5 281.58 PTS
+1.13 %
5 278.5
+1.14 %
SBF 120 PTS
4 231.68
+1.11 %
DAX PTS
12 451.96
+0.86 %
Dowjones PTS
25 219.38
+0.08 %
6 770.66
-0.36 %
Nikkei PTS
21 904.65
+0.85 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Allocations familiales: Buzyn veut une "réflexion" sur la politique familiale

| AFP | 206 | Aucun vote sur cette news
Agnes Buzyn, le 28 septembre 2017 à Paris
Agnes Buzyn, le 28 septembre 2017 à Paris ( Lionel BONAVENTURE / AFP/Archives )

La ministre de la Santé et des Solidarités souhaite entamer "avec le Parlement et l'ensemble des acteurs" une réflexion "sur la politique familiale en général" et sur les allocations familiales, a-t-elle déclaré mardi lors des questions au gouvernement au Sénat.

Agnès Buzyn était interrogée par la sénatrice LR Corinne Imbert, qui s'inquiétait d'une éventuelle remise en question de l'universalité des allocations familiales.

Depuis 2015, elles sont modulées en fonction des revenus, mais elles restent versées à toutes les familles ayant au moins deux enfants à charge de moins de 20 ans.

"Notre politique familiale est généreuse" et "se compose de modes de soutien diversifiés, dont la fiscalité, qui se cumulent entre eux au service des familles", a répondu Mme Buzyn.

"Ce soutien public aux familles permet de maintenir leur niveau de vie et de concilier vie familiale et vie professionnelle: j'y suis très attachée, comme je suis attachée au principe d'universalité pour la Sécurité sociale en général", a-t-elle ajouté.

Elle a cependant souligné que "la politique familiale a évolué ces dernières années parce que la famille a évolué", citant plusieurs mesures du projet de budget de la Sécurité sociale pour 2018 en faveur des familles les plus modestes, notamment monoparentales.

"Plusieurs des mesures concourent à l'universalité", comme "le maintien des aides permettant de solvabiliser les modes de garde" ou "la création de places de crèches, en particulier dans les territoires sous-dotés", a souligné la ministre.

"Mais nous assumons aussi un meilleur ciblage des aides monétaires destinées à soutenir les familles qui en ont le plus besoin, notamment les parents isolés et les parents à faibles revenus".

"Dans ce cadre, je souhaite entamer avec le Parlement et l'ensemble des acteurs un débat et une réflexion sur la politique familiale en général et sur les allocations familiales au service de cette politique", a-t-elle dit.

- 'politique familiale efficace' -

"Il faudra prendre le temps, car la politique familiale ne se décide pas dans l'urgence, c'est un pilier de notre modèle social, elle doit se discuter, être largement concertée avec tous les acteurs concernés (...)".

Le 1er octobre lors du Grand Jury sur RTL/LCI/Le Figaro, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire avait souhaité "qu'on réfléchisse de manière plus globale à une politique familiale efficace, qui permette de conjuguer éducation des enfants et travail".

"Et que ça conduise à faire disparaître les allocations familiales pour ceux qui ont les revenus les plus élevés, je vais vous dire très sincèrement: ça ne me choque pas", avait-il ajouté.

"Je ne suis pas fermé à cette idée, à une condition importante, c'est qu'on ne se contente pas d'une mesure ponctuelle", avait-il nuancé deux jours plus tard sur Cnews. "Il faut tout regarder", avait-il insisté, évoquant en particulier "le quotient familial (et) les tarifs dans les services publics, notamment dans les crèches".

Via des amendements au projet de loi de finances, les députés MoDem, alliés de la majorité, ont indiqué mardi qu'ils allaient défendre un "déplafonnement progressif du quotient familial pour revenir, d'ici la fin du quinquennat, au niveau de 2012".

Ils jugent dans un communiqué que "la modulation des allocations familiales et les baisses successives du quotient familial ont remis en cause le principe de l'universalité sur lequel reposait notre politique familiale".

Le député (LREM) Olivier Véran avait rouvert ce débat sensible fin septembre dans le Figaro, en se disant "favorable à titre personnel à ce qu'une mission d'information parlementaire soit organisée" pour étudier la fin de l'universalité des allocations familiales.

Selon le rapporteur de la commission des affaires sociales de l'Assemblée, leur suppression "pour les plus hauts revenus (par exemple pour ceux qui gagnent plus de 6.000 euros par mois) représenterait une économie d'environ 440 millions d'euros par an".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 20/12/2017

Assemblée générale convoquée...

Publié le 30/11/2017

La ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn, à l'Assemblée nationale à Paris, le 8 novembre 2017 ( CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP/Archives )La ministre de la Santé Agnès Buzyn a…

Publié le 24/11/2017

Une Philippine remplit un formulaire le 10 octobre 2017 pour obtenir des pilules contraceptives dans un établissement géré par une ONG dans un bidonville de Manille ( Ted ALJIBE / AFP )Myrna,…

Publié le 16/11/2017

Un fonds géré par le même gérant depuis sa création.

Publié le 27/10/2017

L'hémicycle de l'Assemblée nationale à Paris, le 25 octobre 2017 ( Thomas SAMSON / AFP )Les inquiétudes sur la politique familiale ont continué à se faire entendre vendredi à l'Assemblée,…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/02/2018

Le Premier ministre, qui visitait vendredi une usine L'Oréal, n'est pas inquiet après l'annonce par Nestlé de la non reconduction du pacte d'actionnaires qui le lie à la famille Bettencourt…

Publié le 16/02/2018

Le Gabon a annoncé vendredi la réquisition de la SEEG, filiale eau et électricité du groupe français, ainsi que son intention de résilier son contrat de concession.

Publié le 16/02/2018

Le désaccord concernant les conditions de diffusion des chaînes de TF1 sur le réseau d'Orange se poursuit. Orange a annulé des campagnes publicitaires prévues sur TF1...

Publié le 16/02/2018

SOFRAGI Société Française de Gestion et d'Investissement   SA au  Capital de 3.100.000 euros Siège Social : 37, avenue des Champs Elysées - 75008…

Publié le 16/02/2018

      CASINO, GUICHARD-PERRACHON Société anonyme au capital de 169 825 403,88 EUR Siège social : 1, Cours Antoine Guichard 42000…

CONTENUS SPONSORISÉS