En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 220.96 PTS
-
4 230.50
-
SBF 120 PTS
3 317.69
-
DAX PTS
9 570.82
-
Dow Jones PTS
21 413.44
+2.24 %
7 635.66
+2. %

Au procès Fillon, rejet des recours, place aux soupçons d'emplois fictifs

| AFP | 557 | 4.67 par 3 internautes
Arrivée des époux Fillon au palais de justice de Paris, le 27 février 2020.
Arrivée des époux Fillon au palais de justice de Paris, le 27 février 2020. ( STEPHANE DE SAKUTIN / AFP )

Le tribunal correctionnel de Paris a commencé jeudi à examiner les accusations de détournement de fonds publics visant l'ancien Premier ministre François Fillon, soupçonné d'avoir employé fictivement son épouse Penelope, après le rejet de deux recours plaidés la veille par la défense.

En début d'audience, les magistrats ont retoqué les deux questions prioritaires de constitutionnalité (QPC) soutenues par les avocats des époux Fillon et de l'ancien suppléant de M. Fillon Marc Joulaud, qui portaient sur les délais de prescription et le délit de détournement de fonds publics.

Les jugeant "dépourvues de caractère sérieux", le tribunal a refusé de les transmettre à la Cour de cassation.

Dans la foulée, la présidente Nathalie Gavarino a commencé à présenter un résumé de l'enquête.

L'après-midi sera consacrée au premier volet de l'affaire qui avait pulvérisé la campagne présidentielle de François Fillon en 2017 : l'emploi de Penelope Fillon comme assistante parlementaire par son époux, alors député de la Sarthe.

Une partie des accusations, qui remontent à 1981, sont prescrites : l'accusation retient deux périodes, 1998-2002 puis 2012-2013, pendant lesquelles elle considère que les époux Fillon ont "détourné" 408.400 euros de fonds publics par le biais des emplois de Mme Fillon.

François Fillon est poursuivi pour détournement de fonds publics et Penelope Fillon pour complicité et recel.

L'accusation considère que les activités de la discrète Mme Fillon dans la Sarthe ne correspondent pas à un réel travail d'assistante parlementaire.

Ces accusations doivent également occuper le tribunal lundi. Ce sera ensuite au tour des fonctions d'assistante parlementaire de Penelope Fillon auprès de Marc Joulaud, pour lesquelles elle avait reçu 645.600 euros, d'être passées au crible.

Le procès est prévu jusqu'au 11 mars. La défense plaidera la relaxe.

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
3 avis
Note moyenne : 4.67
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 02/04/2020

Groupe ADP remettra, au nom de tous les donateurs, près de 200 tablettes à l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP), afin de permettre aux malades hospitalisés de garder le contact avec…

Publié le 02/04/2020

En raison des mesures de confinement adoptées par le Gouvernement français en vue de lutter contre la propagation du coronavirus, le Conseil...

Publié le 02/04/2020

Cet emprunt de Groupe ADP comporte 2 tranches d'un montant total de 2,5 MdsE...

Publié le 02/04/2020

Assemblée générale convoquée pour le 30 avril...

Publié le 02/04/2020

Ces trois dernières semaines, la situation s'est dégradée de manière brutale...