En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 153.19 PTS
-
5 158.50
+0.15 %
SBF 120 PTS
4 084.66
-
DAX PTS
11 299.80
-
Dowjones PTS
25 883.25
+1.74 %
7 055.18
-
1.131
+0.16 %

"Anticasseurs": entre sanctions et libertés, l'Assemblée en quête d'équilibre

| AFP | 305 | 5 par 1 internautes
Christophe Castaner le 15 janvier 2019 à l'Assemblée nationale
Christophe Castaner le 15 janvier 2019 à l'Assemblée nationale ( STEPHANE DE SAKUTIN / AFP/Archives )

Durcir les sanctions pour violences sans entraver la liberté de manifester : les députés s'engagent mardi dans un numéro d'équilibriste sur le texte "anticasseurs", avec une majorité peu à l'aise entre une gauche le jugeant "liberticide" et une droite restant sur sa faim.

Issue de LR, cette proposition de loi, soumise à plus de 200 amendements à partir de mardi soir et jusqu'à mercredi, avant un vote solennel le 5 février, "n'est pas une loi antigilets jaunes" ou "antimanifestations", assure le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner.

C'est "une loi de bon sens" qui doit permettre de manifester "sans subir les brutes", a insisté le locataire de Beauvau mardi lors des questions au gouvernement.

Annoncée le 7 janvier par le Premier ministre Edouard Philippe, la proposition de loi est réclamée par des syndicats policiers, mais critiquée sur certains aspects par magistrats et associations.

"Tout le monde doit avoir à cœur de faire aboutir le texte dans les meilleurs délais", plaide le patron des députés LREM Gilles Le Gendre, alors qu'une deuxième lecture est prévue au Sénat le 12 mars et qu'un accord avec l'Assemblée sera difficile, ce qui pourrait repousser l'adoption définitive au printemps.

Pour gagner du temps, le gouvernement a utilisé un texte tout prêt, celui du sénateur LR Bruno Retailleau, déjà voté au Palais du Luxembourg en octobre face au phénomène des "black blocs". Il avait alors déjà été considéré à gauche comme attentatoire aux libertés et les "marcheurs" avaient voté contre.

Bruno Retailleau, le 9 juillet 2018 à Versailles
Bruno Retailleau, le 9 juillet 2018 à Versailles ( ludovic MARIN / AFP/Archives )

Face aux inquiétudes dans les rangs LREM-MoDem au Palais Bourbon, il a subi plusieurs modifications en commission où une trentaine d'élus macronistes ont manifesté leur malaise la semaine dernière. Les députés ont notamment encadré le principe du "casseur-payeur" et précisé la définition du délit de dissimulation volontaire du visage.

Selon M. Le Gendre, désormais le texte "concilie les différentes sensibilités". Mais certaines mesures suscitent toujours le débat, comme les interdictions de manifester qui pourront être prises par les préfets.

Inspirées des interdictions de stade visant les hooligans, celles-ci concerneraient 100 à 200 personnes "grand maximum" d'après Christophe Castaner. Des élus d'oppositions et certains "marcheurs" comme Stella Dupont s'y opposent, au nom de la liberté d'aller et venir.

Le gouvernement a mis sur la table une nouvelle rédaction de la mesure, pour mieux circonscrire le champ des personnes visées et aussi permettre des interdictions pour une durée d'un mois.

"déconstruction"

Les députés tenteront d'améliorer le texte dans un souci de "quête délicate de l'équilibre", selon la rapporteur Alice Thourot (LREM).

Devant des députés réfractaires à la création d'un fichier national des personnes interdites de manifestations, l'élue de la Drôme avait obtenu un compromis, avec l'inscription au fichier des personnes recherchées (FPR).

L'article 1 dédié aux périmètres de sécurité pendant les manifestations, où palpations et fouilles seraient autorisées, a lui été supprimé et doit être réécrit en séance.

Garantir des périmètres de sécurité est "une nécessité", estime la "marcheuse" Aurore Bergé (ex-LR), qui prône un retour à la version du Sénat.

Un amendement du groupe LREM, qui devrait être adopté, propose que le préfet puisse interdire "pendant les deux heures qui précèdent la manifestation et jusqu'à sa dispersion, le port et le transport sans motif légitime d'objets pouvant constituer une arme".

Eric Ciotti (LR) a dénoncé une "cacophonie" sur ce texte, avec une majorité "prisonnière de ses barrières idéologiques". Son groupe, qui entend se battre contre une "déconstruction" des mesures sénatoriales, compte proposer notamment des peines planchers pour les violences contre les forces de l'ordre.

Le texte LR "a été vidé de sa substance", regrette aussi le président du groupe UDI-Agir Jean-Christophe Lagarde.

Côté RN, "si c'est une loi anticasseurs je la voterai, si c'est une loi antigilets jaunes" non, a indiqué à le porte-parole Sébastien Chenu.

A gauche, les communistes dénoncent "une loi de communication". Opposés aussi au texte, Insoumis et socialistes monteront au créneau pour faire interdire l'usage des lanceurs de balles de défense (LBD) par les forces de l'ordre.

ll-parl/cs/phc

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE DE BOURSE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 18 février 2019

CODE OFFRE : SNOW19

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : SNOW19 lors de votre ouverture de compte.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/02/2019

XPO Logistics Europe a publié un chiffre d'affaires consolidé pour l'année 2018 de 6,192 milliards d'euros, soit une hausse de +8,2% par rapport à...

Publié le 15/02/2019

Total annonce mettre en œuvre son opération annuelle d’augmentation de capital réservée aux salariés et anciens salariés du groupe. Ainsi, la participation des salariés au capital de la…

Publié le 15/02/2019

Baccarat vient de réaliser son point d’activité annuel. Ainsi, au quatrième trimestre 2018, le spécialiste des produits en cristal haut-de-gamme a publié un chiffre d'affaires de 48,7 millions…

Publié le 15/02/2019

Total met en oeuvre son opération annuelle d'augmentation de capital réservée aux salariés et anciens salariés...

Publié le 15/02/2019

FAURECIAL'équipementier automobile publiera (avant Bourse) ses résultats annuelsICADELe groupe immobilier publiera (avant Bourse) ses résultats annuelssource : AOF