En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 871.91 PTS
-
5 870.5
+1.26 %
SBF 120 PTS
4 623.22
-
DAX PTS
13 166.58
+0.86 %
Dow Jones PTS
28 015.06
+1.22 %
8 397.37
+1.07 %
1.105
-0.04 %

AMLO, un an: promesses tenues, non tenues, à tenir

| AFP | 320 | Aucun vote sur cette news
Le président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador salue la foule depuis le balcon du palais national lors des cérémonies pour le 109e anniversaire de la révolution mexicaine, le 20 novembre 2019 à Mexico
Le président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador salue la foule depuis le balcon du palais national lors des cérémonies pour le 109e anniversaire de la révolution mexicaine, le 20 novembre 2019 à Mexico ( CLAUDIO CRUZ / AFP )

Le 1er décembre 2018, le président Andres Manuel Lopez Obrador entame son mandat avec la promesse de "transformer" le Mexique.

Un an plus tard, voici un bilan de cette présidence à la coloration populiste de gauche.

Les promesses tenues

Ecrire l'Histoire

Le fait même de remporter l'électon de juillet 2018, fut un moment historique. Pour sa troisième tentative, comme il s'y était engagé, Lopez Obrador, connu sous l'acronyme d'AMLO, envoie sur la touche les deux partis qui se partageaient le pouvoir depuis 90 ans.

Popularité:

L'ancien maire de Mexico promet de redorer le blason de la présidence. Ses derniers indices de popularité fluctuent autour des 60% d'opinions favorables, un précédent à ce stade du mandat, même s'il avait ouvert le jeu à 80%.

"Il domine la scène politique mexicaine", constate Duncan Wood, directeur du Mexico Institute at the Wilson Center, à Washington.

Symboles:

Lopez Obrador, 66 ans, a le sens des gestes symboliques. Il a ainsi renoncé à sa résidence, à l'avion présidentiel et renvoyé une bonne part de la garde républicaine. Il a aussi taillé dans son salaire à hauteur de 60%.

Le président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador lors de sa conférence de presse quotidienne et matinale, le 12 novembre 2019 à Mexico
Le président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador lors de sa conférence de presse quotidienne et matinale, le 12 novembre 2019 à Mexico ( PEDRO PARDO / AFP/Archives )

Contrairement à tous ses prédécesseurs, il tient une conférence de presse quotidienne et matinale, tout en parcourant inlassablement le pays afin de s'adresser directement au "peuple".

Pas de scandales

Rien de tel qu'un scandale pour faire dérailler un politicien qui a fait campagne en vantant ses idéaux. Lopez Obrador a promis que sa présidence n'en serait pas affecté. Pour l'instant, il s'y tient.

Politiques sociales:

Comme il l'avait dit en campagne, il a lancé un programe social populaire afin de prêter assistance aux vieillards, aux jeunes et aux plus démunis. Quelque 13 mds USD ont été budgétés à cet fin pour 2020.

Les non-tenues

Crime et violence:

Il n'a pas réussi, contrairement à ses promesses, à enrayer la spirale de la violence des narcotrafiquants. Il n'a pas non plus mis en place un plan qui lui permettra de les neutraliser.

Le pays est donc bien parti pour battre son propre record de morts violentes en 2019 avec 28.741 tués à ce stade.

"Il est vrai qu'un an n'est pas suffisant pour qu'une stratégie sécuritaire donne des résultats. Le problème est que cette stratégie est pour le moins floue", explique le politologue Jose Antonio Crespo.

La situation économique :

Lopez Obrador s'était engagé à doper la croissance pour la faire grimper jusqu'à 2% en 2019. Mais sans succès. L'économie est au point mort.

"Il ne peut même pas enjoliver la situation parce que les chiffres parlent d'eux-mêmes", note le politologue Luis Estrada.

La tentation autoritaire :

Ses critiques l'accusent de centraliser les pouvoirs et miner les institutions, notamment les tribunaux, censés être indépendants.

Inefficacité :

En dépit de son mandat solide et de ses plans ambitieux, Lopez Obrador ne peut se targuer que de peu d'acquis depuis son arrivée au pouvoir.

"Il avait une occasion historique unique de rendre le Mexique meilleur, plus sûr, plus juste", regrette Wood.

"Au lieu de cela, son principal objectif a été de renforcer son pouvoir".

Rapidité :

AMLO semble pressé. Il a passé sa première année au pouvoir à formuler un tourbillon d'annonces politiques hasardeuses suivies d'une mise en oeuvre chaotique et peu de suivi.

- A suivre, ennuis en perspective -

Corruption :

Une des promesses de campagne à tenir : éradiquer la corruption omniprésente dans la politique mexicaine. Aucun dossier n'a encore été porté devant la justice du pays.

Austérité :

AMLO a dramatiquement serré la ceinture budgétaire de son gouvernement. Mais "beaucoup d'experts craignent que cela n'altère le fonctionnement et l'efficacité de la plus grande partie du gouvernement fédéral", selon Crespo.

Pemex :

Lopez Obrador a promis de redonner quelques couleurs à Pemex, la compagnie pétrolière de l'Etat mexicain, mais après le versement de près de dix milliards de dollars, les résultats ne sont pas encore très visibles.

Donald Trump :

AMLO a tenté de maintenir une relation de type "peace and love" avec le président américain. Il lui a cédé en matière de politique migratoire sous peine de voir bondir les tarifs douaniers.

Mais le potentiel pour un conflit avec le puissant et vital voisin au nord de sa frontière est considérable, alors que la campagne pour la réélection de Trump en 2020 bat son plein.

Partira, partira pas :

D'aucuns au Mexique se demandent si AMLO respectera son mandat de six ans et cédera à son terme le fauteuil présidentiel. A suivre.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 28/11/2019

Le chiffre d'affaires consolidé de l'exercice est légèrement supérieur aux prévisions de Signaux Girod...

Publié le 21/11/2019

A flot !

Publié le 30/10/2019

Sur le modèle de l'année 2018, 2019 est marquée par la poursuite des investissements dans le digital et le réseau d'agences...

Publié le 29/10/2019

Les députés britanniques le 29 octobre 2019 ( HO / PRU/AFP )Les députés britanniques ont plébiscité mardi le projet du Premier ministre Boris Johnson de tenir des élections législatives…

Publié le 19/10/2019

Quinn Tivey, le petit-fils d'Elizabeth Taylor, devant un blouson en cuir de l'actrice, le 18 octobre 2019 à New York ( Angela Weiss / AFP )Une série de tenues et objets ayant appartenu à…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 06/12/2019

La BEI soutient le déploiement du réseau Orange dans les zones AMII avec un prêt de 700 ME...

Publié le 06/12/2019

Ce retrait fait suite à une étude de la faisabilité de l'opération de rapprochement en titres avec cet investisseur tiers...

Publié le 06/12/2019

Le groupe chinois Dongfgeng pourrait réduire sa part de façon à abaisser sa présence dans la future entité PSA-Fiat Chrysler, selon des sources citées par 'Reuters'.

Publié le 06/12/2019

Prodware a acquis le 5 décembre un bloc de 23.000 actions Prodware au cours de 5,50 euros...

Publié le 06/12/2019

Le chiffre d'affaires de Moulinvest s'établit à 64 ME au titre de l'exercice 2018-2019 contre 61,3 ME sur l'exercice précédent...