En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 896.92 PTS
-0.26 %
4 885.0
-0.34 %
SBF 120 PTS
3 890.39
-0.29 %
DAX PTS
10 914.04
-0.14 %
Dowjones PTS
24 546.79
+0.08 %
6 750.53
-0.20 %
1.135
-0.18 %

Assistants d'eurodéputés FN: l'élue Sophie Montel entendue par la police

| AFP | 341 | 5 par 1 internautes
Sophie Montel, le 13 décembre 2015 à Rans dans le Jura
Sophie Montel, le 13 décembre 2015 à Rans dans le Jura ( PATRICK HERTZOG / AFP/Archives )

L'eurodéputée Sophie Montel, qui a quitté l'an dernier le FN (devenu RN) pour rejoindre les Patriotes, a confirmé jeudi à l'AFP avoir été entendue mercredi par la police dans le cadre de l'enquête sur les assistants présumés fictifs d'eurodéputés RN.

Son audition "libre" s'est déroulée pendant quatre heures à l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (Oclciff) à Nanterre, a précisé l'élue à l'AFP, confirmant une information du quotidien L'Opinion.

Sophie Montel a notamment raconté aux policiers anticorruption que Charles Van Houtte, décrit comme celui qui était le personnage central de l'organisation du RN au Parlement européen et le gestionnaire des contrats des assistants, lui avait demandé en septembre 2014 de prendre comme assistante Huguette Fatna, aujourd'hui membre du Bureau national du RN, ce qu'elle avait refusé.

Après cette demande, Mme Montel affirme avoir été "ostracisée et mise de côté". "Cela ne s'explique pas uniquement par ma proximité avec Florian Philippot (ancien bras droit de Marine Le Pen, parti du FN en septembre, NDLR). Il y a eu une pression qui s'est mise en place".

Elle leur a dit aussi avoir eu "beaucoup de problèmes" avec l'expert-comptable proche du RN Nicolas Crochet, et avoir choisi en mai 2016 d'en changer, Marine Le Pen la traitant alors "d'ingrate, (lui) disant +avec tout ce que Nicolas a fait pour le FN !+".

Parmi une trentaine de noms présentée à l'eurodéputée par les policiers, Sophie Montel a "confirmé" que "pour une bonne dizaine", il lui "paraissait tout à fait plausible" qu'ils soient réellement affectés à des tâches parlementaires.

L'eurodéputée a indiqué pour son cas personnel qu'elle n'avait "rien à voir avec tout cela" et fait valoir que "le droit du travail n'interdisait pas d'être par ailleurs militant mais qu'il fallait veiller à la réalité du travail effectué" pour les missions parlementaires. Son assistant de l'époque, Kevin Pfeffer, resté au RN, "ne s'inscrivait pas dans l'irrégularité", selon elle.

Depuis fin 2016, les juges Claire Thépaut et Renaud Van Ruymbeke enquêtent sur un possible "système" organisé par le parti et Marine Le Pen pour faire rémunérer des permanents avec les fonds européens réservés à l'embauche d'assistants parlementaires.

Le préjudice estimé par le Parlement européen entre 2009 et 2017 est de 7 millions d'euros. Le Front national et huit assistants et eurodéputés, dont Marine Le Pen et son compagnon Louis Aliot, ont été mis en examen.

Sophie Montel avait été à l'origine d'un signalement dénonçant des emplois fictifs présumés parmi les assistants d'eurodéputés d'autres partis, qui avait débouché le 22 mars 2017 sur l'ouverture d'une procédure distincte.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2018

Thales et Gemalto ont obtenu l'autorisation règlementaire relative au contrôle des concentrations de la part de l'autorité de la concurrence (Commerce...

Publié le 13/12/2018

Solocal annonce la nomination de Maria Alejandra Gacias, Directrice de la Connaissance Client et du CRM, et Charlotte Millet, Directrice de la Communication. Ces dernières "vont insuffler une…

Publié le 13/12/2018

Ciena n’est touché en rien par l’accès de faiblesse, qui affecte les valeurs technologiques américaines aujourd’hui. Bien au contraire ! L’action du spécialiste des équipements de…

Publié le 13/12/2018

Par courrier reçu le 13 décembre 2018 par l'AMF, la société londonienne Morgan Stanley & Co...

Publié le 13/12/2018

Le Conseil d’administration de Renault a maintenu Carlos Ghosn dans ses fonctions de PDG du groupe, compte tenu d’un rapport préliminaire jugeant conforme sa rémunération sur la période…