérieux", selon son directeur technique Ian Levy.

"Ils nous ont appris des choses", a-t-il admis, qualifiant ses adversaires "d'infiniment créatifs" et "très intelligents".

Selon Anthony Glees, directeur du Centre d'études sur la sécurité et le renseignement de l'université de Birmingham, le GCHQ essaye de "relever son niveau" en réponse à de telles menaces.

Alan Woodward, expert en cybersécurité à l'université du Surrey, estime lui que le Royaume-Uni est à "l'avant-garde".

"Quelques-unes des meilleures idées sont nées dans la tête d'un homme dans son garage, et là, nous avons la version moderne de ça", a-t-il ajouté. Mais ces petits génies "ne se sentent pas forcément chez eux au sein de grandes entreprises ou du gouvernement", ajoute-t-il.

L'esprit Silicon Valley qui inspire le projet et la perspective de gagner de l'argent visent à attirer de jeunes cerveaux affûtés et à les faire travailler au service de la défense de la nation.

"Vous pouvez payer quelqu'un 30.000 livres (40.000 dollars, 34.000 euros) par an pour aller travailler au GCHQ et en gros ils peuvent doubler leur salaire en travaillant dans le privé. C'est dur de les attirer et de les retenir", note cependant M. Woodward.

"Le GCHQ est très très désireux d'attirer de jeunes talents", renchérit M. Glees. "Certains des meilleurs hackers sont des adolescents de 16-17 ans dans leur chambre".

Toutefois, le partage mutuel d'informations crée de potentiels "dangers" en matière de sécurité, avertit-il.

Le GCHQ assure effectuer des vérifications approfondies des antécédents des participants mais il s'agit d'un processus "extrêmement coûteux", explique-t-il.

Le gouvernement joue aux équilibristes pour juger quelles informations il peut partager.

"Échanger des informations est toujours dangereux... Mais c'est nécessaire", estime M. Glees. "Vous ne pouvez pas aller contre la marche de l'histoire".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

Les Différents Types d'Ordre de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/10/2018

Les marchés européens évoluent en petite hausse ce lundi, dans le sillage d’une forme de soulagement sur le dossier italien. En effet, si Moody's a dégradé sa note sur l’Italie de Baa2 à…

Publié le 22/10/2018

L'événement économique de la semaine en Europe est programmé jeudi avec la réunion du conseil des gouverneurs de la BCE

Publié le 22/10/2018

Sony espère prendre le contrôle d'EMI sans céder d'actifs...

Publié le 22/10/2018

Après s’être effondrée de 25,66% vendredi, l’action Sopra Steria continue de subir les foudres des investisseurs : -4,61% à 85,80 euros. Trois mois après l’annonce de résultats semestriels…

Publié le 22/10/2018

    Information relative au nombre total…