Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
7 724.32 PTS
+1.27 %
7 720.50
+1.16 %
SBF 120 PTS
5 844.23
+1.21 %
DAX PTS
18 748.18
+1.15 %
Dow Jones PTS
40 000.90
+0.62 %
20 331.49
+0.59 %
1.090
+0.37 %

Qui pour gouverner? Le camp présidentiel temporise, la gauche s'impatiente

| AFP | 623 | 2.25 par 4 internautes
Le président français Emmanuel Macron, le 7 juillet 2024 au Touquet
Le président français Emmanuel Macron, le 7 juillet 2024 au Touquet ( MOHAMMED BADRA / POOL/AFP/Archives )

Les tractations se sont ralenties jeudi dans la quête d'un gouvernement pour la France, certains se montrant moins pressés que d'autres: si la gauche manifeste son "impatience", la macronie demande de "laisser du temps" aux partis, tout en essayant de conserver son unité à l'Assemblée.

Gabriel Attal, Elisabeth Borne... Les noms du chef du gouvernement et de sa prédécesseure circulent ces dernières heures pour prendre les rênes du groupe Renaissance au Palais Bourbon.

Mais le camp présidentiel, tiraillé par des forces centrifuges depuis les législatives de dimanche, ne semble pas encore avoir tranché: il organisera l'élection de son chef de file samedi.

Une chose est actée, le sortant Sylvain Maillard ne sera pas candidat à sa propre succession, a-t-il indiqué à l'AFP. Et Gérald Darmanin, un temps pressenti, ne devrait pas l'être non plus, selon des sources proches du ministre de l'Intérieur.

Le maître des horloges aussi prône la temporisation sur la recomposition politique. Puisque "personne ne l'a emporté" aux législatives et que les "blocs" sortis des urnes "sont tous minoritaires" à l'Assemblée, Emmanuel Macron entend "laisser un peu de temps aux forces politiques pour bâtir (des) compromis", a-t-il affirmé dans une lettre aux Français.

Depuis Washington où il participe à un sommet de l'Otan, le chef de l'Etat a assuré qu'il ne ferait "aucun commentaire de politique nationale" durant son séjour outre-Atlantique.

A quinze jours des Jeux olympiques, ralentir le tempo pour dégager une coalition semble convenir à plusieurs dirigeants du "bloc central".

Sièges obtenus par les partis à l'Assemblée au soir du second tour
Sièges obtenus par les partis à l'Assemblée au soir du second tour ( Nalini LEPETIT-CHELLA, Paz PIZARRO / AFP )

"Il faut laisser mûrir les discussions pour voir quelle peut être la base politique la plus stable pour un gouvernement. Compte-tenu de l'absence de clarté et de l'imminence des JO, essayer de les enjamber peut se comprendre", a estimé Edouard Philippe auprès de l'AFP.

L'ancien Premier ministre alerte, néanmoins, sur "l'instabilité politique" persistante, qui pourrait avoir "un coût et des conséquences pour la France qui seraient extrêmement périlleux".

Appels à des rassemblements

Le scénario a également les faveurs du troisième personnage de l'Etat, le président LR du Sénat Gérard Larcher. Reçu mardi soir à l'Elysée, celui-ci a "plaidé pour que nous prenions du temps, que nous enjambions la période importante où nous accueillons le monde aux Jeux olympiques", comme il l'a raconté jeudi matin sur BFMTV/RMC. Dans ces conditions, le maintien de Gabriel Attal à Matignon jusqu'en septembre lui convient.

Alors que beaucoup s'attendent dans les jours à venir à une démission du gouvernement qui passerait alors en mode "gestion des affaires courantes", l'exécutif en place poursuit son action.

Jeudi, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a ainsi notifié aux ministères une réduction de cinq milliards d'euros de leurs dépenses, rappelant que la France se devait d'économiser 25 milliards d'euros en 2024 pour redresser ses finances publiques malgré l'incertitude politique.

Le gouvernement a également émis un projet de décret pour prolonger les règles de l'assurance chômage jusqu'au 30 septembre pour éviter tout vide juridique, après avoir renoncé à durcir les règles d'indemnisation durant la campagne électorale.

Ce ralentissement de l'agenda indigne la gauche, qui revendique le pouvoir depuis son succès inespéré dimanche. Olivier Faure, le patron du PS, accuse le chef de l'Etat de ne pas "respecter le vote des Français" qui ont placé en tête le Nouveau Front populaire. Le patriarche insoumis Jean-Luc Mélenchon dénonce même des "magouilles" et "le retour du veto royal".

Avec le soutien de la CGT, qui appelle à des rassemblements le 18 juillet devant l'Assemblée nationale et les préfectures "pour que le résultat des élections soit respecté", a indiqué Sophie Binet sur LCI.

Le patron du PS Olivier Faure le 7 juillet 2024 à Paris
Le patron du PS Olivier Faure le 7 juillet 2024 à Paris ( STEPHANE DE SAKUTIN / AFP/Archives )

Sauf que les leaders du NFP peinent à s'accorder sur un nom pour Matignon. Et certains s'exaspèrent: "J'ai fait part de mon impatience de façon assez forte", indique ainsi le communiste Fabien Roussel dans un entretien à Libération. "Nous mettons beaucoup trop de temps", a également estimé l'écologiste Sandrine Rousseau sur RMC.

"Des sociaux-démocrates à la droite

Pendant que la gauche se répartit les ministères, les macronistes continuent d'échafauder des scénarios pour coiffer au poteau le NFP.

Les députés Renaissance rêvent par exemple d'"alliances programmatiques" au sein d'une "coalition de projet allant des sociaux-démocrates à la droite de gouvernement", donc sans LFI.

Gérald Darmanin et Edouard Philippe ont chacun de leur côté plaidé pour un rapprochement avec Les Républicains, tandis que le chef des députés Horizons, Laurent Marcangeli, a évoqué un gouvernement "qui partirait des LR pour aller jusqu'aux sociaux-démocrates (...), voire le Parti communiste et les écologistes".

pab-sde-gbh-ama/hr/cbn

 ■

Copyright © 2024 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
4 avis
Note moyenne : 2.25
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Jusqu'à
170€ de prime offerte*

Pour toute 1ère adhésion avant le 31 août 2024 inclus, avec un versement initial investi à 30 % minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte, non garanties en capital.
*SOUS CONDITIONS

Ces contrats présentent un risque de perte en capital.
Information publicitaire à caractère non contractuel.

Actions les plus vues

Classement des actions les plus vues, pour la période du samedi 06 juillet 2024 au vendredi 12 juillet 2024, des marchés Euronext Paris, Bruxelles, Amsterdam, Growth Paris, NASDAQ et NYSE sur le site et l'application Bourse Direct.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 11/07/2024

Frank Habineza (C), chef du Parti démocratique vert, lors d'un meeting à Gihara au Rwanda, le 23 juin 2024 ( Guillem Sartorio / AFP/Archives )Le petit convoi file sur la route KK15, jalonnée de…

Publié le 11/07/2024

( -, CYRIL NDEGEYA / AFP/Archives )L'élection présidentielle du 15 juillet au Rwanda opposera le président Paul Kagame, grandissime favori à sa propre succession, aux mêmes adversaires que…

Publié le 11/07/2024

La secrétaire générale de la CGT Sophie Binet, lors d'un rassemblement à Cordemais en Loire-Atlantique, le 17 avril 2024 ( Sebastien SALOM-GOMIS / AFP/Archives )La secrétaire générale de la…

Publié le 10/07/2024

Le député Sacha Houlié arrive à l'Assemblée le 9 juillet 2024 ( Bertrand GUAY / AFP/Archives )Le député Sacha Houlié, qui était membre de l'aile gauche du camp présidentiel, ne "siègera…

Publié le 10/07/2024

Vue du ministère des Finances et du Budget à Paris, le 9 août 2013 ( BERTRAND GUAY / AFP )La stabilisation de la dette publique de la France impliquerait, à croissance constante, des…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 12/07/2024

Le CAC40 cash a clôturé la séance en hausse de 0,71% à 7627,13 points dans un volume de 2,583 MD€.

Publié le 12/07/2024

La Bourse de Paris a poursuivi son rebond, galvanisée par les anticipations de baisse de taux de la Fed en septembre, après le recul de l'inflation aux États-Unis.

Publié le 12/07/2024

Il n'y aura pas de reprise de la cotation

Publié le 12/07/2024

L’assemblée générale de Laurent-Perrier du 11 juillet 2024 a entériné l’évolution de son conseil avec la nomination de Jean-Marie Barillère en qualité de membre du conseil de surveillance.…

Publié le 12/07/2024

Rapprochement en vue avec Cathay Capital Private Equity Les managers de Wedia avec l’appui financier de Cathay Capital Private Equity ont annoncé l’acquisition d’un bloc de…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes.
Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne

WELCOME DAYS

Offre
Assurance Vie

Jusqu'à
170€ DE PRIME OFFERTE*

Découvrir

*Voir conditions