En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ browserName + ' ' + browserVersion }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 316.01 PTS
-
5 308.00
-
SBF 120 PTS
4 269.71
-
DAX PTS
12 511.91
-1.44 %
Dowjones PTS
24 461.70
-0.80 %
7 217.49
-0.87 %
Nikkei PTS
22 482.37
-0.93 %

Alstom: Rabault (PS) demande au gouvernement des "sanctions" contre General Electric

| AFP | 167 | Aucun vote sur cette news
Valérie Rabault pendant des questions au gouvernement, à l'Assemblée Nationale, le 30 janvier 2018 à Paris
Valérie Rabault pendant des questions au gouvernement, à l'Assemblée Nationale, le 30 janvier 2018 à Paris ( CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP/Archives )

La présidente du groupe socialiste à l'Assemblée, Valérie Rabault, a demandé jeudi au gouvernement des "sanctions" contre le géant américain General Electric, qui a renoncé à son engagement de créer un millier d'emplois d'ici à la fin de l'année en France.

"Cette annonce (de General Electric, ndlr), constitue un manquement grave de la part de General Electric, auquel il convient que l'Etat français réponde en faisant respecter la loi", a écrit la députée du Tarn-et-Garonne dans une lettre adressée au ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, et relayé sur ses comptes Facebook et Twitter.

Invoquant le "décret Montebourg", l'élue, membre de la commission des Finances de l'Assemblée, demande que des "sanctions" soient appliqués à GE, qui avait acquis la branche énergie d'Alstom en 2014.

Le PDG de GE, John Flannery, s'est rendu mardi à Bercy pour annoncer au ministre que l'engagement de créer 1.000 emplois nets d'ici la fin de l'année était "hors d'atteinte", en raison de "l'évolution défavorable de ses marchés historiques dans le secteur de l’énergie", selon le ministère.

M. Le Maire a "regretté" l'annonce de GE, qui selon Bercy n'avait créé que 323 emplois en France à la fin avril, et a demandé au groupe américain de prendre "désormais toutes les dispositions nécessaires" pour se "conformer au mieux" à ses engagements.

Le ministre a également rappelé que "le gouvernement (...) se doit de veiller à leur concrétisation".

Les accords prévoyaient une pénalité de 50.000 euros par emploi net qui ne serait pas créé avant la fin 2018, soit une amende potentielle de près de 34 millions d'euros si la situation n'évolue pas d'ici à la fin 2018.

Arnaud Montebourg a lui-même appelé jeudi le gouvernement à appliquer ces amendes et l'a encouragé à renforcer son dispositif de protection des intérêts stratégiques en "fixant l'annulation de l'acquisition" comme condition si les engagements ne sont pas tenus, a-t-il expliqué à l'AFP

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/06/2018

Les coûts de développement devraient avoisiner les 12,6 ME...

Publié le 21/06/2018

Précisions...

Publié le 21/06/2018

Retour d'Assemblée générale Gévelot...

Publié le 21/06/2018

L'innovation, dans l'ADN d'Essilor depuis son origine, est partie intégrante de la mission du Groupe, "améliorer la vision pour améliorer la vie"...

Publié le 21/06/2018

Retour d'Assemblée générale Riber...