En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ browserName + ' ' + browserVersion }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 387.38 PTS
+1.34 %
5 365.50
+0.98 %
SBF 120 PTS
4 318.04
+1.13 %
DAX PTS
12 579.72
+0.54 %
Dowjones PTS
24 580.89
+0.49 %
7 197.51
-0.28 %
Nikkei PTS
22 516.83
-0.78 %

Attentat à Paris: un impact sur la présidentielle difficile à évaluer

| AFP | 394 | Aucun vote sur cette news
L'avenue des Champs Élysées avec la place de la Concorde en fond, à Paris, le 21 avril 2017, le lendemain de l'attaque revendiquée par l'État Islamique qui a tué un policier
L'avenue des Champs Élysées avec la place de la Concorde en fond, à Paris, le 21 avril 2017, le lendemain de l'attaque revendiquée par l'État Islamique qui a tué un policier ( Philippe LOPEZ / AFP )

L'attentat de jeudi aux Champs-Élysées a brutalement replacé la menace terroriste au coeur de l'actualité politique, sans toutefois que les experts se risquent à évaluer son impact sur le choix des électeurs si près de la présidentielle.

Relativement peu présente dans la campagne selon les observateurs, la question du terrorisme a bousculé la dernière semaine de campagne: d'abord mardi avec l'arrestation à Marseille de deux hommes prévoyant un attentat "imminent", puis jeudi soir avec l'attaque sur la plus célèbre avenue de France, qui a coûté la vie à un policier.

Si le président américain Donald Trump a d'ores et déjà estimé vendredi que l'attentat de Paris "aura un gros effet sur l'élection présidentielle" dimanche, les experts sont eux beaucoup plus prudents.

L'attentat pourrait "être en mesure de faire bouger les lignes et resserrer les écarts" dans une présidentielle marquée par une "très grande incertitude" tant les quatre favoris sont proches dans les sondages, avance Adélaïde Zulfikarpasic, directrice de l'Institut de sondages BVA.

"Si ça devait bénéficier à quelqu'un ce serait évidemment à Marine Le Pen qui a porté cette thématique dans la campagne, ou à François Fillon, de par sa stature présidentielle", ajoute-t-elle, rappelant toutefois qu'en 2012, Nicolas Sarkozy n'avait pas "bénéficié" de l'affaire Merah comme cela avait été prédit après les tueries de Toulouse et Montauban, un mois avant le premier tour de la présidentielle.

Même son de cloche du côté de la fondation Jean-Jaurès (proche PS). "Personne ne peut vraiment dire quel impact ça va avoir (...) De même qu'on est bien en peine d'expliquer pourquoi Marine Le Pen baisse autant cette semaine, alors que l'actualité la sert plutôt en terme d'agenda et qu'elle est revenue sur ses fondamentaux", affirme la directrice du département opinion, Chloé Morin.

Plusieurs candidats -Marine Le Pen, François Fillon et Emmanuel Macron- ont annulé leurs déplacements vendredi, mais les déclarations politiques se sont succédé et le sujet tourne en boucle sur les chaînes d'infos depuis jeudi soir.

- 'Un attentat de plus' -

Sébastien Pietrasanta, député PS et rapporteur de la commission d'enquête post-attentats de 2015, se méfie de la forte "tentation d'instrumentalisation. La situation dit-il, rappelle "très fortement ce qui s'est passé en 2002" avec "Papy Voise" au terme d'une campagne centrée sur l'insécurité.

A l'époque, les images de ce vieil homme, le visage tuméfié après avoir été roué des coups par deux jeunes qui avaient incendié sa maison, avaient été diffusées dans tous les journaux télévisés, et certains y voient un lien avec l'accession au second tour de Jean-Marie Le Pen quelques jours plus tard.

Sylvain Brouard, directeur de recherche Sciences Po/CEVIPOF, explique cependant que ce sont les électeurs de gauche qui "réagissent le plus" après un attentat: "Leur préférences sécuritaires s'ajustent car le danger est plus important qu'ils escomptaient", et ils demandent par exemple plus de moyens pour l'armée ou la police, alors que les électeurs d'extrême droite et même de droite voient leur convictions "validées".

Le chercheur, qui travaille sur l'évolution des priorités politiques des Français depuis trois ans, souligne par ailleurs la différence entre un "premier attentat" symbolique contre Charlie Hebdo, un deuxième "très fort" au vu du nombre de victimes le 13 novembre 2015, et "un attentat de plus".

Même l'attentat de Nice, qui avait causé le 14 juillet la mort de 86 personnes, a "eu un effet bien moins important sur les préférences des Français en matière de sécurité", explique-t-il.

Le député Georges Fenech (LR), corapporteur de la commission d'enquête post-attentats de 2015, estime pour sa part que l'attentat ne va pas "changer la donne" car "on connaît le programme de chacun, le sujet est intégré".

Dans la classe politique, on estime aussi "vraisemblable" une hausse de la participation en réaction. Le patron du PS, Jean-Christophe Cambadélis, s'est ainsi interrogé sur LCI sur cette éventuelle poussée, susceptible tout à la fois de "relativiser" le score de Marine Le Pen, de pousser les électeurs PS à revenir vers Benoît Hamon ou de bénéficier à François Fillon, dont les affaires seraient ainsi reléguées au second plan.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 24/06/2018

Bureau de vote à Ankara, le 24 juin 2018 ( ADEM ALTAN / AFP )Le président turc Recep Tayyip Erdogan était dimanche en tête de premiers résultats partiels publiés après des élections…

Publié le 24/06/2018

La sénatrice et les deux militants communistes français arrêtés à Agri (est de la Turquie), où ils étaient venus observer les élections à l'invitation d'un parti pro-kurde, ont été…

Publié le 24/06/2018

Des membres des ONGs SOS Méditérranée et MSF lors d'un exercice de sauvetage à proximité de l'Aquarius le 23 juin 2018. ( PAU BARRENA / AFP )Emmanuel Macron et Angela Merkel ont appelé…

Publié le 24/06/2018

Le président français Emmanuel Macron, le 24 juin 2018 à Bruxelles ( Aris Oikonomou / AFP )Emmanuel Macron a déclaré dimanche que la France "n'a de leçons à recevoir de personne" sur le…

Publié le 24/06/2018

Le Suisse Roger Federer battu par le Croate Borna Coric en finale du tournoi de Halle en Allemagne, le 24 juin 2018 ( CARMEN JASPERSEN / AFP )Le Suisse Roger Federer a trébuché en finale du…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/06/2018

Alors qu'Air France KLM cherche son nouveau PDG, la compagnie néerlandaise KLM s'est plainte de ne pas être suffisamment considérée. Son conseil réclame un changement de gouvernance, selon le…

Publié le 22/06/2018

Montrouge, France, le 22 juin (22H00 CEST), 2018 DBV Technologies annonce les résultats de son Assemblée générale ordinaire et extraordinaire 2018 et la nomination…

Publié le 22/06/2018

Un résumé de l'Assemblée générale sera bientôt disponible sur le site Noxxon...

Publié le 22/06/2018

Le prix d'émission des actions nouvelles sera au moins égal à la moyenne pondérée par les volumes des 5 dernières séances de bourse...

Publié le 22/06/2018

Le Groupe a souhaité clarifier sa politique de marques et décidé ainsi de se concentrer sur Somfy et les marques associées...