En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 794.37 PTS
-
4 812.00
-
SBF 120 PTS
3 821.84
-
DAX PTS
10 918.62
-
Dowjones PTS
24 370.10
+0.67 %
6 718.45
+0.75 %
1.139
+0.06 %

Après l'attaque de Strasbourg, la détermination intacte de "gilets jaunes"

| AFP | 423 | 1 par 1 internautes
Rassemblement de
Rassemblement de "gilets jaunes" à Somain (nord), le 11 décembre 2018 ( FRANCOIS LO PRESTI / AFP )

L'acte V des "gilets jaunes" sera-t-il maintenu samedi? Au lendemain de l'attaque de Strasbourg, le mouvement semblait décidé mercredi à poursuivre sa mobilisation malgré les appels du gouvernement à la "responsabilité".

De Tours à Marseille en passant par Calais, de nombreux "gilets jaunes" expriment leur solidarité avec les victimes de Strasbourg mais restent déterminés à faire entendre leur colère, dans la rue ou autour de ronds-points, après les mesures annoncées lundi soir par le chef de l'Etat.

Dans les Bouches-du-Rhône, le mouvement est "parti pour un acte V, en plus important même", affirme Thierry Marre, coordinateur des "gilets jaunes" à Istres, qui continue de réclamer comme d'autres "la démission" d'Emmanuel Macron.

Même détermination à Marseille même si l'on reconnaît que le drame strasbourgeois ne peut être ignoré. "Nous verrons ce qui se passe (...). Mais en l'état actuel des choses, nous sommes toujours partis pour un acte V", assure une coordinatrice locale, réclamant notamment la dissolution de l'Assemblée nationale.

"On ne se sent pas concernés, par ça, les attentats. C'est pour nous faire peur. On ne changera rien", lâche également "Mamyray", une retraitée de 65 ans rencontrée par l'AFP sur un rond-point à Rennes.

"Eux pensent que c'est une raison pour nous faire arrêter. Pour moi, cela (l'attentat et les +gilets jaunes+) n'a aucun rapport", estime à ses côtés, Paul, brocanteur de 24 ans.

Les annonces présidentielles, notamment l'augmentation de 100 euros des salaires au niveau du Smic, n'ont semble-t-il pas suffi à éteindre la colère des "gilets jaunes", pas plus que les appels du gouvernement à observer une pause après l'attaque terroriste sur le marché de Noël de Strasbourg, qui a fait au moins 2 morts.

Le président Emmanuel Macron (c) en réunion de crise avec laurent Nuñez (centre, g) secrétaire d'Etat à l'Intérieur, le 11 décembre 2018
Le président Emmanuel Macron (c) en réunion de crise avec laurent Nuñez (centre, g) secrétaire d'Etat à l'Intérieur, le 11 décembre 2018 ( Etienne LAURENT / POOL/AFP )

Mercredi matin, le secrétaire d'État à l'Intérieur Laurent Nuñez en a appelé à la "responsabilité générale" en disant "espérer qu'il y aura moins de manifestations" de "gilets jaunes" samedi.

Malgré l'activation de "l'urgence attentat" --plus haut niveau du plan Vigipirate--, les manifestations ne devraient pas être interdites ce week-end, a-t-il précisé.

Compte tenu de l'"événement dramatique" de Strasbourg et des "réponses apportées par le président" aux revendications des "gilets jaunes", la ministre de la Justice Belloubet a de son côté considéré que "le mouvement (devait) cesser".

"Je ne vais pas dire aux +gilets jaunes+: +Rentrez chez vous+" , a répondu le secrétaire national du PCF Fabien Roussel, assurant que la mobilisation devait "se poursuivre".

Tiraillements

Après l'attaque du marché de Noël, de légers tiraillements traversent toutefois ce mouvement lancé le 17 novembre contre la hausse des prix du carburant avant de s'étendre à une dénonciation plus générale de la politique gouvernementale.

A Strasbourg, "Il faut que tout le monde stoppe au vu des événements", reconnaît Patrick, un "gilet jaune" local, appelant à faire "profil bas jusqu'à ce week-end".

Le mouvement sans leader ni idéologie doit aussi faire face à la propagation par certains de ses membres de thèses complotistes selon lesquelles l'attaque de Strasbourg serait un "coup monté" destiné à éclipser la mobilisation.

"Un mec a sans doute dégénéré (...) dans les rues de Strasbourg et le gouvernement fait passer ça pour un attentat", écrit un internaute sur une page Facebook appelant à un acte V.

En réaction, le groupe Facebook La France en colère, qui compte parmi ses membres certains initiateurs du mouvement, a suspendu mardi soir ses commentaires en évoquant une "situation particulière".

Patrick, le "gilet jaune" strasbourgeois, ne peut lui-même réprimer quelques doutes. "C'est un coup monté. On avait prévu de bloquer le Parlement européen (...) et comme par hasard ça a pété" mardi soir, dit-il.

Dénoncées par le gouvernement, ces thèses conspirationnistes sont également combattues par des "gilets jaunes" qui craignent d'être discrédités. "C'est une pensée marginale dans le mouvement", assure Claude Rambour, 42 ans, membre des "Gaulois de Calais".

"Depuis l'attentat de Strasbourg, on entend n'importe quoi. C'est malheureux ça va trop loin. On ne peut pas mettre le gouvernement en tort pour une telle tragédie", soutient Florence Lavenu, une femme de ménage très investie dans le mouvement à Saint-Beauzire, près de Clermont-Ferrand. "Des gens ont perdu des membres de leur famille".

burs-jt/blb/mja

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 1
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/01/2019

5 prix lors des European Contact Center & Customer Service Awards (ECCCSA) dans 4 pays européens...

Publié le 17/01/2019

Martha Bejar, experte américaine dans le domaine des logiciels, est nommée en tant qu'administratrice indépendante de Neopost Paris, le 17 janvier 2019 Neopost, leader…

Publié le 17/01/2019

Fee et Covage ont signé le 17 janvier 2019 un partenariat qui permettra à Free de proposer son offre de Fibre optique sur les Réseaux d’Initiative Publique (RIP) dans les territoires couverts par…

Publié le 17/01/2019

Fnac Darty annonce être en négociations exclusives avec le Groupe Lagardère, en vue de l’acquisition de Billetreduc.com par sa filiale France Billet, spécialiste de la billetterie culturelle et…

Publié le 17/01/2019

Compagnie des Alpes vient de réaliser son point d’activité au titre de son premier trimestre de l’exercice 2018-2019. Ainsi, l’exploitant de domaines skiables et de parcs à thèmes a publié…