En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 944.30 PTS
-0.63 %
4 927.5
-0.66 %
SBF 120 PTS
3 940.04
-0.62 %
DAX PTS
11 168.44
-0.67 %
6 575.66
+0.00 %
1.142
+0.30 %
12 006.24
-0.23 %

Arabie: mystères, "bavures" et controverses depuis l'avènement de "MBS"

| AFP | 268 | Aucun vote sur cette news
Le prince héritier Mohammed ben Salmane, et le ministre de l'Intérieur saoudien Abdelaziz ben Saoud ben Nayef à la Mecque le 10 juillet 2017 (photo transmise par le gouvernement saoudien)
Le prince héritier Mohammed ben Salmane, et le ministre de l'Intérieur saoudien Abdelaziz ben Saoud ben Nayef à la Mecque le 10 juillet 2017 (photo transmise par le gouvernement saoudien) ( Bandar AL-JALOUD / Saudi Royal Palace/AFP/Archives )

L'Arabie saoudite a été au centre de plusieurs controverses depuis l'avènement du prince héritier Mohammed ben Salmane en juin 2017.

Parallèlement à une série de réformes et une politique de modernisation à mettre à son crédit, la répression contre les dissidents, notamment des religieux, des intellectuels ou des féministes, s'est accentuée.

- Guerre au Yémen -

L’Arabie saoudite, engagée depuis mars 2015 dans une intervention militaire au Yémen, a été accusée de multiples "bavures" contre des civils: le 9 août dernier, 51 personnes, dont 40 enfants, ont été tuées dans une frappe aérienne sur leur bus à Saada. La coalition, dirigée par Ryad, a reconnu des "erreurs", mais accuse les rebelles Houthis, soutenus par l'Iran, d’utiliser les civils comme boucliers humains.

Malgré l'opposition de Ryad, le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU mène depuis plus d'un an une enquête pour crimes de guerre au Yémen, où le conflit a fait plus de 10.000 morts, en majorité des civils, et provoqué la pire crise humanitaire du monde, selon les Nations unies.

- "Prison dorée" au Ritz-Carlton -

En septembre 2017, les autorités saoudiennes arrêtent une vingtaine de personnes, dont des prédicateurs influents et des intellectuels.

Le 4 novembre, une vaste campagne anticorruption est lancée subitement, sous l'impulsion de "MBS". L'hôtel de luxe Ritz-Carlton de Ryad va servir pendant trois mois de "prison dorée" pour des dizaines de princes et hauts responsables au centre d'une purge.

Le pouvoir saoudien depuis l'ascension du prince Salmane
Le pouvoir saoudien depuis l'ascension du prince Salmane ( Kun TIAN / AFP )

Nombre des suspects, dont le prince milliardaire Al-Walid ben Talal, sont libérés après des "arrangements" financiers avec les autorités.

- Fausse démission de Hariri -

Le 4 novembre 2017, le Premier ministre libanais Saad Hariri annonce, à la surprise générale, sa démission depuis Ryad, accusant le mouvement armé Hezbollah et l'Iran de "mainmise" sur son pays.

La France intervient pour trouver une porte de sortie. Saad Hariri rentre au Liban trois semaines plus tard, et renonce à démissionner.

L'Arabie saoudite, accusée d'avoir forcé M. Hariri à quitter ses fonctions et de l'avoir retenu contre son gré, a démenti.

- Mort d'un journaliste -

Dix-sept jours après la disparition de Jamal Khashoggi, l'Arabie saoudite a admis samedi que le journaliste saoudien avait été tué lors d'une rixe, à l'intérieur du consulat du royaume à Istanbul.

Jusqu'ici, Ryad affirmait que Khashoggi, qui était entré le 2 octobre au consulat pour des démarches administratives, en était ressorti et les autorités saoudiennes avaient qualifié de "sans fondement" des accusations de responsables turcs selon lesquelles il avait été tué dans les locaux de la mission diplomatique.

L'Arabie saoudite, dont l'image a terriblement souffert de cette affaire, a annoncé dans la foulée la destitution de deux proches collaborateurs du jeune et puissant prince héritier.

Critique envers MBS, Khashoggi vivait en exil depuis 2017 aux Etats-Unis où il collaborait notamment avec le Washington Post. Selon plusieurs médias du Moyen-Orient, le journaliste aurait été torturé, décapité et son corps démembré.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE DE BOURSE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2018

CODE OFFRE : CYBER18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : CYBER18 lors de votre ouverture de compte.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/11/2018

Par courrier reçu le 21 novembre 2018 par l'AMF, la société new-yorkaise Select Equity Group, L...

Publié le 22/11/2018

Nokia annonce le regroupement de ses activités dans les réseaux de téléphonies mobile et fixe, au sein d'Acces Networks, une nouvelle entité. Celle-ci permettra d'exploiter "pleinement les…

Publié le 22/11/2018

L’assemblée générale de Monte Carlo Yachts du 21 novembre dernier a révoqué Carla Demaria de son mandat de présidente et membre du Conseil d’administration de cette filiale de Beneteau. A la…

Publié le 22/11/2018

6 villes seront reliées...

Publié le 22/11/2018

A contre-courant, Remy Cointreau s'adjuge 1,5% à 105,7 euros en début de séance, dopé par une publication semestrielle de belle facture...