En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 823.85 PTS
-3.41 %
5 827.50
-3.31 %
SBF 120 PTS
4 616.47
-3.22 %
DAX PTS
13 116.49
-3.41 %
Dow Jones PTS
28 992.41
-0.78 %
9 446.69
+0. %

Après son acquittement, Donald Trump "tout-puissant"?

| AFP | 131 | Aucun vote sur cette news
Le président américain Donald Trump montre la Une d'un quotidien après son acquittement au Sénat, le 6 février 2020 à Washington
Le président américain Donald Trump montre la Une d'un quotidien après son acquittement au Sénat, le 6 février 2020 à Washington ( Nicholas Kamm / AFP )

Conforté par son acquittement au Sénat dans son procès en destitution, l'imprévisible Donald Trump risque-t-il désormais de devenir un président hors de contrôle? C'est la question qui agite les cercles politiques à Washington.

L'Histoire retiendra que la majorité républicaine au Sénat l'a jugé "non coupable" des deux chefs d'accusation retenus contre lui: abus de pouvoir et entrave à la bonne marche du Congrès.

Pour M. Trump, ces deux votes confirment qu'il n'a rien fait de mal en demandant à l'Ukraine d'enquêter sur des soupçons de corruption entourant le démocrate Joe Biden, son adversaire potentiel à la présidentielle de novembre.

Malgré tout, plusieurs élus républicains ont estimé qu'il avait mal agi. L'un d'eux, Mitt Romney, est même sorti du rang pour le déclarer coupable d'abus de pouvoir.

Les démocrates assurent que plus rien n'empêche le milliardaire, désormais blanchi, de se croire tout-puissant.

"Il ne changera pas", a affirmé Adam Schiff, qui menait l'équipe des procureurs lors du procès en destitution, soulignant qu'un homme "sans boussole morale" ne trouverait pas le droit chemin.

Dans une contribution au site d'informations Daily Beast, Rick Wilson, un consultant républicain opposé à M. Trump, imaginait mercredi un président "délivré" du poids de la destitution et rêvant de "vengeance".

Casser les codes

Le président américain Donald Trump le 6 février 2020 à Washington
Le président américain Donald Trump le 6 février 2020 à Washington ( Nicholas Kamm / AFP )

Depuis sa victoire surprise en 2016 alors qu'il n'avait aucune expérience politique, Donald Trump n'a cessé de casser les codes - notamment en proférant des insultes en public - ou, selon ses critiques, en violant les lois, comme dans l'affaire ukrainienne qui a mené à sa mise en accusation.

Magnat des affaires, Donald Trump est un ex-PDG habitué à obtenir ce qu'il veut. Animateur d'une émission de télé-réalité, il a joué pendant dix ans le rôle d'un patron tout-puissant face à des candidats qu'il éliminait, doigt pointé, d'un "vous êtes viré" retentissant.

A la Maison Blanche, il déroge aux traditions, ne suit pas les règles et les nombreuses mesures de sécurité entourant la présidence.

Son début de mandat est décrit comme chaotique. Dans son livre "Fear", le célèbre journaliste d'investigation Bob Woodward dressait le portrait d'un président colérique et paranoïaque que ses collaborateurs s'efforçaient de contrôler, voire de contourner, pour éviter de dangereux dérapages.

Ces proches ont disparu un par un, démissionnaires comme le ministre de la Défense Jim Mattis ou limogés comme le conseiller à la sécurité nationale John Bolton.

Avant l'affaire ukrainienne, le président s'était déjà dit exonéré par l'enquête russe. Son équipe de campagne était accusée de collusion avec la Russie pour le porter au pouvoir en 2016.

Si après 22 mois d'enquête, le procureur spécial Robert Mueller a déclaré ne pas avoir trouvé de preuve d'une collusion, il ne l'a pour autant pas disculpé des soupçons d'entrave à la justice.

Une bonne leçon?

Le président américain Donald Trump après son discours sur l'état de l'Union au Congrès le 5 février 2020
Le président américain Donald Trump après son discours sur l'état de l'Union au Congrès le 5 février 2020 ( MANDEL NGAN / AFP )

La sénatrice républicaine Susan Collins est l'une des rares à avoir critiqué le président dans l'affaire ukrainienne, tout en espérant que cet "impeachement" serait une leçon pour l'avenir.

"Je crois que le président a tiré les enseignements de cette affaire", a-t-elle dit. "Le président a été mis en accusation. C'est une bonne leçon".

Selon une autre sénatrice du "Grand old party", Joni Ernst, M. Trump devrait désormais utiliser "les canaux traditionnels" avec ses homologues étrangers.

Adam Schiff, comme de nombreux autres démocrates, en doute. "Il l'a déjà fait et il le refera", a-t-il mis en garde pendant le procès.

Maureen Dowd, éditorialiste au New York Times et critique du président, a qualifié Donald Trump de "Godzilla" prêt à frapper.

Selon elle, "le parti républicain a maintenant perdu tout contrôle et tout pouvoir de supervision sur ce président".

John Mueller, professeur de sciences politiques à l'Université d'Etat de l'Ohio, est plus positif et conseille aux responsables politiques de garder leur calme.

"Je doute que M. Trump se lâche davantage", dit-il à l'AFP. "Il a déjà foulé aux pieds les lois sur l'immigration, sur les droits de douane et d'autres, il a dû en tirer les leçons".

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON FÊTE SA 1ÈRE ANNÉE

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 29 février 2020 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/02/2020

Par courrier reçu le 24 février 2020 par l'AMF, la société par actions simplifiée Moneta Asset Management, agissant pour le compte de fonds dont elle...

Publié le 24/02/2020

Goldman Sachs a relevé son objectif de cours de 69 euros à 70 euros et confirmé sa recommandation d’Achat sur BNP Paribas. Le bureau d’études a relevé ses estimations de bénéfice par action…

Publié le 24/02/2020

Le groupe italo-américain Fiat Chrysler Automobiles (FCA) perd 4,32% ce matin à la bourse de Milan, à 11,56 euros, dans le sillage du FTSE MIB, l'indice phare italien, qui perd lui 4,70%.…

Publié le 24/02/2020

Le rouge vif est de mise sur les places financières européennes ce lundi, devant la propagation de l'épidémie de coronavirus en dehors de la Chine. Si le nombre de contaminations semble ralentir…

Publié le 24/02/2020

Lundi 24 février 2020IMPLANETLe spécialiste des implants vertébraux et des implants chirurgicaux du genou publiera (avant Bourse) ses résultats annuelsYMAGISLe spécialiste des technologies…