En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 104.35 PTS
+0.18 %
5 111.00
+0.33 %
SBF 120 PTS
4 090.45
+0.43 %
DAX PTS
11 648.99
+0.30 %
Dowjones PTS
25 250.55
-0.35 %
7 068.67
+0.00 %
1.159
+0.07 %

Arménie: Sarkissian et Pachinian, le Premier ministre et son pire ennemi

| AFP | 608 | Aucun vote sur cette news
Le Premier ministre arménien Serge Sarkissian et l'opposant Nikol Pachinian à Erevan, le 22 avril 2018
Le Premier ministre arménien Serge Sarkissian et l'opposant Nikol Pachinian à Erevan, le 22 avril 2018 ( Vano SHLAMOV / AFP )

L'un est un ancien journaliste et opposant de longue date reconnaissable à son treillis qui harangue les foules avec un mégaphone. L'autre est un ancien militaire qui dirige l'Arménie depuis 2008 et vient récemment nommé Premier ministre, avec des pouvoirs renforcés et dont les protestataires réclament le départ.

Pachinian, le fugitif devenu meneur

Il y a encore quelques semaines, peu nombreux étaient ceux qui pensaient que Nikol Pachinian serait capable de faire sortir des dizaines de milliers d'Arméniens dans les rues, bloquer les routes et paralyser l'économie pour protester contre le maintien au pouvoir de Serge Sarkissian.

L'opposant arménien Nikol Pachinian à Erevan, le 22 avril
L'opposant arménien Nikol Pachinian à Erevan, le 22 avril ( Vano SHLAMOV / AFP )

Pour beaucoup d'Arméniens, cet ancien journaliste de 42 ans est associé à un souvenir tragique: la mort de 10 manifestants en 2008, dans des affrontements entre la police et les partisans de l'opposant défait à Serge Sarkissian, qui venait de remporter son premier mandat présidentiel.

Nikol Pachinian faisait déjà partie des meneurs de la contestation et il était passé dans la clandestinité pendant plusieurs mois avant de se rendre. Incarcéré, il avait été libéré en 2011, bénéficiant d'une amnistie.

Connu pour son franc-parler et ses questions gênantes, qu'il n'hésite plus à poser au Parlement depuis que le parti qu'il a créé ("Contrat civil") y a fait son entrée en 2017, Nikol Pachinian s'est imposé comme l'opposant le plus efficace de Serge Sarkissian.

Il n'hésite pas non plus à donner de sa personne, quitte à se mettre en scène. Blessé lors d'échauffourées avec la police, lundi, il est apparu depuis avec le bras bandé et des coquards autour des yeux.

"Pachinian est différent de la plupart des personnalités de l'opposition car il est audacieux, il n'a pas peur, il est créatif", explique à l'AFP le sociologue Guevorg Pogossian.

Ce sont ces caractéristiques qui valent à ce père de quatre enfants une partie de sa popularité, notamment auprès des jeunes ayant grandi après la chute de l'Union soviétique et l'indépendance du pays, en 1991.

Pour l'analyste Alexandre Iskandarian, l'opposition arménienne a été quasiment réduite à néant et Nikol Pachinian en est aujourd'hui l'unique figure de proue. "L'opposition arménienne, aujourd'hui, c'est lui", affirme-t-il.

Sarkissian, bilan correct à l'étranger, moins en Arménie

A 63 ans, Serge Sarkissian joue un rôle de premier plan dans la politique arménienne depuis l'indépendance du pays. Militaire, il s'illustra d'abord dans la guerre du Nagorny-Karabakh entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan, qui fit près de 30.000 morts au début des années 1990 et lui vaut aujourd'hui encore une grande part de son aura.

Le Premier ministre arménien Serge Sarkissian à Erevan, le 22 avril 2018
Le Premier ministre arménien Serge Sarkissian à Erevan, le 22 avril 2018 ( Vano SHLAMOV / AFP )

"Il a joué un rôle énorme dans la guerre au Nagorny-Karabakh et dans le processus de négociation", souligne l'analyste Tatoul Akobian, qui rappelle que l'homme de guerre, chef des forces d'autodéfense de cette région séparatiste, sut se muer en faiseur de paix et "appela courageusement à faire les compromis nécessaires" pour un arrêt des combats.

Avant de devenir président, Serge Sarkissian a occupé presque tous les postes qui comptent au sein du pouvoir arménien: ministre de l'Intérieur, de la Défense, de la Sécurité nationale et enfin Premier ministre avant d'accéder à la fonction suprême, en 2008.

Sur la scène internationale, Serge Sarkissian s'est rapproché de la Russie, qui dispose d'une base militaire en Arménie, sans couper les liens avec l'Union européenne. "Il a été capable de maintenir un équilibre entre l'Europe et la Russie, ce qui est unique dans l'espace post-soviétique", affirme le sociologue Guevorg Pogossian.

Mais le bilan domestique est beaucoup plus mitigé. Depuis son arrivée au pouvoir, la corruption dans la police et la justice n'est guère combattue et le pays est maintenu sous une coupe serrée et la situation économique est préoccupante.

Le taux de pauvreté en Arménie était de 29,8% en 2016 contre 27,6% en 2008 selon la Banque mondiale et le Revenu national brut (RNB) par habitant stagne aujourd’hui à 3.770 dollars, le même chiffre qu'il y a dix ans.

Toutes les élections depuis que Serge Sarkissian est président ont été accompagnées de mouvements de protestation, rappellent d'ailleurs les experts.

La personnalité de ce père de deux filles, professeur de musique de formation qui est également président de la Fédération arménienne d'échecs, n'aide pas: Serge Sarkissian a souvent l'image d'un homme froid, calculateur et d'humeur maussade.

"C'est un bon joueur, mais c'est un très mauvais dirigeant (...) C'est un leader de type autoritaire, mais d'un autoritarisme mou", juge Tatoul Akobian.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Trader sur le CAC40 avec du levier
Lundi 5 novembre de 12h30 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/10/2018

Toutabo a vu son activité, tous métiers confondus, progresser pour atteindre 11,2 ME au premier semestre (+ 285 % par rapport au 1er semestre 2017) et...

Publié le 16/10/2018

Lysogene prend 48% à 2,60 euros dans un volume représentant 0,3% du tour de table ce mardi...

Publié le 16/10/2018

Suite à l'obtention du permis d'exploitation délivré par le Service Public de Wallonie le 24 mai 2018, La Française de l'Energie, via sa filiale Gazonor Benelux, a démarré hier les tests de…

Publié le 16/10/2018

Le groupe de cliniques et d'hôpitaux Ramsay Générale de Santé a reçu de l'Autorité de la Concurrence française l'autorisation requise aux fins d'acquérir l'ensemble des actions de la société…

Publié le 16/10/2018

Crédit Agricole Assurances annonce la signature d’un accord avec Seguradoras Unidas, pour l’acquisition d’une participation de 25 % dans GNB Seguros. Après la clôture de l’opération, la…