En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 101.85 PTS
+0.00 %
5 062.50
-0.76 %
SBF 120 PTS
4 078.82
+0.00 %
DAX PTS
11 472.22
-
Dowjones PTS
25 286.49
-0.40 %
6 830.91
+0.00 %
1.128
-0.09 %

Au Brésil, une guerre sale sur le net pour la présidentielle

| AFP | 188 | Aucun vote sur cette news
Des partisans du candidat d'extrême droite à la présidentielle Jair Bolsonaro lors d'un rassemblement, le 24 octobre 2018 à la plage de Copacabana, à Rio de Janeiro, au Brésil
Des partisans du candidat d'extrême droite à la présidentielle Jair Bolsonaro lors d'un rassemblement, le 24 octobre 2018 à la plage de Copacabana, à Rio de Janeiro, au Brésil ( CARL DE SOUZA / AFP )

Désinformation massive sur les réseaux sociaux, accusations de manipulation de l'électorat et de financements occultes pour l'envoi de millions de messages dénigrant un candidat: dans la dernière ligne droite de la campagne au Brésil, une guerre sans merci fait rage sur internet.

La police fédérale a ouvert des enquêtes pour dissémination de fausses informations contre les deux finalistes, aussi bien le grand favori Jair Bolsonaro (extrême droite) que son adversaire de gauche Fernando Haddad.

Le principal champ de bataille de cette guerre du net est WhatsApp, messagerie instantanée extrêmement populaire qui appartient à Facebook et compte 120 millions d'usagers au Brésil, pour près de 210 millions d'habitants.

Le quotidien Folha de S. Paulo a révélé récemment que des entreprises avaient financé l'envoi de centaines de millions de messages anti-Haddad avant le 1er tour du 7 octobre.

Les compagnies auraient acheté des "contrats" pour l'envoi de ces messages à des contacts fournis par des agences spécialisées, à un prix pouvant atteindre 12 millions de réais (2,8 millions d'euros) par contrat.

À la suite de ce scandale, Whatsapp a annoncé la fermeture de plus de 100.000 comptes.

Dans la dernière ligne droite de la campagne présidentielle au Brésil, une guerre sans merci fait rage sur le net
Dans la dernière ligne droite de la campagne présidentielle au Brésil, une guerre sans merci fait rage sur le net ( YASUYOSHI CHIBA / AFP/Archives )

La justice électorale a ouvert une enquête à la demande du Parti des Travailleurs (PT) de Fernando Haddad. Jair Bolsonaro a nié énergiquement toute implication et a même menacé le journal qui a révélé l'affaire de le priver "de la manne publicitaire du gouvernement" s'il est élu.

- "Bombardements de robots" -

Pour Jaques Wagner, ancien ministre du PT qui dirige actuellement la campagne de M. Haddad, ce qui se passe actuellement sur les réseaux sociaux au Brésil doit servir de "leçon pour la démocratie dans le monde".

Le candidat du parti des Travailleurs à la présidentielle, Fernando Haddad, lors d'un meeting de campagne, le 23 octobre 2018 à Rio de Janeiro, au Brésil
Le candidat du parti des Travailleurs à la présidentielle, Fernando Haddad, lors d'un meeting de campagne, le 23 octobre 2018 à Rio de Janeiro, au Brésil ( Mauro Pimentel / AFP )

"On voit ça aujourd'hui dans la politique, mais demain, ça peut déboucher vers une guerre commerciale, détruire des entreprises. C'est un nouvel outil, qui dépasse les frontières", a-t-il expliqué à l'AFP.

Ex-gouverneur de l'Etat de Bahia (nord-est), Jaques Wagner considère que la candidature de Fernando Haddad "résiste plutôt bien au bombardement de millions de robots (faux profils d'utilisateurs créés pour doper des publications)".

Dans le dernier sondage publié mardi soir par l'institut Ibope, le candidat de gauche a réduit de 4 points l'écart qui le sépare de M. Bolsonaro, qui mène tout de même largement, avec 57% des intentions de vote, contre 43% pour son adversaire.

L'influence des réseaux sociaux sur un scrutin a déjà été mise en évidence en 2016 lors de l'élection de Donald Trump et du référendum sur le Brexit.

Facebook, dont la réputation a été entachée depuis, a annoncé lundi avoir supprimé 68 pages et 43 comptes associés à un groupe pro-Bolsonaro accusé de propager de fausses informations à grande échelle.

Des partisans du candidat du parti des Travailleurs à la présidentielle, Fernando Haddad, lors d'un rassemblement, le 24 octobre 2018 à Sao Paulo, au Brésil
Des partisans du candidat du parti des Travailleurs à la présidentielle, Fernando Haddad, lors d'un rassemblement, le 24 octobre 2018 à Sao Paulo, au Brésil ( Miguel SCHINCARIOL / AFP )

Victoria Grand, vice-présidente de WhatsApp, a affirmé mardi à des journalistes à Sao Paulo que le service de messagerie n'avait pas l'intention de changer la limite de destinataires pour un même message au Brésil, qui a été abaissé récemment de 250 à 20.

"Ce nombre nous semble tout à fait satisfaisant", a-t-elle déclaré, une façon de répondre implicitement à une critique de Jair Bolsonaro.

La semaine dernière, le candidat d'extrême droite avait manifesté dans une vidéo sur Facebook son intention de "lutter pour que la limite soit rétablie" à 250.

- Attaques personnelles -

Un groupe de recherche de l'Université d'Etat de Rio de Janeiro, qui a analysé depuis mai le contenu de messages de groupes WhatsApp pro-Bolsonaro, a relevé de nombreuses fausses informations, notamment des rumeurs de fraudes sur les urnes électroniques au premier tour.

D'autres messages incitaient les membres de ces groupes à publier des commentaires négatifs, parfois même des attaques personnelles, sur les profils Facebook ou Instagram de personnalités ayant déclaré leur soutien à Fernando Haddad.

Jair Bolsonaro, qui compte près de 8 millions d'abonnés sur Facebook, a intensifié sa campagne sur les réseaux sociaux après avoir frôlé la mort lors d'un attentat à l'arme blanche un mois avant le premier tour, postant même des vidéos de son lit d'hôpital.

Pour Nahema Marchal, co-auteure d'une étude de l'institut de recherches sur internet de l'université d'Oxford, "il est très difficile d'établir des liens de cause à effet entre ce que les gens voient en ligne et la façon dont ils votent".

Mais ses recherches indiquent que "la désinformation circule plus vite que les informations dûment vérifiées sur les réseaux sociaux".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/11/2018

AXA a annoncé le lancement d’une offre secondaire d’actions ordinaires de sa filiale américaine AXA Equitable Holdings (EQH) et le début des présentations aux investisseurs dans le cadre de…

Publié le 14/11/2018

Avec maintien du droit préférentiel de souscription d'un montant maximum de 5,6 ME pour intensifier ses investissements data...