5 444.16 PTS
+0.10 %
5 354.50
-0.51 %
SBF 120 PTS
4 345.33
+0.04 %
DAX PTS
12 550.82
-0.17 %
Dowjones PTS
24 005.29
-1.81 %
6 514.28
-2.02 %
Nikkei PTS
22 278.12
-
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Asile: CFDT et CGT tirent à boulets rouges sur le projet de loi

| AFP | 194 | Aucun vote sur cette news
Laurent Berger (c), secrétaire général de la CFDT, à Paris le 15 mars 2018
Laurent Berger (c), secrétaire général de la CFDT, à Paris le 15 mars 2018 ( ALAIN JOCARD / AFP/Archives )

Le projet de loi "asile et immigration", débattu à l'Assemblée, va "renforcer la vulnérabilité" des migrants, a dénoncé mardi la CGT, tandis que la CFDT a accusé l'exécutif de "cultiver la peur de l'étranger" pour imposer une "politique sans perspective".

"Le projet du gouvernement est marqué par la suspicion vis-à-vis des migrants, la pénalisation est attentatoire aux libertés fondamentales", estime la CGT dans un communiqué.

Selon elle, "le gouvernement, comme sur d'autres sujets d'actualité, fait le choix de renforcer la vulnérabilité des individus. Il soumet ces milliers de femmes et d'hommes à des conditions de travail indignes".

La réforme contient "un ensemble de dispositions qui ne font que surenchérir dans une +fermeté+ désormais incantatoire et irréaliste", déplore, de son côté, la CFDT, dans un document de 10 pages adressé aux parlementaires et transmis à la presse. "Autant de mesures qui oublient l'humain derrière les flux migratoires", résume-t-elle.

Il s'agit d'une "dérive dangereuse de la politique migratoire française", qui est "de plus en plus contraire aux valeurs fondamentales de la société française".

Cette politique "engage le service public comme ses agents dans une politique mécanique aussi impuissante qu'incohérente", déplore la CFDT. "Les personnels mettant en œuvre la politique migratoire du gouvernement sont aujourd'hui soumis à des conditions de travail qui remettent en cause la qualité du travail qu'ils peuvent être en mesure de réaliser", développe-t-elle.

Le projet de loi induit, par ailleurs selon la centrale, une "nouvelle fragilisation du droit des étrangers".

En voulant "réduire les délais de l'instruction de la demande d'asile" sans "aucun moyen supplémentaire", il n'y a "qu'une seule variable d'ajustement: les droits des personnes", estime le syndicat, qui craint notamment une "remise en cause du droit d'appel".

La CFDT "s'inquiète", enfin, "de voir qu'on cultive la peur de l'étranger pour tenter d'imposer un +consensus+ autour d'une politique sans perspective".

Le premier syndicat du secteur privé réclame un "débat rationnel" sur la question migratoire.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/04/2018

Ces objectifs intègrent les activités de CMS Group qui seront comptabilisées à compter du 30 avril 2018...

Publié le 24/04/2018

Sur le trimestre, Implanet a vendu 2.018 unités Jazz, niveau stable par rapport au 1er trimestre 2017...

Publié le 24/04/2018

Le constructeur français de drones civils et professionnels confirme ses ambitions en territoire latino-américain...

Publié le 24/04/2018

CGG annonce l'émission de 300 millions de dollars et 280 millions d'euros d'Obligations Senior de Premier Rang Garanties     Paris, France - 24 avril 2018   CGG…

Publié le 24/04/2018

L'émission d'actions représente environ 2% du capital...